AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De solides fondations pour nous élever.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daru KolJoint Strike Force, Lieutenant-ColonelJoint Strike Force, Lieutenant-Colonel
avatar
Messages : 66
Date d'inscription : 30/12/2011

Dossier du personnel
Grade Honneur: VIP
Arme n°2:: Barret .50
Arme n°1:: Scar A1-INF

MessageSujet: De solides fondations pour nous élever.   Mer 15 Aoû - 19:57

Banque Centrale Européenne. Francfort - Allemagne.

Quoi de plus beau que le symbole même de la puissance du capitalisme clairement affiché. Un gigantesque Euro entouré d'étoiles devant une gigantesque tour coulé dans l'or et le béton des puissances Européennes.
Certains touristes s'y agglutiennent de temps à autres devant le symbole de la puissance financière de l'ancienne Union du charbon et de l'acier.

Mais c'est vous. Vous petite secrétaire accablée par votre patron, vous petit "technicien de surface" croulant sous le travail pénible et constant, vous agent de sécurité snobé par des "requins" aux dents si longues que le service général est obligé d'appeler, jour après jour des carreleurs. Tout cela, n'est qu'un entassement des erreurs communes du monde. Il n'y a pas d'Américains, pas de Russes, pas d'Européen, il n'y a que le monde ! Le Monde tel qu'il est. Violent, sale, destructeur, nuisible, ce n'est qu'une gigantesque farce qui sera sous peu remis dans l'ordre.

Et c'est cette même secrétaire au 8eme étage qui sortit un UZI avant de faire feu de manière totalement aléatoire dans son bureau, où elle côtoie ses collègues depuis des années, qu'elle avait préméditée son acte. Alors qu'elle connait Samuel juste à côté de son téléphone, père de famille marié trois enfants, abattu d'une cartouche en pleine tête délaissant son contenu sur le sol dans son intégralité.

C'est ce même "Technicien de surface" qui n'ayant pourtant jamais fait Polytechnique est nommé technicien comme pour lui rappeler la merde et le dégoût qu'il inspira à touts ces gens les "autres" les têtes pensantes, les riches ! Ceux qui salissent le travail de cet homme alors qu'ils sont parfaitement conscient que le couloir est mouillé mais qu'ils marchent au milieu alors qu'ils pourraient être sur le côté. Quelle est la réaction de ce pauvre homme? Travaillant dans le même immeuble que la pauvre secrétaire? Il fit exploser son chariot de ménage... Ce que ne savaient pas ces pauvres victimes, c'est que le "Technicien" était un homme motivé pour l'apprentissage qui conçu une bombe avec de simples produits ménagers, déclenchant un incendie au 4eme étage.

C'est le même agent de sécurité snobé par ses semblables qui décida de se faire remarquer en prenant le micro donnant sur touts les étages, un magnifique discours prononcé avec l'intonation qui devait être.

"Je parle au nom de notre chef, c'est un roi du subterfuge, des illusions et de la comédie. D'où sont nom, le Comédien. Les évènements qui vont suivre dans la banque centrale européenne, découle directement de sa volonté et de notre réseau naissant. Vous y êtes tous les bienvenues, vous les autres, ceux qui sont oubliés de la politique et de la finance. Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas votre compte en banque, vous n’êtes pas votre voiture, vous n’êtes pas votre portefeuille, ni votre putain de treillis, vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout. C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut. Rejoignez-nous. Nous corrigerons les déséquilibres de la civilisations humaines, et nous commençons aujourd'hui."

Les alertes sont données, les sapeurs-pompiers sont mobilisés pour gérer l'incendie, mais les règles de la civilisation moderne les empêchent d’intervenir à cause de la forcenée du 8eme étage, laissant le feu s'étendre et devenir une bête avide de combustible et tuant des innocents par la faute d'une administration défaillante.

"Nous sommes ce que vous appelez des terroristes, nous sommes, vos libérateurs. Nous somme La..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 35
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Mer 15 Aoû - 22:37

20 Aout 2020, 9h07
CPI, La Haye, Fédération Européenne


Ca y est, on relance les hostilités... On va encore finir sur un débat cette fois ? j'en sais rien, mais je doute... Enfin bref... Izotov, en fauteuil... Gilad ce serait-il laissé aller ? Et la vidéo qu'il veut passer, ça marchera jamais... Du moins... Je l'espère... Mais elle n'est même pas commencée qu'on me tapote l'épaule. Je me retourne. Un soldat veut m'entraîner dehors, prétextant un message urgent de Keller. Je sors.

"Mon Colonel, il y a eu une attaque à la BCE. On vous y demande d'urgence.
- Une attaque ?
- Les détails seront donnés en route."

Il m'indique la sortie. Je le suis. Nous montons dans un XC90. Il me donne un dossier avec des images et des textes. J'observe. Plans annotés, clichés de l'extérieur, une opération importante.

"Deux terroristes ont fait exploser une bombe dans les couloirs et tiré aléatoirement dans un bureau.Un incendie s'est déclenché. Ils revendiquent la liberté, se veulent les destructeurs de l'oppresseur européen.
- Donnez-moi un ordinateur."

J'envois un mail à Keller. Il me répond rapidement, j'ai toutes les infos. Le véhicule nous déposeà l'aéroport dans lequel nous empruntons un jet. Sont déjà présents plusieurs ARC. L'un d'eux me done d'autres infos.

"On bosse en civils, on prend le commandement du GIEP. Les terroristes doivent être pris vivants pour interrogatoire.
- J'imagine que Keller se fera un plaisir de les mener. Bref. Je vous confierais chacun un groupe à diriger. On fais ça vite et propre. Aucune bavure. Tirez pour blesser. On arrive dans une quinzaine de minutes."



20 Aout 2020, 9h35
BCE, Francfort Am Main, Fédération Européenne


Après un trajet en hélicoptère de l'aéroport à la BCE, et une arrivée mouvementée en plein branle-bas de combat, je donne mes instructions aux chefs de groupe.

"F1 et F2, en assaut par le toit. Descente en rappel jusqu'au 6e pour F1, pour F2 vous me trouvez un passage jusqu'au bureau. A mon signal vous entrez par les fenêtres, comme dans les films. Pensez aux charges explosives avant, c'est pas des vitres de cabane. K1 et K2, vous prenez le hall sud. Montez les étages au fur et à mesure jusqu'au 6e, et là vous attendez mon ordre. U1 est en place ?
- Ici U1, snipers en place.

- R1 et R2, on prend par le hall nord. Lésinez pas sur les lacrymo et les fumi, on tire pour blesser. Objectif principal pour toutes les équipes : neutraliser les terroristes. Pour les groupes venant du RDC, objectif secondaire, sauver les otages. Attention à l'incendie, et prenez garde au type du ménage, il est sûrement armé de quelque chose même si c'est pas une arme. Lancement de l'opération à mon ordre. Fréquence com 12."

J'arme mon UMP, branche mon oreillette sur la fréquence 12, avant d'enfiler ma cagoule et mon casque. Je me prépare à effectuer une opération qu'il ne m'a pas été donné de faire depuis longtemps, et je dois reconnaître que là, j'ai la boule au ventre...

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz





Dernière édition par Michael Carlson le Jeu 16 Aoû - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daru KolJoint Strike Force, Lieutenant-ColonelJoint Strike Force, Lieutenant-Colonel
avatar
Messages : 66
Date d'inscription : 30/12/2011

Dossier du personnel
Grade Honneur: VIP
Arme n°2:: Barret .50
Arme n°1:: Scar A1-INF

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Mer 15 Aoû - 22:54

Otö Vanrich était un homme ordinaire, et il était devenu extraordinaire! C'était le technicien de surface qui avait fais exploser une bombe en pleine banque centrale européenne, mais la partie la plus savante aller se dérouler. Nul ne prendrait au sérieux un groupe d'intégriste, non bien sûr! Il fallait frapper encore plus fort, les hauts-parleurs résonnèrent de nouveau dans l'immeuble.

"Aujourd'hui! L'un des nôtres va vous montrez ce qu'est le sacrifice! Le sacrifice est une notion que notre civilisation à enfouie au profit de l’égoïsme qui lui est propre. Nous nous efforçons de survivre quitte à tuer d'autres! Nous spéculons à la bourse sur l'eau potable! Et donc sur la vie! Voyez ! Cet homme va se sacrifier pour vous prouvez que notre détermination, notre force, et notre foi est bien réelle est à prendre tout à fait au sérieux!"

Le technicien de surface avait enfiler un masque rond et jaune formant un "smiley" symbole américain s'il en est. Puis devant une foule massée sur le parvis du bâtiment il se jeta par la fenêtre et les autorités ne comprirent que trop tard ce qui aller se produire. Il avait ôter sa chemise, montrant nettement la ceinture d'explosif autour de lui, dans sa longue chute libre il resta silencieux et s'amuser de voir la populace s'agiter, puis il pressa le bouton à quelques mètres du sol générant une importante explosion aux yeux des médias, du monde entier.

"L'Europe est la première. Mais bientôt, les états-unis et la Russie suivront."

La secrétaire elle avait décider d'aller de l'avant et de ne pas attendre que la mort vienne la chercher, elle mis son briquet près d'un détecteur de fumée laissant les SPrinklers déverser une quantité d'eau phénoménale et gâchant la visibilité.

De même, la fibre optique, les antennes relais et autres ustensiles boursiers n'était toujours pas coupés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 35
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Jeu 16 Aoû - 15:20

Toutes les équipes sont prêtes. Je lance l'assaut. La porte du hall est ouverte, tandis que mon équipe prend position devant l'accueil, protégée par des boucliers blindés barrés de la mention "POLICE". Le hall est maintenant empli du bruit des hauts-parleurs qui crachent un discours anarchiste sur le sacrifice. Sur ce coup là, je le sens mal. Quand enfin le type se tait, j'entends des cris dehors, puis un hurlement dans mon oreillette :

_ "Mon Colonel ! Il vient de se défenestrer !!! Oh mon Dieu ! Il a une bombe ! Il va tout faire péter évacuez ! Je vous dis..." _

Il n'a pas le temps de terminer sa phrase qu'une explosion secoue le foule, qui le fait entendre, ainsi que les baies vitrées.

_ "Ici Carlson, rapport.
- Il vient de se faire exploser au-dessus de la foule. On évacue tout le quartier." _

Il serait temps... Je fais signe d'avancer, mais soudain l'alarme incendie se déclenche et les systèmes d'extinction se mettent en marche, nous noyant sous un déluge. Je finis vite trempé. Je frissonne. Tout le monde met ses lunettes de tir, et reprend sa progression. Le hall est dévasté. Partout, on peut voir des fauteuils renversés, des feuilles éparpillées, des objets cassés. Nous passons devant l'accueil. Un ordinateur est encore allumé.

_ "R2, envoyez trois hommes pour couper le jus. Je veux plus rien d'électrique ou électronique qui fonctionne dans cet immeuble. Laissez seulement les systèmes anti-incendie. Nouveau code. Mon groupe, R-Leader, le groupe de Hector, R1, le groupe de coupure R2. A tous, rapport de progression.
- F1, avons entamé descente. Restons sur nos gardes.
- F2, les quatre derniers étages sont clairs. On poursuit.
- K1 et K2, en progression. Atteignions premier étage dans 10 secondes.
- A tous, silence total jusqu'à ordre d'attaque. Over." _

Je fais signe à l'un des ARC de poursuivre, dans l'escalier de droite, et moi je prends celui de gauche avec R-Leader. Il est trempé et plein d'objets lui-aussi. Les bottes font un bruit de ventouse. Armes en avant, lampes allumées pour ceux qui en ont, nous passons le premier étage, puis le deuxième, le troisième, et soudain l'éclairage nous lâche. Parfait. Mais quelque chose me dit qu'on va encore en voir de toutes les couleurs. Au quatrième étage, on aperçoit les lueurs de l'incendie au fond d'un couloir. On poursuit notre ascension. Le cinquième est lui aussi pris dans les flammes. On n'y voit à peine à quelques mètres, et c'est gênant si y en a un qui déboule pour tous nous buter. Ca risquerait de mettre HS tous mes plans là ! On arrive au sixième. Le couloir est vide. On avance prudemment. L'accueil de l'étage s'étend sur toute la longueur, et les pointeurs lasers qui nous visent indiquent que R1 est aussi arrivé. Boucliers en avant, nos deux groupes avancent vers les portes les plus proches et préparent les béliers. On va entrer dans un assaut combiné si tout se passe bien, mais en règle générale, ça marche jamais exactement comme on le prévoit. Soudain des bruits derrière nous nous poussent à nous retourner, armes braquées vers l'escalier. Les bruits de pas approchent, ils descendent. Le faisceau d'une lampe éclaire le palier. Au moins deux personnes. Des bottes. Les hommes arment leurs fusils, se préparant au pire. Soudains, six types entrent dans notre champ de vision, en treillis. Tout le monde souffle, c'est F2. Ils se joignent à nous. J'ouvre le canal radio, et me poste derrière l'homme de tête qui va pénétrer en premier, avec son bouclier, pour couvrir les autres.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daru KolJoint Strike Force, Lieutenant-ColonelJoint Strike Force, Lieutenant-Colonel
avatar
Messages : 66
Date d'inscription : 30/12/2011

Dossier du personnel
Grade Honneur: VIP
Arme n°2:: Barret .50
Arme n°1:: Scar A1-INF

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Jeu 16 Aoû - 16:11

Les dispositifs étaient en place, l'outil de répression des puissances mondial était même présent prouvant ainsi l'importance du coup porté à l'Europe et ses pays adhérents. Il était temps d'en finir avec cette petite banque, le plan avait fonctionner et il était temps de passer à la seconde partie de la première étape.

Les hauts-parleurs se remirent à grésiller, un concerto de cliquetis numérisés et de grincement strident à la connotation de destruction.

"Il est temps pour nous, de partir. L'attaque de cette banque n'était qu'un avertissement, une diversion pour vos chefs d'états se croyant à l'abri de touts dangers. Le Monde va voir son équilibre se rétablir, et vous serez les seigneurs de vos villes ! Combattez l'absolutisme de vos hégémonie, vos empires sont vains, faibles, fragiles, impuissants face à notre puissance. Si vous n'êtes pas avec nous, vous serez alors contre nous."

Comme pour marquer la fin de l'acte de ce fameux "Comédien" l'agent de sécurité tout en laissant soin de laisser son pouce appuyer sur le bouton afin que tout le monde entende cette balle entrer dans son crâne.
Il était temps aussi d'achever la diversion qui avait permis tant de chose au 8eme étage...
La secrétaire décida de lâcher une longue rafale espérant que la porte fragile et les murs tendres se fendent sous les impacts et que les ogives mortelles pénètrent la chaire tendre des équipes d'intervention.
Une ultime ogive se laissa tentée par la chaleur de la bouche de la secrétaire rentrant peu de temps après dans son cerveau.

Il n'y aurait aucun survivants à interroger. Tout comme personne n'avait encore vu la réalité du butin dérobé.
En effet, ces attaques n'étaient pas gratuites elles étaient de simple diversion afin qu'une équipe de traders s'empare d'une série de code de serveur banquaire, transférer simplement par téléphone cellulaire à une personne située dehors. Puis ils périrent dans l'incendie créer.

Alors que la débandade bat son plein, que l'incompétence et l'inadaptation des forces de l'ordres, de sécurité et de secours réalise la dernière diversion, les écrans de télévisions du monde entier interrompent leur reportage exclusif de la BCE pour un autre.

"Flash Spécial: Suite à l'attentat de la Banque Centrale Européenne, la bourse de Wall Street connais une crise boursière grave au niveau Européen. En effet, via des listes de comptes de gros industriels tels que "Dassaut" "GTIA" "MBDA" et d'autres entreprises comme "BMW" d'autres entreprise minières, agricoles ont vu leurs actions chutées suite à la modification de leurs actions sur des emprunts dangereux, des placements hasardeux et autres placement frauduleux. De ce fait, les prix des matières premières, des armements et de l’aéronautique, principale élément d’exportation de l'Europe. La fraude en relation direct avec l'attaque de la BCE sera prouvée et avérée dans la semaine afin que des protocoles puissent être mis en place dans les prochaines semaines et remettre le cours de l'économie dans sa norme. Plusieurs manifestations dans plusieurs pays ont déjà vu le jour contre le système monétaire actuel qualifié de "défaillant et obsolète" en effet la question ce pose de savoir comment une telle chose est possible si facilement?"

Si les données avaient étaient transférées dans l'heure, il était sûr que l'homme détenteur du portable qui avait trafiquer les actions boursières était encore dans la foule ou tout prêt d'ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 35
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Ven 17 Aoû - 22:16

Ca y est, ils sont tous neutralisés, mais pas comme on l'espérait... Un blâme en perspective ? J'en doute... J'enlève ma cagoule, tout le monde respire. Les premières équipes d'urgence arrivent pour aider les otages, traumatisés. Je peux les comprendre, ce sont des gens sans histoire qui vivent leur vie sans trop aller contre le système, mais sans l'approuver vraiment... Et ils ont pourtant fait les frais d'un groupe anarchiste. Je souffle doucement, mets mon UMP en bandoulière. Un des hommes du GIEP a été touché à l'épaule, mais rien de grave. Il est déjà soigné par une infirmière dont j'aurais rêvé à l'hôpital des armées après l'Islande. Je descends les étages, et dès la sortie me fais assaillir par deux hommes du GIEP, des hauts gradés apparemment.

"Vous savez que vous avez foutu en l'air toute chance de trouver les têtes ?
- Vous jouez les gros bras mais en réalité vous êtes même pas capable de mener à bien vos objectifs sur le terrain, militaire de mes deux.
- Vous vous permettez de me juger mais c'est vos hommes que j'avais sous mon commandement, et ce sont eux qui ont ouvert le feu. Vous savez aussi bien que moi qu'on avait pas le choix. J'assume mes ordres, et si vous continuez à me faire chier je détruits votre carrière, pigé ?"

Les deux types se regardent et déglutissent. Ils me quittent peu après, me permettant de regrouper les ARC.

"Vos avis ?
- Un groupuscule à prendre en considération vu les moyens dont ils disposent et le fanatisme observé.
- Tout à fait d'accord. On prend l'affaire en main ?
- Oui, on joue la sécurité de l'Etat là. Je préviens l'Etat-Major. Vous, tenez-vous prêts à repartir, je pense que les mois à venir seront électriques. Et Royant n'est pas encore sorti d'affaire."

Je me dirige vers le QG mobile du GIEP où je retrouve les deux capitaines avec lesquels j'ai eu une entrevue, mais ils s'empressent de sortir. Je demande les bilans de l'opération, qui sont vite transférés sur mon ordinateur portable, puis on me met en visio conférence avec l'Etat-Major, qui a tôt fait de s'informer de tous les détails et de me remonter les bretelles, mais plus pour la forme que pour que je comprenne mes "bêtises". Ils sont d'accord pour dire qu'on menace la sécurité de l'Etat. A voir si ils me confieront la direction des opérations, mais je suis au moins sûr d'hériter des basses besognes... Démantèlement de réseaux, pression, interrogatoires, tout ce qui pourrait être récrié par l'opinion publique si c'était pratiqué par la police...

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom ClancyMaitre des lettres.Maitre des lettres.
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2011
Age : 28
Localisation : Suisse

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: N/A
Arme n°1:: N/A

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Sam 18 Aoû - 20:12

"La faute à pas de chance!"

Alors que l'opération semble terminée et que l'issue inéluctable de ne rien apprendre sur le groupe terroriste semble être enclouée, l'ordinateur de la défense européenne s'active s'adressant directement à l'ancien commandant des opérations de l'attentat de la BCE.

"Nous avons pût trianguler la dernière position des transactions frauduleuses, le suspect s'est déguiser en intervenant du GIEP et est présent dans le QG, nous vous envoyons sa photo, arrêtez le, vivant!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 35
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Dim 19 Aoû - 10:57

"On passe sur le canal 18. Il a été repéré au bord du périmètre de sécurité. Feu prohibé. Utilisés vos armes non-létales."

Le groupe d'ARC se disperse. Je ne préviens qu'eux, je ne sais pas à qui d'autre je peux faire confiance. Mon UMP, toujours fidèle au poste, va rester en bandoulière. Je suis assez calé en close combat pour m'en sortir de toute manière. Normalement, nous sommes en train de converger vers sa dernière position connue. Il y a bien un type du GIEP, mais comment savoir si c'est lui ?

_ "L'un de vous le prend en charge pour le fouiller, mais au QG mobile. Pas besoin d'éveiller les soupçons si c'est pas lui. On va en chercher d'autres...
QG, nouvelle triangulation.
" _

J'obtiens une triangulation qui m'indique qu'il a bougé. Mais pas vers le QG. Ca veut dire qu'il ne s'est débarrassé de son portable. Bonne nouvelle. Je m'approche du signal avec les ARC. Un type du GIEP passe devant nous. Mais apparemment, ce n'est pas lui. On continue. On arrive dans la foule massée au bord des barrières. Quelques journalistes me reconnaissent, demandent des précisions sur les évènements. Je n'y prête pas attention et suis le signal, quand je vois un grand type avec un bonnet noir. Je fais signe aux autres. Il se retourne, sans paraître inquiété. Il n'a pas d'oreillette, les cheveux en bataille, qui lui tombent sur la figure. Ce n'est pas lui. Mais il a peut-être le portable. On fonce vers lui en fendant la foule. Il s'arrête en nous apercevant, puis se met à courir. Ni une ni deux, je sors mon UMP et tire trois coups en l'air. Etrangement, tout le monde se met à terre en criant. Je me croirais dans un film. Pourtant le type s'arrête pas. On se met à courir, pour le rattraper, ce qui est vite fait. Il est mis à terre et maîtrisé, pendant qu'on lui prend le portable.

"C'est ça mon Colonel. C'est bien l'appareil utilisé.
- Qui vous l'a donné ?
- Je sais pas, un flic en combinaison de combat...
- Il ressemblait à quoi ?
- Il est grand, brun, les cheveux courts, yeux... Vairons ! Il a les yeux vairons !
- Compris ? On recherche un agent du GIEP aux yeux vairons ! _ QG, cherchez sur les caméras de surveillance un type aux yeux vairons.
- Une seconde... On l'a ! Mais... C'est un des nôtres !?! Bon sang ! C'est quoi ce bordel les militaires ?
- Où il est ? C'est un faux agent. Balancez.
- Périmètre nord, il surveille la foule." _

On se dépêche de rejoindre la zone donnée, et on repère vite un type sans cagoule écarté du lot. C'est le mec qu'on a croisé toute à l'heure. Il nous voit, ne fais pas attention. Il a bien les yeux vairons. Pourtant, quand on se dirige vers lui, je peux lire un affolement dans son regard. Ses yeux cherchent une issue, mais il nous sait armé. Il sort son pistolet, un USP 45.. Sans lui laisser le temps de faire quoi que ce soit, nous avons tous dégainé. La foule crie. Les autres types du GIEP se retournent, se préparent à sortir leurs armes, mais contre nous.

"Baissez vos armes ! Tous ! Je suis le Colonel Carlson, S.R.E.C, cet homme est pas de chez vous !
- On est plus nombreux ! Laissez-le ! Il est des nôtres !
- Je fais écarter et enfermer tous ceux qui m'empêcheront de bosser !
- Ok... On baisse nos armes..."

Les vrais agents se laissent convaincre, mais pas le type aux yeux vairons. Il nous a toujours dans son viseur. Je murmure dans mon oreillette :

_ "Tout le monde vise les bras et les mollets. Ne lui laissez aucune chance. Feu !" _

Rien à dire. Trois balles dans le mollet droit, deux dans la main droite, autant dans l'avant bras gauche. Le type se retrouve à terre en aillant tenté de tirer. La balle est arrivée sur le parvis devant moi. Les ARC s'approchent, méfiants.

_ "Neutralisé." _

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom ClancyMaitre des lettres.Maitre des lettres.
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2011
Age : 28
Localisation : Suisse

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: N/A
Arme n°1:: N/A

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Mar 21 Aoû - 11:17

"La Faute à pas de Chance!"

L'interrogatoire -et la torture- du suspect peu débutée, néanmoins la présence d'un officier est exigée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 35
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   Mer 29 Aoû - 23:25

L'homme est menotté, à terre, et mis sur ses jambes. Il est conduit au bord du périmètre, où notre groupe monte dans des véhicules du S.R.E.C, ceux de la Section 3, et 5 véhicules se mettent en mouvement, sirènes hurlantes, vers le QG de la Section à Francfort. Les rues sont encombrées de curieux, mais la police fait son travail et nous libère le passage. Le QG est situé non loin du centre ville. Nous y sommes rapidement. Avant que l'homme soit descendu du véhicule, les hommes du S.R.E.C se déploient dans la rue. Ils empêchent la circulation sans hésiter, l'homme est sorti sans ménagements et rapidement conduit dans le bâtiment. Nous descendons dans les sous-sols. L'antenne est importante, du fait de l'importance de la ville. L'homme est placé dans une cellule d'interrogatoire. Une caméra, mais plus pour utiliser les vidéos contre les prisonniers que pour les protéger. Je n'ai pas à intervenir dans l'interrogatoire qui va être pratiqué par un homme de la Section 3. A voir ce qu'on peut en tirer...

La pièce est sordide, humide, sombre, elle pue la pisse et le vomi. J'arrive jamais à savoir si c'est fait exprès ou pas... Pourtant, l'état des pourtours du trou des chiottes au fond m'indique clairement l'état des prisonniers amenés ici. Je porte encore mon arme, ce qui en soit est une violation de la plus stricte des prudence, mais j'ai toujours mon Special Ops II sur moi, et c'est pas prêt de changer. Je le cache bien dans mon holster d'épaule, mais je ne devrais même pas l'avoir avec moi. L'homme de la BCE est menotté mains à la table et pieds au sol. Ce que je qualifie de table est une simple plaque de métal avec quatre pieds, qu'on a fixé au sol, et où on a soudé des barres pour pouvoir y passer les menottes. Le mec de la Section 3, un Lieutenant peu assuré à la tête de premier de classe entre. Il a les yeux enfoncés, des lunettes sur le nez, et des oreilles décollées. Il porte une pile de papiers. Il me salue rapidement, s'assoit, commence immédiatement à parler. Il est stressé, peut-être par ma présence, peut-être par celle du type en face, en tous cas il balbutie quelques mots :


"P...pouv...v...vez-vous décliner votre identité ?
- Sergent Foremann, matricule 5564844509. GIEP.
- Pourq...quoi avez-vous att...ttaqué la BCE ?
- Je suis innocent.
- Bon... Euh... Je... Colonel ?
- Vous n'avez pas été identifié par vos collègues puisque vous portiez une cagoule, mais on a la preuve que vous avez envoyé des données boursières pour provoquer un krach. Soit vous avouez, vous donnez votre prochaine cible, soit vous crevez au fond du trou qui sert de chiotes aux autres qui ont pas fait la connerie de résister.
- Je suis innocent.
- Ecoutes-moi bien. Tu captes ? Avant, sur les voyages transatlantiques à la voile, le pire crime, c'était voler dans la cambuse. Si on te prenait, on te pendait au bout d'une corde et on te laissait racler la coque saturée de balanes. Après on te laissait moisir à fond de cale. Les types crevaient de septicémie, de pneumonie, de scorbut... Vu tes blessures, et l'état de la pièce, ça aura à peu près le même effet. Alors tu craches ?
- Je suis innocent.
- Sergent ! Mettez-moi sa tête au-dessus du trou !"

L'ordre est exécuté sur le champ. Le mec est empoigné par deux costauds, détaché, et placé la tête à deux centimètres de l'ouverture à même le sol. L'ouverture du trou provoque une remontée de puanteur infernale, et quelques mouches virevoltent au-dessus. Le type dégueule, deux fois, puis supplie qu'on l'enlève de là. Il n'en est rien, on le laisse là encore une minute, le temps qu'il lâche toute la bile qu'il avait. On le rassoit. Le Lieutenant a l'air passablement dégoûté, et horrifié. Il manque de laisser lui-aussi une galette sur le sol. Il sort.

"Alors ?
- Ok... C'est le Comédien ?
- Qui c'est ? Et parles pas par métaphores ça m'énerve.
- Personne, tout le monde, qui peut savoir ? Je l'ai jamais vu...
- Sergent, prévenez l'Etat-Major que leur prochaine cible c'est New York, USA. Et faîtes lancer des recherches sur 'Le Comédien.' "

A la fin de l'interrogatoire, je sors de la pièce, prends un café. L'homme est conduit à l'infirmerie pour que les balles de toute à l'heure soient extraites, puis qu'il soit mis sous surveillance pendant qu'il se repose et mange. L'Etat-Major va avoir du mal à avaler ça...

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: De solides fondations pour nous élever.   

Revenir en haut Aller en bas
 

De solides fondations pour nous élever.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» "Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer."
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Votez pour nous
» Appel aux dons pour couvrir les frais de vétérinaire - Filém

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End War :: Espace RP :: Vie civile.-