AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prélude-01: Le Procès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mer 30 Mai - 21:32

"Quand vous aiguisez un peu trop un couteau, le risque est qu'il vous
échappe des mains et que soyez blessé par votre propre lame. C'est
exactement ce que vous avez fais avec Royant et ses ARC en leur donnant
trop de pouvoir et un le meilleur entrainement qui soit. De plus vous
avez mélanger politique et opération spécial, deux domaines qui sont
complètement hétérogène ! Le S.R.E.C et ARCA sont une menace pour notre
nation, voyez ou cela nous a conduit!" - Colonel Eric Beck, directeur
de la section 3 du S.R.E.C, exprimant son désir de voir Royant être
radié et ses hommes mit au arrêt lors d'une discussion avec le
Commandant Ortiz, chef de la police militaire de l'EnforceCorps.
*
* *
Cela faisait une bonne demi-heure que Gilad et Laurie mangeaient tous deux dans un petit restaurant de La Haye, nul n’aurait cru en les voyant que le général était en plein procès, l’Europe avait habilement contre balancé les choses de manière à équilibré les chefs d’accusations, et le procès se finirais surement sur un non lieux et les services secrets serait pris à partie pour un manque de discrétion dans les deux pays. Mais tandis que Gilad s’éclaffait en repensent à un souvenir de collège son téléphone vibra. Reprenant son souffle ce dernier saisie son téléphone et ouvrit le mail qu’il venait de recevoir. Son sourire s’effaça d’un coup. Son visage se crispa et il serra le poing tellement fort que ses phalanges blanchirent.

-Que se passe-t-il ?

-Cet enfoiré d’Izotov aime remuer le couteau dans la plaie
L’officier tandis le portable à son amie, cette dernière pris un air soucieux puis déclara

- Il faut transmettre ça à la cour ?

- Non, ça ne changera rien, autant laissé courir.

La discussion s’arrêta la et après avoir demandé l’addition, Gilad et Laurie suivit des deux américains repartirent dans la douce fraicheur de l’été vers l’hôtel, ne trouvant plus aucun intérêt à cette soirée…

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 11 Juin - 17:39

L'altercation est virulente d'après ce que je comprends. Mon russe n'est peut-etre pas aussi inexistant que je le pensais, même si les accents rendent la tâche complexe. "Salopard", "ennemi", "confiance", "officier", "animal", "barrière", "glace", "émotion", "angoisses", "remords", voilà ce que j'ai compris, mais je n'ai pas le fil conducteur de cette discussion qui se termine par la sortie de l'interlocutrice de Teikof. L'ambiance est tendue, les amerlocs ont observé la scène avec le plus grand dédain. Uthler se penche à nouveau vers moi.

"Mon Colonel, avec tout le respect que je vous dois, vous vous êtes mis dans de sales draps, parce qu'apparemment vous avez énervé la tueuse. Avec Joanna, nous rentrons à l'hôtel. Bonne soirée Colonel."

Le ton de sa voix est amical, et beaucoup moins énervé que ce à quoi je m'étais attendu. Joanna et lui quittent la table, saluent les deux russes. Il est à peine 19h30, c'est triste comme soirée. Je me tourne vers Teikof après un coup d'oeil aux ricains.

"Je crois qu'il vaut mieux ne pas rester. Je connais un pub irlandais dans Het Binnenhof assez sympa."

Nous sortons, accompagné du garde du corps qui a l'air de s'être détendu. J'appelle un taxi. Les américains nous suivent. L'un d'eux sort un téléphone, appelle sûrement leur QG pour avoir un véhicule, qui arrive rapidement, pendant que nous montons dans le taxi. Les deux véhicules s'engagent après un petit quart d'heure dans Herenstraat. Le taxi s'arrête au 15, nous dépose. Je paie. Les ricains descendent aux aussi. Nous entrons dans le bar. C'est un irish pub du plus pur style, avec comptoir en chêne, tabourets un peu bancals. Ca sent la bière, le whisky, le café et la clope. Mais il y a aussi une odeur de feu de cheminée mariée à du vieux bois. C'est sûr, pour le nez, c'est pas l'idéal, mais les gens sont sympas, malgré la tête des clients quand ils voient entrer les deux russes. Le patron ne me reconnaît pas immédiatement. Je suis venu ici il y a un an et demi pour une entrevue avec un contact. Je m'approche du comptoir, commande un whisky, laissant le choix à mes deux accompagnateurs. Les américains poussent enfin la vieille porte. Le premier est surpris de découvrir le style old du bar mis s'assoit bien vite à une table avec ses camarades. Les quelques habitués regardent les nouveaux arrivants avec haine. Ils n'ont pas remarqué les problèmes que ça pourrait leur causer, ces soldats.

"Où en étions nous Commandant ? Vous voulez reprendre la discussion ou bien on trouve un sujet moins chaud ?"

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz





Dernière édition par Michael Carlson le Jeu 5 Juil - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 18 Juin - 21:31

L'ambiance chaleureuse du pub me prend immédiatement, l'aspect ancien avec les poutres de bois et le vieu comptoire, les odeurs d'alcool mélangé aux éclats de rires et en fond une musique celtique composé de violons de flutes, mandolines qui finit de me conquérir je me pose au comptoire a coté de Carlson et commmande une Guiness ... bière apaisante qui finit de me mettre dans l'ambiance.

Carlson me demande si nous voulons continuer ...

- J'accepte de continuer... veuiller exuser mon comportement tout a l'heure mais mon officier n'as pas accepté que je m'ouvre a vous de cette facon ... je bois une gorgé... voyez vous Colonel malgré que nous soyons adversaire j'ai énormément de respect pour vous, ce que vous faite pour votre pays et admirable, vous etes un officier qui assume ses responsabilité ... quand je pense a tout ses généraux quatre étoiles médaillés jusqu'au cul planqué dans leurs datcha construites avec les fonds détournés et le marché noir ...

Carlson semblait ahuri ... un tel discour c'était le pelton d'éxécution sans sommation en Russie.

- Commandant Teikof vous ne semblez pas vraimant aimer le parti ?

- J'aime mon pays Colonel je sert mon pays... pas le Politburo ... la vérité est que notre président n'est qu'une marionnette entre leur main . Il baisse la voix C'est a cause de se genre de pratique que la mère Russie s'est éffondré ... croyez moi colonel je n'ai aucune sympathie pour les bouffeurs de caviar qui détourne nos biens et écrase le peuple... ce sont des opportunistes avide de pouvoir, ils feront tous pour conserver leur place et agrandir le pouvoir. je baisse encore la voix de tel manière a ce que Carlson soit obligé de se rapprocher pour l'entendre. Vous savez pourquoi j'ai occupez ce poste Michael ? depuis que j'ai vu l'horreur de Tchernobyl, la folie et l'incompétences de nos chefs ont faillit provoquer une apocalypse, je veut éviter que cela recommence, a votre avis qui leur a expliquer ce qui allait se passer si on se contentait de bombarder le centre de recherche hein ? qui ? qui a prit le commandement de l'opération pour empécher les dérapages ? si par malheur cette conversation devait arriver jusqua l'état major ... je ne donne pas chère de ma peau

J'en avait déja trop dit ... je m'emporte ... Michael semble alluciné par ce que je lui déballe tant pis ... c'est resté trop longtemps ...

- Pourquoi vous me dites ca a moi ?

- Etrange n'est ce pas ? j'ai confiance en vous nous ne sommes pas si différent colonel nous voulons la meme chose vous et moi ... et .. notre passé est égallement lié d'une certaine manière ...

Vasily semble partir dans le vague... l'alcool ou les médoc ... les deux peut etre ?

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mar 26 Juin - 21:43

Abasourdi, sur le cul, ou toute autre expression utilisable ne serait pas assez forte pour décrire mon état d'esprit. D'abord surpris qu'il soit d'accord de poursuivre, bien vite je tombe de haut. Je le pensais plus attaché à son état-major... Apparemment plus à son pays. Je sais plus quoi penser. Du respect... Oui évidemment j'en ai pour lui, pour tous, mais je crois que cet homme le mérite plus que ce que je pourrais mériter de lui. Quand je pense qu'il y a quelques jours je le maudissais pour avoir ordonné ce massacre en Irlande ! Il évoque les guerres de pouvoir... Bien sûr, je sais ce que c'est, le S.R.E.C trempe en permanence dans la politique... Trop ? Certainement. Pour tous ces fumistes de députés, ministres, secrétaires d'Etat, je suis un pantin dans les doigts de Royant. Je le sais j'ai mes sources, plutôt bien placées. Pour tout dire, certains parmi le commandement des Renseignements appartiennent plus à l'Assemblée qu'à l'Armée. Il faut juste que j'ai assez de contacts pour les faire tomber. Si c'était moi, il y a longtemps que les politiciens ne dicteraient plus les lignes de conduite de l'Armée, se contenteraient de vérifier qu'elle n'outrepasse pas ses droits, et protège le pays dans un fonctionnement huilé comme une montre suisse, pas entravé par tout un tas de mesures, de lois, de politiques de restriction des budgets, pour laisser l'Enforcer Corps gérer la sécurité du Territoire. Et à ce que je vois, il n'y a pas que dans notre Europe qu'on mélange tout.

"Je crois bien Commandant que nos passés, nos présents et nos futurs sont depuis le début du procès liés de façon irrémédiable. Je sais que la politique est quelque chose de difficile à gérer, et je sais qu'elle déborde, c'est partout pareil. Ne vous inquiétez pas de votre Politburo, rien ne sortira d'ici, dis-je en murmurant la dernière phrase, qui ferait mauvaise impression sur les Irlandais présents. Ecoutes, je vais t'avouer que... Je peux te tutoyer ? Je vais te le dire, je comprends. L'horreur est partout la même. J'ai vu des massacres d'enfants dans une école de l'ex-Yougoslavie, j'ai vu la mort de nouveaux-nés dans un hôpital en Somalie, je connais l'horreur... Mais c'est pas à ça que je pensais tout à l'heure... Il y a autre chose, forcément. Pas la mort de ces combinaisons à Tchernobyl, ces combinaisons anonymes. Il y a quelque chose qui vous a touché, plus, bien plus, dis-je, tout près de lui. Je regarde Teikof droit dans les yeux. Il tourne légèrement de l'oeil. Il est pas bien. L'alcool ? Peut-être... A voir. Mon regard se reporte sur les américains, qui s'attirent les foudres du patron, parce que ça fait sortir peu à peu les clients, les Irlandais. Y en a un qui me regarde plus fixement, plus méchamment. Je me lève, me dirige vers le groupe.

"Messieurs. Un problème ?"

Sans attendre de réponse, je m'assois, avec mon verre. Ils se lèvent, vont pour sortir. Je regarde les quelques irlandais qui jouent au poker, les trois accoudés au bar, et deux types à l'air malsain dans le coin près de la porte. Ces deux derniers se mettent en travers du chemin des militaires.

"Déplacez-vous s'il vous plaît."

Les autres se rameutent lentement. On s'est compris je crois. Le patron glisse la main sous le comptoir. Sûrement la batte de baseball qui attend sagement que l'un d'eux s'affale sur la planche de chêne. Je me relève, laissant mon verre, approche de Teikof. Je lui tapote l'épaule pour qu'il se joigne à la bagarre qui s'annonce.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 30 Juin - 10:10

Carlson me tapote l'épaule, j'ai bien remarqué que la plupart des clients quittaient le bar ... une bagarre ? ... chouette ...

Je me lève, repoussant ma chaise je prend mon verre, fait signe a Timofey de rester a la table, je le vois glisser lentement sa main sous sa veste, je lui fait un signe négatif de la tete, il comprend ... pas d'arme.

Je m'avance vers le bar lentement, les ricains ont l'air de ne pas s'entendre avec les piliers de bar, le ton monte.

- Laissez nous passez c'est un ordre ...
- Vous êtes pas chez vous ici ... vous avez aucuns droit !

L'officier semble perdre son calme, il se sent menacé ... Ya de quoi ... les mains se tendent vers les matraques

- Vous allez nous laissez passer
- Sinon quoi connard ?

Je m'appuie sur le comptoir ma bière a la main

- Si j'étais vous j’appellerais des renforts capitaine ... ca risque de sentir mauvais
dit-je avec un demi sourire

L'autre se retourne vers moi interdit

- Ca fait quoi d’être perçu comme un envahisseur, ça doit pas être facile hein ? enfin c'est vrai vous faites qu'assurez "la sécurité" ha oui c'est vrai vous avez ici de quoi envahir deux fois le pays ... dites ça vous suffit pas l'Amérique du Sud ? Enfin c'est vrai que vous avez le sens du spectacle vous les ricains ...

L'officier semble perdre peu a peu le contrôle qu'il a de lui même .

- Fermez la ! ou je vous jure que je vous fait arrêter ! Et vous tirez vous de la ! La patrouille américaine essaie de se tasser autant qu'ils peuvent derrière leur capitaine tandis que les irlandais ont formé un cercle et s'avance menaçant.

Je sais bien que la suite des événements peut me valoir une brimade ... mais je pense que la violence a parfois du bon .... je siffle le capitaine

- Alors oncle Sam ? t'attend quoi toi et tes scout pour nous faire une belle démonstration de la suprématie américaine ?

Le capitaine se tourne vers moi rouge de colère

- Sergent mettez cet homme au arrêt immédiatement !

Un petit roux au casque trop grand et a la matraque pendante s'avance vers moi avec un air faussement assuré. Je vide mon verre d'un trait, au moments ou celui ci va pour me prendre le bras, je lui envoie mon genou dans l'estomac, il se pli en deux, je lui brise le verre en plaine tronche et je lui écrase la tete contre le comtoire massif, l'homme s'écroule comme une pierre, la patrouille assiste a la scène médusé, pendant une seconde rien ne se passe puis la bagarre éclate, les irlandais se jettent sur les américains. certains armés de pied de table ou de bouteilles, les ghosts lèvent leurs matraque et une terrible mêlé s'engage au milieu de la salle, trois membre de la patrouille s'exstripent de la mêlé et se précipite vers nous. Le premier arrive fonce sur moi prêt a frapper, je me met en position de combat au moment ou celui ci va pour m'assener le coup, je m'écarte, chope son bras le tourne d'un seul coup le ghost lâche sa matraque, le bras brisé, je l'attire vers moi, lui met une tête, j’entends un os craquer, surement celui du nez, et d'un même mouvement le passe par dessus mon épaule et l'envoi s'écraser contre une table qui se brise sous son poids, je me retourne, juste a temps pour éviter la matraque d'un autre soldat .

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .





Dernière édition par Vasily Teikof le Ven 31 Aoû - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timofey VanzineG.R.U, Сержант/SergentG.R.U, Сержант/Sergent
avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 19/04/2011
Age : 24
Localisation : Au bon endroit au bon moment

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Saiga-12u + 92 FTP
Arme n°1:: RPK-5M + QSZ-93

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 30 Juin - 15:52

Timofey reste interdit devant tant d'agitation. Il aurait aimé rester là à regarder mais Teikof prenait part activement à la mêlée et il devait faire en sorte qu'il soit en état pour le lendemain. Bien sûr il ne doutait pas des compétences au corps à corps de son supérieur, mais l'alcool et sa petite querelle avec le Capitaine Janor n'allait pas forcément l'aider.

Le Sergent Vanzine se lève rapidement, poussant un léger soupir. Il se rapproche du champ de bataille, les sens en alertes. Les piliers de bars semblent être de leur côté et contre la patrouille américaine. Tant mieux, ça fera toujours ça de moins à se préoccuper. Teikof vient de lancer un des soldat sur une table. À peine se retourne-t-il qu'un deuxième essaye de le frapper avec sa matraque. Juste après l'avoir neutraliser Timofey pose une main sur son épaule.

« Qu'est-ce que vous faites Commandant ? On a pas le temps pour ses conneries ! »

Du coin de l'œil le Sergent aperçoit un Américain qui lui fonce dessus avec sa matraque. Pensant l'avoir par surprise, c'est lui qui se fait surprendre lorsque Vanzine bloque son coup avec sa main gauche en l'attaquant simultanément de sa main droite à la gorge. La respiration coupé, le soldat lâche son arme et se penche en avant et se prend un violent coup de genou dans le visage.

Timofey éloigne le Commandant du chahut général, et le fait revenir à leur table. Un des Américains n'ayant apparemment pas eu son compte et sous estimant sûrement le russe habillé en simple garde du corps, lui fonce dessus. Il agrippe violemment la gorge du Sergent Vanzine, tentant de la faire suffoquer. Ce dernier lui écarte les mains et lui donne un coup de pied dans l'entrejambe qui le calme pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/greendaddy0
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 5 Juil - 16:30

Ca y est, la bagarre est lancée, et les américains risquent de s'en prendre de bonnes. Je sais bien que c'est moi qui l'ai provoqué, ça devrait pas mais ça me fait presque plaisir. Vasily s'est très vite pris au jeu et a provoqué les américains. La baston est violente. Tout le monde prend des coups malgré la nette supériorité numérique des irlandais. Le pauvre adjudant ne sait plus où donner de la tête. Soudain, il m'aperçoit. Son visage se décompose sous le coup de la colère et il fonce, matraque levée. Il se retrouve bien vite à terre après un coup dans l'estomac et un sur la nuque. Il se relève pourtant, chancelle un peu, crache, me regarde avec haine, lève le poing. J'arrête son bras, repousse l'homme sonné sur le comptoir. Il tente de revenir mais le patron lui met un coup de batte sur le casque. Pas de blessure pour lui, il a eu plus de chances que son subordonné qui s'est attaqué à Teikof, et qui gît à terre, le bras cassé et le nez tordu, un peu enfoncé dans le visage. Je prends le temps de prendre une autre goulée de whisky avant qu'un ghost me fasse une clé de bas et tente de me mettre un coup avec sa matraque. Je profite de ça pour lui envoyer un coup de coude dans la tempe. Son casque vole, il n'a rien mais il est déconcentré, ce qui me permet de me dégager de sa prise. Je me place face à lui pendant qu'il reviens à la charge, et je le fais basculer tête la première contre le billard. Il ne s'en remet pas. Ca y est, la bagarre est terminée. Teikof a disparu, sûrement ramené par son garde du corps. On entend des sirènes au loin. Vite fait bien fait, les américains et tout leur matériel sont envoyés dans le caniveau. Les ghosts sont sonnés, et plus en état de répondre à quoi que ce soit. Je prends les noms des irlandais, on ne sait jamais si les américains décident de tout balancer. Ils m'ont tous certifié que les ghosts nous avaient provoqué (et oui, pourquoi s'attirer dans ennuis ?). Le patron du bar me souris quand je reviens finir mon verre et payer l'addition pour moi et Vasily, puis je repars, pendant que le patron ferme. Je vois la voiture de flics arriver au bout de la rue, j'emprunte donc le sens inverse. L'air est plus frais que dans la journée mais il fait quand même lourd. La nuit est calme, c'est sûrement dû aux tensions du procès. Après une quinzaine de minutes de marche, j'appelle un taxi, et rentre à l'hôtel. Je serais pas très frais demain... Une fois dans ma chambre, je prends une douche, puis m'endors rapidement.

20 Aout 2020, 07h10
Hôtel Hilton, La Haye, Fédération Européenne


Le lendemain, je me lève de bonne heure. Joanna vient frapper à ma porte juste après mon petit-déjeuner, quand j'enfile mon costume. Je la prie d'entrer. Je prends le temps de bien tout boutonner, de mettre correctement mes galons et ma cravate, j'arrange mes cheveux avec un peu de gel coiffant, prends mon attaché-case et on descend ensemble. Je lui raconte la fin de la soirée, elle rit. Uthler nous rejoint au rez-de-chaussée, et nous montons à trois dans la voiture qui nous conduit jusqu'à la CPI. Les journalistes sont nombreux devant l'entrée, où un podium abrité avec des micros et un pupitre a été placé, pour les déclarations. L'un d'eux tourne par inadvertance la tête vers nous, et une nuée de ses collègues se rue vers notre petit groupe à son cri.

"Colonel Carlson, que pensez-vous des accusations russes sur votre assaut sur leur base secrète comme quoi ce n'était pas pour récupérer un civil ?

- Je soutiens le gouvernement, dis-je en avançant. Les ordres du commando sont partis d'ici et étaient de ramener le chef du projet. Ils ont été abattus, et toutes les données qui pourront corroborer cette version me seront transmises dans les plus brefs délais.

- Colonel, et pour ce qui est du Général Royant ?

- Le Général Royant n'est pas le monstre. Vous pensez vraiment qu'il a fait tout ce que le gouvernement russe veut lui mettre sur le dos ? Je vous en prie, on parle de l'ex-URSS là... La forme a changé, le fond est toujours le même. Je peux vous rappeler les procès truqués de Staline si vous voulez. Royant aurait pu passer devant un semblant e justice comparable, alors qu'il a ici la possibilité de se défendre.

- Soutenez-vous le Général Royant ?

- Je me range aux positions de l'Europe et de l'Enforcer Corps.

- Ca veut dire que vous n'approuvez pas et que vous êtes obligé de le soutenir ?

- Ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dis.

- Colonel, des rumeurs courent comme quoi l'Enfocer Corps prévoit une opération contre la Russie.

- Si vous voulez être jugé pour diffamation et mise en danger de l'Etat, continuez à colporter des rumeurs.

- C'est une menace ?

- Un conseil Valérie un conseil."

Je passe le reste des questions. Valérie Dumau, la journaliste e EF 24, m'a assez agacé. Quelle fouille-merde. J'entre dans la CPI avec mes deux collaborateurs. Les ghosts empêchent les journalistes de nous suivre. Je me dirige vers les sous-sols pour préparer la séance d'aujourd'hui.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Dim 8 Juil - 16:14

Timofey me traine sans ménagement hors du bar, une voiture s'arrete dans un crissement de pneu devant nous, il ouvre le portière arrière et me jette a moitié en vrac sur le siège, il saute dans la voiture, un agent est au volant.

- A l'hotel pied au plancher !

La voiture démarre en trombe et fonce sur les quais

Timofey se retourne vers moi

- vous n'avez rien ?


Je lui souris

- J'ai passé une super soirée, j'éclate de rire, on leur a mis la paté pas vrais soldat ? ils y réfléchirons a deux fois avant de s'attaquer a des spetsnaz !


Vanzine s'autorise un sourire

- Oui monsieur on les a bien eu


Je me redresse tant bien que mal sur le siège en cuir, zut j'ai pas payé ma part ... bha ... tant pis... ca ma dérouillé un peu ça me manquais cette époque, rien de tel qu'une bonne bagarre pour s'entretenir.

La voiture s'engage a travers les rues en direction du centre ville, j'ouvre la fenêtre.Merde Naja ... je fais comment pour rattraper le coupmaintenant ? vaincu par l'alcool et les émotions de la journée je
m'endort bercé par le bruit du moteur.

J'émerge a moitié quand Timofey me pose sur le lit et s’efforce de me retirer mes bottes, il enlève tant bien que mal le haut de mon uniforme puis m'étale une couverture dessus avant d'éteindre la lumière et de se retirer. Je plonge ensuite dans un sommeil de plomb



[...]


Kazakhstan Q.G SMB
Dépot de la voie ferroviaire principale


le téléphone mural sonna au poste de sécurité du dépôt, l'officier de garde alla décrocher.

- Poste de garde Dépôt j'écoute
- Ici Capitaine Levitch contrôle ferroviaire
- Bonsoir camarade capitaine que puis-je pour vous ?
- On ma demandé de vous prévenir lorsque le convoie serais sur la voie d'insertion. Il sera ici dans vingts minutes
- Très bien merci capitaine

L'officier raccroche récupère sa casquette, et sort dans le couloir, il traverse rapidement des couloirs bétonné déserts faiblement éclairé le bruit de ses pas sont couverts par le bourdonnement de la ventilation et le bruit éloigné du dépôt en pleine activité, il monte un escalier en acier, fait coulisser une épaisse porte anti-explosion et pénètre dans une petite salle de contrôle avec une baie d'observation.

Le major Dimitri Sargov observe le démontage des hélicos de combats par les équipe de techniciens en contrebas. Le dépot est gigantesque,situé sous la roche de la chaine de montagne entourant la base, éclairé par des puissants projecteurs, la zone de stockage était encombrés par des véhicules de combats, en plus des hélicoptères de combats, s'alignait en ordre parfait des char T-100 pointant leurs canons menacants et des BTR de nouvelles générations hérissé d'armes. La Force blindée de la 22ème
division aéroporté s'alignait la sous ces yeux ... enfin après tant d'années a organiser et a préparer la sureté a des opérations de grandes envergures, elle possédait enfin sa force de frappe.


L'officier claqua des talons et salua

- Camarade Major, le convoi sera la dans vingts minutes.
- Très bien faite rassembler les pilotes de blindés, je veut que le chargement soit terminés dans deux heures.
- A vos ordres Major

Il sortit

Quelques minutes plus tard les lumières baissèrent d'intensités, les portes du dépôt s’ouvrirent et la locomotive pénétra lentement a l'intérieur tractant des wagons bâchés . Elle s'immobilisa dans un crissement de ferraille, a peine immobilisé des techniciens déplièrent les rampes des wagons. Les équipages de chars se ruèrent vers leur machines,bientôt les moteurs des tanks démarrèrent et les lourd char commencèrent a remonter la colonne de véhicules, le char de tête arriva devant la rampe du premier wagon, sous les gestes d'un technicien le T-100 roula lentement sur la rampe et alla prendre sa place sur le wagon, sitôt arrêté et l'équipage sortit, des hommes se chargeaient d'immobiliser le tank pour
son transport avec des chaines puis ils le bâchèrent avant de s'occuper du suivant.


Sargov observa le chargement des hélicoptères de MI-24 en partie démonté sur d'autres wagons tendis que leur armement et les ailes étaient chargés a l'intérieur de caisse puis par chariot dans des wagons blindé.


- Bien ... il consulta les fiches de chargements pour le premier convoi... le compte y était 15 hélicos de combats et trensports 20 chars, 12 trensports ... le reste du bataillon motorisé serait chargé sur le deuxième convoie avec les véhicules d'artillerie de la logistique et du génie. Il lui restait encore quelque-chose a vérifier .

Il délégua la surveillance du chargement a son second puis descendit l'escalier il prit le 4x4 qui l'attendait et sortit du dépôt ferroviaire souterrain, il suivit la route, longeant les grilles électrifiées de quatre mètre de haut du périmètre de la base, il s'engagea sur une route sinueuse croisant en chemin une patrouille de huit hommes accompagné de chiens, il continua a monter avant d’arriver au sommet de la falaise , il aperçut les hangars encastré dans la roche et le tarmac encore plongé dans le noir bien que des projecteurs situés sur des mats pouvaient illuminé toute la zone,ils restaient éteint par mesure de précaution. Il accéléra et approcha rapidement du hangar numéro deux, il s’arrêta devant les portes d'acier, avant même qu'il ne soit descendu, un sous-officier sortit et se précipita vers lui, claqua des talons et salua.

- Major Sargov nous venons de terminer les vérifications des deux appareils nous pouvons commencer l'embarquements des hommes quand vous voudrez.

Dimitri rendit son salut et ils se dirigèrent tout deux vers la porte

- Parfait, le King Spider est-t-il chargé ?
- Oui monsieur nous venons juste de terminer par contre nous n'avons pas calibrés les instruments

L'officier ouvrit la porte et le laissa passer, il pénétra dans bâtiment aussi grand qu'une cathédral, vivement éclairé. L'Antonov 225, nom de code "Cossack" était posé au milieu du hangar, des techniciens terminaient les derniers préparatifs.
Le Poste de Commandement Mobile Avancé avait déja servit en Island pour rapatrier le groupe d'intervention de la Sureté. on l'avait configuré en version hôpital de campagne, cette fois ci il allait servir comme poste de Commandement Avancé pour le bataillon de la 22ème Aéroporté.

Sargov observa pendant un nomment se monstrueux oiseau d'acier

- Et l'autre appareil ?
- L'An 124-100 est opérationnel
- Alors commencer l'embarquement.
- Bien Major

Dimitri s'éloigna et sortit son mobile il vérifia l'heure ... Teikof devait etre réveillé il appuya sur la touche mémoire .


[...]


La Haye Pays Bas
Suite n° 210
Commandant Vasily Teikof

J'émerge... Beethoven joue sa 9 ème Symphonie dans le creux de mon oreille ... minute ... il est mort lui !

Je me redresse, j'attrape maladroitement mon téléphone, inutile de regarder le numéro ... seul quelques uns possèdent mon portable.

- Teikof
- Sargov
- J'écoute
- Le chargement vient de commencer le bataillon motorisé sera chargé d'ici deux heures et les hommes serons en l'air d'ici une heure et demi si tout se passe bien.

Je tente de gagner la salle de bain je préfère pas regarder dans la glace .

- Parfait Dimitri on en est ou avec Moscou ?
- Rien ne bouge pour le moment, j'ai eu Kiev, l'accueil sera assuré, l'armée régulière fournira le trensport jusqu’à la zone de sécurité.
- Bon
- Tu as l'air d'un homme qui vient de passer une mauvaise soirée ...

Je grogne

- C'est Naja on s'est embrouillé
- Ça s’arrangera ...

- Comme toujours . Tant que j'y pense vous me sortez tout ce que vous pouvez me trouvez sur le Colonel Michael Carlson tout ce qui ne figurait pas sur le rapport de base ... et vous me touvez son téléphone
personnel .

- Un problème ?
- Na
- Vasily ...
- Je t'expliquerais plus tard ... bonne chance au Kazakhstan
- Merci mon ami bonne séance .

trente minutes et une bref réunion le convoie arrivait a la CPI.

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom ClancyMaitre des lettres.Maitre des lettres.
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2011
Age : 27
Localisation : Suisse

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: N/A
Arme n°1:: N/A

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mer 8 Aoû - 0:06

Note MJ, Toute le monde est arrivé à la CPI, la défense prépare tant bien que mal ses arguments et l'accusation affutes les siens. Le Général président la coure, énonce les chefs d'inculpations retenu contre le Général Royant.

-Général Royant, le coure pénal international, vous accuse, de crime en bande organiser, de crime de guerre, de violation des droit de l'Homme et de meurtre avec préméditation. Vos complice n'ayant pas été intercepté par l'Europol ou les forces russe, vous serez tenus pour seul responsable de ces actes ! Sachez aussi que, nous ne jugerons que vos actes au niveau international, mais le commandant Letizia Ortiz, m'as demandé de vous rappelez que l'armée Européenne vous accuse de détournement de bien publique, d'entrave à une enquête de police et d'insubordination ainsi que de mutinerie. Qu'avez-vous a dire avant le début des audience accusé ?

Le Général se leva, observa l'assemblé et se figea en voyant sa femme, il regarda ensuite Carlson, puis Laurie, eut un petit sourire et s'adressa à la coure.

- Je plaide non coupable de ses accusation et accuse la Russie d'avoir voulu déclenché un conflit interne en Europe pour servir ses intérêt !

La salle s'offusqua, de nombreux murmure montèrent du silence et même des insulte, le président frappa de son marteau et le calme revint.

- Tres bien, alors que l'accusation commence son plaidoyer et appels son premier témoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri PetrenkoSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rougesSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rouges
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 24
Localisation : Prypiat, Ukraine.

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: AK-104 + Poigné + Viseur Kobra.
Arme n°1:: Saiga-12.

MessageSujet:    Mar 14 Aoû - 18:14

Sergueï écoutait le juge prononcer les chefs d’inculpations retenu contre Gilad Royant, malgré l'expérience des avocats européens il était sur qu'il ne sortirait pas entièrement blanchis de ce procès, surtout avec les preuves de Tavda qu'avait apporter le vieux Maréchal. Au moment ou Royant plaida non coupable et qu'il accusa la Russie maladroitement de chef d’accusation bidon, il était au bord du gouffre et il ne rester plus qu'à le précipiter dedans.

Après l'accusation de Gilad, la salle s'emporta rapidement dans un brouhaha de murmure qu'échanger des officiers toute nation confondu entre eux, ont put même entendre des insultes être prononcer de la part d'un officier Russe et d'un officier Anglais. Le Juge frappa avec son marteau pour ramener le silence dans la salle avant de demander à l'accusation diriger par Izotov de commencer la séance avec son premier Témoin.

Le maréchal Russe fit avancer son fauteuil roulant vers le centre de la salle, montrant ainsi son status d'avocat improviser à la coure, il prit une inspiration avant de commencer à parler tranquillement dans un anglais parfait et sans accent à l'ensemble du personnel présent dans la salle.

- Votre Honneur, l'accusation n'a pas souhaiter faire venir de témoin concernant les chefs d'accusation du général Royant... Il fut brusquement couper par un "Objection" d'un des avocats de Royant disant que l'accusation ne respecter pas les procédures standards d'un jugement.

- Je suis assez d'accord avec maître Bigot sur ce point, Maréchal Izotov, pourquoi l'accusation ne fait pas venir de témoin concernant l'incident de Tavda ?

- Votre Honneur, l'accusation na pas juger cela nécessaire au vus de preuves irréfutables montrant le Général Royant et ses Hommes assassiner près de 50 personnes innocente, sans compter les 90 Soldats que ses... Criminels ont tuer de sang froid pour échapper à la justice.


Après les propos d'Izotov, Royant fit partager ses pensés grandement négative envers la Russie à l'ensemble de la court, ce qui déclencha un nouveau brouhaha dans la pièce et qui une fois de plus fut rapidement ramener au silence par le juge.

- Maréchal Izotov, si vous êtes réellement en possession de telle preuves, pourquoi ne pas les avoir montré avec un témoin ?

- Et bien votre Honneur... C'était juste pour éviter de faire perdre un temps précieux a la coure concernant le verdict du Général Royant et que le seul témoin de cette affaire fait office d'avocat pour l'accusation.

Un silence s'installa dans la salle, les juges débattait sur les derniers dire du Maréchal Russe pour sans doute accepter ou non l'Objection de la Défense. après plusieurs minutes interminable, le Général président la coure fit face à l'assemblé avant de dire tranquillement.

- Objection rejeté, Maréchal Izotov vous pouvez continuer.

- Merci votre Honneur... Les preuves dont je parle sont les enregistrements des caméras de surveillance de la base militaire de Tavda, je préviens la coure que les images sont très violente et choquante.

Il fit un signe de la main en direction de 2 Officiers Russe qui se tenaient près d'un rétroprojecteur et lancèrent la première vidéo qui afficher la cour de la garnison de Tavda avec deux groupes bien visible, d'un côté des Femmes et des Enfants de l'autre les soldats de l'ordre Théta qui étaient tous agenouiller devant les civils, dans les deux groupes ont reconnaissaient les soldats ARC, l'élite de l'armée Européenne, tous lourdement armés.

Un troisième groupe était visible au premier plan, c'était celui dans lequel ce trouvait le Major Karkov, sa famille et le Général Royant ainsi que 2 ARC. Soudain ont vit Royant faire un geste de la main et les civils commencèrent à tomber les uns après les autres, abattus sans aucune forme de pitié par les soldats ARC hors champs, après le rapide massacre les ARC présent dans la cour alignèrent les Spetsnaz avant de les abattre comme de vulgaire prisonnier de Guerre.

Enfin ce fut le tour de Royant, il fit séparer la femme et les filles de Karkov avant de parler rapidement avec lui, hélas la qualité de l'image était médiocre et ont ne pouvait savoir de quoi il parler, quoi qu'il en soit le général européen ce releva rapidement avant d'abattre froidement les filles du Major avant d'amener sa femme devant le Spetsnaz et de l'égorgé comme un porc.

- Ca suffit... Je pense... Que nous en avons assez vus...
Lâcha lourdement le président de la coure qui afficher un visage d'horreur, même pour un vétéran, ce genre d'image provoque toujours la même sensation d'horreur. Quel sont vos autre preuve concernant Gilad Royant, maréchal Izotov ?

- Il s'agit de la même scène mais filmer avec les autres caméra de surveillance votre Honneur, sur l'une d'elle ont voit par ailleurs les Sniper hors champ du massacre.

- Je pense que cette vidéo suffit amplement... La Défense a t'elle quelque chose à ajouter concernant ça ?

Les avocats ne répondirent pas, même Gilad baissa le regard concernant ceci, sa carrière était finis désormais et plus personne ne pourrais l'aider désormais. Les personnes présente dans la salle étaient pour la plupart en état de choque, ne comprenant pas comment une telle horreur avait put se produire et encore moins comment un officier si réputé pouvaient avoir orchestré ceci. Tout ce déroulait comme prévus, pour le moment, maintenant il fallait dévoiler au monde entier la Menace Fantôme.

_________________


"Ce grand mal... d'où est-ce qu'il est venu ? Comment il c'est faufiler dans le monde ? Quelle graine, quelle racine la fait pousser ? Qui fait ça... Qui nous tue... Qui nous arrache la vie et la lumière et nous montre pour nos narguer ce qu'on aurait put connaître... Est-ce que cette noirceur et en toi aussi ? A tu toi aussi traverser cette nuit ?"


Question du Lieutenant Dimitri Petrenko à un ami Européen après la campagne de Chine en 2014.

"la violence a réglé dans l'histoire plus de questions que n'importe quel autre facteur."

Écrivain Américain du XXème Siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mar 21 Aoû - 12:33

Gilad écouta ce que Izotov avait à dire, il écouta même avec un grande attention, pour la première fois du procès les russes ne mentirent pas. Mais maintenant restait à trouvé un moyen de limité la casse. L'avocat de Gilad pris la parole et appela en premier lieux, le Commissaire Cuoqe.

- Veuillez déclinez votre identité et votre fonction ?

- Commissaire Ludivine Cuoqe, je dirige l'unité criminel de l'Europole dans le département du Rhône, France.

- Tres bien, pouvez vous nous exposer les fait survenu cher le général Royant ? demanda l'avocat.

- Nous avons été appelé par l'un des agent de sécurité de la villa, en arrivant nous avons immédiatement sécurisé la scène de crime, il y'a avait un cadavre d’assaillant dans la coure et autour de la demeure des cadavres d'agent du S.R.E.C environ 15, après cela nous avons pénétrer à l’intérieur, un mur avait été détruit à l'explosif, d'apres nos experts cela aurait été du à la détonation d'une bombe artisanale.

Gilad grogna devant de tel bêtises, une bombe artisanal ? Quelle bande d'abrutie ! Un tir de M203 ne se confondais pas avec une bombe de bricoleur.

- Et après cela qu'avez vous découvert ?

- D'autres cadavres, dont celui d'une petite fille.


- D’après votre enquête, qui apparemment à déjà été bouclé, qui à perpétré cette attaque ?

- Nous supposons un groupe de trafiquants d'armes, qui uite à une opération du S.R.E.C aurait voulu se vengé.

- Tres bien je vous remercie.

Le commissaire partie, cette idiote venait d'enfoncé Gilad. " A ce rythme je trouve du pétrole dans 2min moi". L'avocat pris ensuite quelques feuille et les donna à la coure.

- Voici le rapport de la division d’enquête dirigé par le DISS, le renseignement militaire européen. En collaboration avec la police militaire de l'EnforcerCorps, les expert ont prouvé que l'explosif utilisé par les attaquant était de classe militaire, comme dirait les militaire présents de bon vieux tir de M203, ou plutôt de son homologue russe ! De plus pour affiner ces propos je demande au Général de Brigade Gilad Royant de venir à la barre.

Gilad était plus que remonté contre l'Europole mais il se demandais si son avocat n'avait pas un plan pour épuré le système un grand cout en même temps qu'il lui sauverait les fesses de la prison a vie.

- Général De Division Gilad Royant, directeur du Service de Renseignement de l'EnforcerCorps, commandant de la 94eme Brigade de Combat européenne nomination "Légion Phoenix". J'appartiens aussi à la compagnie ARCA que je commande depuis 2017.

- Pouvez vous nous dire pourquoi avoir lancé un assaut sur la garnison de la ville de Tavda en Russie ?

- Alors que j'était à bord du Porte-Avions Foudre De Guerre, un message du QG régional du Sud-est de la France, nous a relayer un message venant de mon pere, qui me signalais une attaque sur ma demeure, ainsi que la mort de ma fille, des mes soldats et une grave blessure à ma femme, ici présente. Je suis donc rentré en France et ai pris le commandement de 18 des 20 ARC Alpha, en arrivant cher moi, nous avons examiner le cadavre, un russe, les armes bien qu'ayant les numéros de série effacé correspondait, de plus lors d'une opération des plus "légale" nous avions récupérer un disque dur, contenant les nom et les photos d'une unité russe, qui par le passé avait effectué des assassinat sur des officiers d'autres nations.

A ce moment la un soldat de l'Enforcer apporta le disque dur et le donna a la coure.

- Ce disque dur ainsi que les information recueillie par la section 1 du S.R.E.C, nous prouve que la mort du Capitaine Evrett Marshall et de sa famille, USMC était un assassinat, la NSA nous l'as confirmé, la mort du Colonel Xi-Lien Tchen, armée de la république populaire de Chine, était aussi un meurtre perpétrer par cette unité.

L'avocat sortit une dernière feuille et la donna à la coure puis regarda Gilad.

- Général ? Qu'avait-il été prévu par le conseil restreint de faire à propos de cette unité ?

- L'ordre avait été donné au DISS et au S.R.E.C de neutraliser cette équipe par tous les moyens. Nous avions prévu une série d'assassinat orchestré par la section 1 et 2 du S.R.E.C.

- Donc les ARC et vous même n'avez fais qu’avancer une opération ?

- Oui, la seul choses dont j'ai à répondre est le fait d'avoir agit sans ma hiérarchie, je n'ai a répondre que des accusations de mon état major.

-Tres bien, merci Général. Pour finir j'aimerai vous lire un extrait du psychologue en charge de l'état-major du S.R.E.C. "Au vue des tests effectué et de la récente perte de son unité, le commandant Royant, est parfaitement capable de commandais, mais j’émets une réserve si un choque, tel la perte dans un conflit d'un membre de sa famille au sens large, arrive qu'il ne perde les pédales, dans ce cas la un suivit psychologique devra avoir lieu."


- Merci maitre, la séance est levé ! Nous viendrons donné notre verdict dans 5h !

Spoiler:
 

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom ClancyMaitre des lettres.Maitre des lettres.
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2011
Age : 27
Localisation : Suisse

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: N/A
Arme n°1:: N/A

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mar 21 Aoû - 23:07

La coure reviens dans la salle d’audience après environ cinq heures de délibération, tous le monde se tient debout et seul le bruit de quelques crissement de fusil ou de gilet des soldat JSF présent ne trouble le pesant silence qui règne sur la pièce. Le président s'éclaircie la gorge avant de prononcer distinctement le verdict.

- Au vue des preuves apporté par la Russie et l’Europe dans cette affaire. Devant le fait que les deux partie se soit rendu coupable de violation de nombreuses règle international. et aussi du fait que les deux partie soit principalement des agences d'espionnage ayant pour but de servir les intérêts peux scrupuleux de leur gouvernement. Nous avons décide de prononcé le non lieu ! D’après nous trop de preuves ne sont pas fondé et trop de secret entoure cette affaire. Néanmoins, cette cours de justice international condamne le S.R.E.C à une amende de 2.000.000 de dollars US, qui seront redistribué aux famille des victime. Nous transmettrons aussi des recommandations à la coure martial qui jugera le Général Royant. La séance est levé !

Le juge frappa de son marteau et tous commencèrent à quitté la salle d’audience, dehors il allait avoir encore bien des épreuves et pas seulement les journalistes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mer 22 Aoû - 0:52

9H45 CPI
"Dommage Collatéral"
Vasily  Teikof

le marteau claque

Je me lève en meme temps que la délégation russe, dégouté, je suis dégouté ... mais je savais a quoi m'attendre ... un non lieu bien entendu. Grace au sceau du secret nous avons réussi a nous en tirer tant bien que mal... personne ne serai jugé a part Royant ... foutu assassin, mais ce n'est pas ce qui me déchire le plus ... les victimes de l'opération en Island disparaiteron dans l'oubli ... Le gouvernement na pas voulut s'étendre et prendre des risques ... des risques putain foutu politicard ... ils ont sauvé le bateau mais l'équipage est déja passé par dessus bord .

Je me dirige vers la sortie, j'échange un regard avec Timofey, il saisit tout de suite ma colère, mais ne dit rien... qu'y a-t-il a dire de toute manière.

La partie est terminé nous devons nous retirer de l'échéquier, laissons les autres déblayer le terrain. Alors que nous passons la porte, j'apercois Naja avecdeux de agents, elle ne m'a pas adresser la parole depuis ce matin.
Je m'approche.

- Capitaine ... puis je vous parler en privée ? elle hoche sèchement de la tete et nous nous mettons a l'écart de la foule qui se dirige vers la sortie du tribunal.
- Naja ... je ... je crois que je te dois des excuses pour hier soir ..,. elle me fixe de ses yeux marrons, sa bouche n'est qu'un mince trait sur son visage,  je suis allé trop loin hier soir .
- Vasily je me fout de tes excuses, tu t'est livré a ce foutu colonel ... je pensais te connaitre, que tu me fessait confiance ... tu sais parfaitement que tu peut te confier a moi ... pourquoi pense tu que ce Carlson arriverai a mieux te cerner que moi ? Sa voix exprimaait de la colère mélé a de la tristesse

- Il a vécut des choses qui nous rapproche, des choses en commun ...
- Ha oui ? voyez vous ca ? il a prouvé sa valeur a tes yeux c'est ca ? Le nombre de morts aux compteurs fait de lui un intéret ? et bien crois moi Teikof ... la mort de mes parents me suffit amplement, celle de Trachenko également ... Moi aussi je les voit a chaque fois que je ferme les yeux moi aussi je les entends ... j'ai essayé de te le dire mais tu n'est préoccupé que par toi même et ta petite carrière ... tout le mnceronde sait que tu te drogue avec ces foutus médoc, et que tu ésquive cette visite médicale uniquement pour ne pas perdre ton commandement !
La colère brillait dans ses yeux et sa voix était dur comme de la roche.
-Moi aussi j'ai perdu des êtres chère mais je continue a avancer ... et toi regarde toi ... tu te comporte comme un lache !

je lui saisit le bras, la colère m’envahit, -Tait toi tu ne sais pas de quoi tu parle ! sifflai je entre mes dents. Elle se dégage et recule d'un pas, personne n'as remarqué notre petite scène, a part Timofey qui semble ne pas comprendre la raison pour laquel j'ai brusquement empoigné Naja.

- J'osait éspéré que tu aurais compris que tu n'étais pas le seul a éprouver des sentiments pour la mort d' êtres proches et que tu avais la possibilité  de te confier a moi lorsque les situations dérapaient ... je me trompais Vasily ... je me suis lourdement trompé ...

Elle tourna les talons et suivit le reste de la délégation russe a l'extérieur.

Je resta la un momment sans rien dire encore sous le choc des paroles de Naja, puis je senti que l'on me secouait par l'épaule, Vanzine .

Puis ce fut le déclic ... Vanzine, Izotov, La bombe ... MERDE !

Je repoussa mon garde du corps et m'élanca a toute jambe vers les escaliers du Parvis.

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .





Dernière édition par Vasily Teikof le Lun 2 Sep - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri PetrenkoSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rougesSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rouges
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 24
Localisation : Prypiat, Ukraine.

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: AK-104 + Poigné + Viseur Kobra.
Arme n°1:: Saiga-12.

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Ven 24 Aoû - 0:13

Le procès était désormais finis, le non lieu prononcer, la Russie indemniser pour le massacre des familles à Tavda, Royant sera certainement juger par une coure martiale de l'Enforcer Corps et sans doute condamné plus ou moins gravement pour lui... Quoi qu'il en soit tout ce déroulait comme prévus et la dernière partie de la phase 1 allait se dérouler juste devant la CPI dans très très peu de temps. Le groupe spéciale devait certainement avoir commencer la phase 2 de l'opération, sans doute la raison du départ précipité d'un des officiers du S.R.E.C.

Izotov sortis rapidement de ses pensés en arrivant sur le parvis et en voyant la marée noire de journaliste et de flash des différents appareil photo qui mitrailler la délégation Russe ainsi que les Européens qui se faisait plus discret après la diffusion des vidéos du massacre de Tavda. La délégation Russe arrive bientôt près des journalistes, les 3 Tatra Cosaque ayant amener la délégation attendant en fil indienne gardé par quelque Garde Rouge chargé de protéger la Délégation, et les seuls militaires Russe autoriser à porter des armes.

Alors qu'il traverse la foule de journaliste, il remarque un des hommes chargés de faire exploser la bombe le fixer, attendant le simple signe du vieux Maréchal pour le bouquet final. Izotov souris en coin en repensant a ce vieux film anglais connus sous le nom de "Bon baiser de Russie". Il fit alors un rapide geste de la main comme pour ordonner à un de ses sous-fifre de quitter son bureau au Kremlin et le mystérieux personnage disparus dans la masse de journaliste, il ne restait désormais plus que quelque seconde avant qu'une camionnette de CNN remplis d'ANFO n'explose à environs 200 mètres de là, juste devant le cordon de sécurité, Izotov se demandait quand même ce que ferais 10 Tonnes de cet agent chimique dans une zone aussi surveiller.

La réponse était simple, un choc d'une violence inouïe, un peu comme pour le 11 Septembre mais en moins... Gros.

Et alors qu'il pensait a ceci, un puissant flash l'ébloui rapidement alors qu'une violente onde de choc ne plaque son fauteuil d'un coup sur la droite, projetant le vieux Maréchal sur le sol alors qu'une pluie de débris en tout genre commencer a tomber ici et là. Izotov essaye de se redresser, ses oreilles sifflant à cause de l'onde de choc, il aperçus rapidement le futur colonel Teikof tenir dans ses bras un de ses officiers, une Capitaine, qui venait d'être transpercer par une barre en acier au niveau du ventre, avec de la chance elle s'en sortirais.

Il s'assis avec difficulté pour contempler son ordre, un ordre qui allait changer le monde, surtout avec la série d'évènement que son "Fou" venait de déclencher sur l’échiquier mondial.

_________________


"Ce grand mal... d'où est-ce qu'il est venu ? Comment il c'est faufiler dans le monde ? Quelle graine, quelle racine la fait pousser ? Qui fait ça... Qui nous tue... Qui nous arrache la vie et la lumière et nous montre pour nos narguer ce qu'on aurait put connaître... Est-ce que cette noirceur et en toi aussi ? A tu toi aussi traverser cette nuit ?"


Question du Lieutenant Dimitri Petrenko à un ami Européen après la campagne de Chine en 2014.

"la violence a réglé dans l'histoire plus de questions que n'importe quel autre facteur."

Écrivain Américain du XXème Siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Ven 24 Aoû - 14:17

je passe la porte comme un fou, une foule compacte s'est rassemblé sur le parvis du tribunal, journaleux,soldats, membres des délégations ... je n'apercois nul part mes hommes ...

Vanzine arrive derrière moi, il semble inquet.

- Commandant Teikof que se passe-t-il ?
Au lieu de lui répondre je scrute la foule attentivrment, j'apercois Izotov entouré de la délégation russe et de ses gardes rouges, c'est alors que je surprend le geste du vieux Maréchal, il semble s'adresser a quelqun dans la foule ... Merde ... Au momment ou j'allais descendre les marches jel'apercois ... Naja est a coté d'un 4x4 de notre convoi.
Sans réfléchir je dévale les escaliers suivi de Timofey qui a sortit son arme.

[...]

L'homme s'est mis a bonne distance histoire de pouvoir a la fois observer la place du Tribunal et de rester a l'abris de l'explosion, il vérifie sa montre, il porte alors son regard sur le Maréchal, il est presque a la voiture, hors de porté de la zone mortelle. Il prend un détonateur et enlève la sécurité, le voyant rouge passe au vert, il regarde une dernière fois le Parvis ... un homme semble fendre la foule il appel quelqun ...

Il presse le bouton.

[...]

Je me rut en direction du convoi, je repousse violamment tout ce qui est sur mon chemin je geule son nom, je la voit qui tourne la tete, surprise... L'explosion balaye tout le parvis, des débris de métal fauchent les personne les plus proche, une onde de choc fait exploser toutes les vitres aux alentours et projette tout le monde a terre, une énorme vague de chaleur accompagne l'onde de choc, avant que Teikof n'est pu faire quoi que ce soit, il est viollament projeté en l'air et s'écrase au sol inconscient.

[...]

- Co... Commandant ... réponde...répondez moi ... commandant ...

La voix de Timofey force Vasily a ouvrir les yeux, il a mal partout sa tête est douloureuse et il ne sent plus sa jambe droite, la voixdu sergent semble étouffé et lointaine comme si il parlait avec une radio deffectueuse, il remarque alors que ces oreille siffle effroyablement, tout les sons lui semblent déformés. Il se redresse lentement aidé par son Sergent, il a l'air blessé, une profonde entaille saigne abondamment de son visage, il tente de parler mais sa propre voix ne parvient pas a ses oreilles.

- Ne vous inquétez pas ... l'évac l'évacuation médical est en route.

C'est alors qu'il prend conscience qu'il entend d'autres personnes ... des cris, desgémissements ... parout ou il porte son regard, il ne voit que des débris méler ades corps sans vie ou remuant a peine, près d'eux un journaliste se tien le bras en hurlant ... on dirait qui lui en manque une partie, plus loin un policier soutient une jeune femme au visage ensanglanté et a la jupe roussi partout des gémissements et des appel a l'aide.

Teikof tente alors de se relever, Vanzine essaye de l'en empécher

- Commandant rester a terre ... vous etes blessé a la jambe sa risque d'empirer ...

Vasily baisse les yeux et remarque que le tissu de son uniforme est déchiré au niveau du haut de sa cuisse jusqu'au genou, il semble qu'on lui est noué un badage serré autour de la blessure pour contenir l'hémoragie.

- Naa ... Naja ? ou est t-elle ?
Le sergent semble désorienté et répond qu'il ne sait pas ou elle est.
Il se lève, timofey ne tente pas de l'arreter, il tente de se remettre sur ses jambes vacillante, et en boitillant, d'un pas mal assuré,il se dirige vers l'endroit ou son capitaine a disparut.

Malgré le sifflement de ses oreilles il entend les hurlement de douleurs et les plaintes des blessé, il trébuche sur ce qui avait été un officier dela JSF avant qu'une portière de voiture de police ne vienne le couper en deux, Le commandant se relève, les yeux alluciné, le regard fou, continuant a marcher, c'est alors qu'il la voit

Il se se met a courir ignorant la douleur qui palpite a ses tempe et qui menace de lui faire perdre connaissance, a coté du véichule retourné, en morceaux gît le capitaine Naja Janor, étendu sur le coté.
Vasily se penche, les mains tremblante et pose sa main sur son cou tatant le pouls ... il est faible mais elle vie.

- Naja ... il la retourne doucement c'est alors avec horreur qu'il voit le morceau de métal dépasser de sa combinaison au niveau du ventre

A ce momment elle ouvre les yeux, son teint est livide, du sang coule de son cuir chevelu, elle tente de parler son visage n'exprime que de la souffrance et de la culpabilité.

- Va...Vasily ... Pap...pardonne moi ...
Des larmes coulent sur le visage crasseux de Teikof
- Tait toi ... ne dit rien ... garde tes forces ... tu va t'en sortir ... il a la gorge noué et sa voix est rauque.
- Vasily ...si je m'en sort pas ... je ... j'ai ... été ... stupide ... tu ...elle fait un effort pour pouvoir parler, pardonne moi ... je t'aime finit t-elle par lâcher dans un murmure.
- Moi aussi bégaye t-il .. il l'embrasse. elle a épuisé ses derniere force elle ferme les yeux.

Vasily éclate en sanglot serrant son capitaine dans ses bras

A travers la fumée noir percent les sirènes des véichules de secours.

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timofey VanzineG.R.U, Сержант/SergentG.R.U, Сержант/Sergent
avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 19/04/2011
Age : 24
Localisation : Au bon endroit au bon moment

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Saiga-12u + 92 FTP
Arme n°1:: RPK-5M + QSZ-93

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 1 Sep - 21:58

20 AOÛT
CPI,PAYS-BAS
Serjant ( Sergent ) Timofey Vanzine


Les cris de panique retentissent. Le vacarme des sirènes se rapproche. Une épaisse fumée noire enveloppe la scène. Timofey tient fermement son PSS dans sa main gauche. Encore un peu sonné par l'explosion, il essaye de garder son calme au maximum et surveille les environs, à la recherche de tout mouvement suspect. Il cherche à couvrir le Commandant Teikof, qui tient le Capitaine Janor dans ses bras. Elle est gravement blessée. Vasily crie à s'en arracher les poumons. Il appelle à l'aide en Russe.

Des pompiers arrivent rapidement sur les lieux pour éteindre l'incendie, tandis que des ambulances parviennent en masse. Le Sergent fait signe à des brancardiers, et leur désigne ses supérieurs blessés sur le sol. C'est alors qu'il sent une douleur atroce dans son bras droit. Il se rend compte qu'un éclat de verre d'une taille non négligeable y était planté. Comment ? Pendant la chute ? Le souffle de l'explosion ? Peu importe, il fallait... Il ressentit de légers picotements sur le visage. Des entailles.

Serrant les dents et faisant abstraction de la douleur, il monta à bord de l'ambulance. Janor était allongée sur le brancard, tandis que Teikof et Vanzine étaient assis à côté. Les ambulanciers s'occupaient de stabiliser le Capitaine. L'un deux voulu s'occuper de Vaisily, mais il fit signe qu'il attendrait et qu'il fallait en priorité s'occuper de Naja. Il dut insister.

La course à travers la ville fut bien silencieuse. Ni le Commandant, ni le Sergent n'osèrent ouvrir la bouche. Seuls le bruit du moteur et les quelques échanges sporadiques du personnel paramédical composaient le paysage sonore. Timofey profita du calme pour desserrer sa cravate et défaire quelques boutons de sa chemise.

Après 10 minutes en ligne droite, les portes arrières s'ouvrirent et on aperçut l'entrée d'urgence de l'hôpital Bronovo. Janor fut transporté rapidement jusqu'à un bloc opératoire. Teikof et Vanzine furent pris en charge par un infirmier qui les accompagna jusqu'à un médecin.

Le docteur prit en charge le Commandant, tandis que son assistant s'occupait du Sergent. Timofey avait le dos tourné et ne pouvait pas voir quel traitement subissait son supérieur. On lui déchira la manche droite de sa veste et de sa chemise, puis on lui retira le bout de verre. La blessure fut compressé et désinfectée immédiatement après, ainsi que les petites entailles qu'il avait sur le reste du corps. À présent des pansements recouvraient son visage et un bandage entourait son bras droit.

Il dut signer un papier. Heureusement, il lui restait sa main dominante. Puis on le fit sortir. Il prit soin de prendre sa veste, dans laquelle était toujours rangé son PSS. Un peu dérangé de dissimuler une arme dans un hôpital mais sans autre option valable, il se résigna à la garder.

Timofey décida d'attendre la sortie de Vasily et en profita pour s'asseoir. Quel beau merdier, une bombe qui saute juste après un procès. Il fallait s'y attendre, sûrement un coup fourré d'un des camps. Vanzine espérait que les autres s'en était bien tiré, et il eut une pensée pour Naja, qui était probablement en soins chirurgicaux.

Teikof sortit enfin. Il avait l'air tout rafistolé mais fonctionnel. On pouvait lire de la tristesse et de la colère sur son regard. Les deux hommes se rapprochèrent.

-Naja ! Où est-elle ?

Timofey fut un peu déstabilisé par sa soudaine intervention.

-Euh je ne sais pas Commandant, on a qu'à aller demander.

Les deux militaires prirent la direction de l'accueil, avec plus ou moins de difficulté. Pour éviter que Teikof ne s'énerve, le Sergent décida d'aller parler lui même à la réceptionniste. Il força un sourire et lui demanda dans son plus beau néerlandais des indications. Après quelques vérifications elle lui répondit que l'opération allait probablement durer toute la nuit. Après l'avoir convaincu qu'ils étaient des amis de la patiente, la femme leur fit la moue en leur disant qu'il pouvait rester dans la salle d'attente du lobby pour la nuit.

La remerciant chaleureusement, Timofey se retourna vers Vasily et le regarda avec inquiétude. Ce dernier soupira puis traina des pieds jusqu'à une chaise avant de se laisser tomber dessus, l'air dépité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/greendaddy0
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mer 12 Sep - 7:26

Un flash… suivit d’un bang…puis le souffle Gilad put saisir Laurie au moment où ses pieds se soulevèrent du sol, puis le choc, l’officier sentie ses muscles crié de douleur sous la violence de la chute ajouter à cela le poids de Laurie. Les deux agents du S.R.E.C ouvrirent les yeux, les sirènes de police et des pompiers raisonnaient déjà. Le général se releva tant bien que mal, observant autour de lui, soudain un des agents de sécurité américain fit signe à un de ses camarades infirmiers de venir vers lui, une femme blonde était en position latéral de sécurité, pendant que le colonel commençais à faire point de compression sur l’arcade de Gilad qui venait d’exploser, toutes les unités de sécurité cherchais d’éventuelles cibles terroristes, mais trop tard, une seul explosion et maintenant le chaos était maitre. Des cris, des pleurs et des gémissements on se serait cru en pleine guerre. Soudain Gilad reconnu la jeune femme blonde, c’était Garance, le jeune officier accouru aussitôt, vers le corps inanimée, poussant le doc de la JSF, il savait que c’était déjà fini, éclatant en sanglot, il la saisi dans ses bras, Laurie et d’autres officiels de l’EnforcerCorps se précipitèrent vers lui. Les pompiers arrivèrent au même moment, et tous ce passa au ralentis les XC-90 noir mat, flanqué d’une main tenant des éclairs, du S.R.E.C stoppèrent net sur le parvis de la CPI des hommes des forces spéciales se déployèrent et les personnels de l’agence embarquèrent à bord, Gilad sentit un homme le saisir à bras le corps entre deux clignement de paupières il vit un kama, les ARC, Ils l’embarquèrent sans ménagement et la dernières chose que Gilad entendu avant de tomber dans les pommes fut : « C’est confirmé, le colonel Beck est K.I.A ».

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil 1.1IA du ForumIA du Forum
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 7
Localisation : Ici Et Là

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Banator 2011
Arme n°1:: Kickator 2011

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Dim 16 Sep - 15:29

C'est terminé pour ce RP, chaque belligérant retourne dans son pays pour se remette de cet attentat. Les Russes se prepare pour la suite de leur plan, les USA quittent l'Europe avec leur blesser à bord de leur flotte de l’atlantique nord. Quand aux européens, ils déclenchent plusieurs procédures d'urgences et lance des enquêtes internes. Vos prochains RP se dérouleront soit dans la vie civil, soit dans la vie militaire.

Bonne Chance à tous ! La suite bientôt !

End Transmission...

_________________
The End Has Begun

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endwar-rpg.superforum.fr
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prélude-01: Le Procès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» [déroulement des procès]
» [procès] La Rochelle - Billlogan - arnaque
» Saintes : Marcella (procès RP)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End War :: Espace RP :: Théatre de Guerre.-