AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prélude-01: Le Procès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Timofey VanzineG.R.U, Сержант/SergentG.R.U, Сержант/Sergent
avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 19/04/2011
Age : 24
Localisation : Au bon endroit au bon moment

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Saiga-12u + 92 FTP
Arme n°1:: RPK-5M + QSZ-93

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Dim 19 Fév - 14:00

Alors que Vasily sort de la pièce, Timofey commence déjà à remonter les deux autres PSS. Il est rapide et efficace. Après s'être assuré que tout fonctionne, il se dirige vers la table où le datapad qu'il avait donné à Teikof dans le 4x4 était posé.

Il le reprend, et l'utilise pour entrer en communication sécurisée avec la Division Trèfle, à laquelle il demande un plan complet et un rapport sur la sécurité, avec leurs estimations sur les forces déployées par les États-Unis.

En attendant la réponse, il va chercher les informations les plus basiques sur le site officiel de la Cour Pénale Internationale. La visite virtuelle lui permet d'avoir une vue de la salle d'audience, et de recueillir quelques autres informations utiles.

Une notification lui signale qu'il vient de recevoir un message. Les renseignements de la Sûreté viennent de lui être transmis. Il les étudie pendant quelques minutes. Il est fait mention d'un agent pouvant faire passer quelques armes dans l'enceinte de la Cour. Sans perdre de temps il renvoie un message demandant de le faire venir au plus vite à l'hôtel.

Il sort ensuite de la chambre et se dirige vers celle de l'autre moitié de l'équipe. Le couloir est dans le même style que l'entrée, une moquette rouge, des murs en stucs.
C'est le Dr. Chapev qui ouvre la porte. Timofey et elle s'échange un sourire poli, puis il entre. La chambre est un peu plus grande que l'autre, mais n'a pas d'autres particularité.

-Je viens juste vérifier que tout va bien de votre côté.

Les trois autres soldats de la Division Pique présent dans la suite comprennent immédiatement et lui montre les trois PSS et le SR-3 qu'ils ont remonté. Parmi eux se trouve le sergent Buski, ils étaient en Islande dans la même escouade. Les deux autres il ne les connaît pas, il sait seulement qu'ils répondent respectivement sous le nom de Liev Boninovsky et Ugo Dessiatkov. Chapev et Brajev n'ont rien à lui montrer mais ils semblent déterminés. Parfait. Il s'en va aussi rapidement qu'il est venu, après avoir récupéré les armes et salué poliment ses camarades.

De retour dans se chambre, il dépose son butin dans le sac, à côté des autres pistolets. Il sort également son pistolet de son holster et le place avec le reste. Il s'empresse de le fermer lorsqu'il entend frapper à la porte. Il se lève, et se dirige vers la source sonore. Jetant un rapide coup d'œil à gauche il voit le capitaine Janor sortir de la salle de bain, prête.

Sur le pallier se trouve un soldat Américain, il semble jeune, et assez mal à l'aise. Il tient nerveusement sa M4, et essaye d'éviter le contact visuel.

-Euh... Quelqu'un vous attend... en bas... euh... Monsieur... balbutie-t-il.
-Ahh d'accord, merci, répond Timofey en souriant avant de le suivre jusqu'à l'ascenseur.

Arrivé en bas on le conduit jusqu'à une jeune femme brune, vêtu d'un tailleur bleu foncé et portant un sac à main. Dès qu'elle le voit elle affiche un sourire radieux et se jette dans ses bras.

-Ah Tima, ça me fait plaisir de te revoir, lui dit-elle en néerlandais.

Vanzine décide de jouer le jeu, et il l'accueille chaleureusement.

-Je pensais pas te voir si tôt ! S'exclame-t-il alors qu'ils se dirige vers l'ascenseur.
-J'ai fais aussi vite que j'ai pu.

Une fois arrivés dans la chambre, Timofey ne perd pas de temps et lui présente les armes, sous le regard intrigué de la Capitaine.

-Je peux vous faire passer cinq pistolets ou trois et un pistolet mitrailleur, ça va être dur de faire mieux, dit-elle en Russe.
-C'est parfait, lui dit-il en tendant les trois PSS et le Versek qu'elle range soigneusement dans son sac à main.
-Ne vous inquiétez pas je m'occuperais du démontage et du remontage, vous n'aurez qu'à les récupérer une fois là-bas. Je vous transmettrai l'emplacement des cachettes quand vous y serez, je ne peux pas prévoir à l'avance lesquelles je vais utiliser.
-Merci, je vous raccompagne ?
-Non ce n'est pas la peine, et puis il faut que je me dépêche, dit-elle avant de quitter la pièce.

Quelques minutes plus tard, c'est Teikof qui ouvre la porte, affichant un air très sérieux Il fait signe à Timofey et Naja que c'est l'heure de partir, avant de s'éclipser dans le couloir. Les deux soldats rassemblent les affaires puis sortent de la chambre. À peine sortis ils voient le Commandant revenir vers eux accompagnés des scientifiques et des trois autres agents.

Le Maréchal est déjà en bas, il s'énerve du fait qu'on essaye de l'aider autant. Il ordonne au soldat de le laisser tranquille et leur crie qu'il peut entrer tout seul dans une voiture. Timofey accompagne le Commandant Teikof jusqu'au 4x4 où ils s'asseyent avec Izotov.

Aussitôt que le convoi démarre, le Sergent sort le datapad et commence à expliquer ses trouvailles.

-Je vais aller à l'essentiel, il y aura environ une quarantaine de personnes dans la salle d'audience, plus une quinzaine si on compte la cabine audiovisuelle et les salles d'interprétation et de sténotypie. Il y a une centaine de place pour le public dans une salle adjacente, séparée par des vitres. Beaucoup de personnes importantes ça veut dire beaucoup de sécurité, et ça m'étonnerait que les gardes habituels surveillent l'audience vu que c'est les États-Unis qui s'en chargent. On a des chances d'être confronté à des agents de la NSA déguisés en simples soldats et armés de M4A4 et de MP5A6. Dans l'enceinte du bâtiment il y aura encore plus de sécurité, on ne doit faire confiance à personne, les Européens contrôlent ce lieu, ils vont avoir des gens du SREC sur place c'est forcé. Pour les sorties de secours on a que deux sorties de la salle d'audience, une derrière les représentants d'état, et une derrière les représentants légaux des victimes, chaque côté de la pièce. Après pour sortir du bâtiment il n'y a que deux sorties possibles. On va être harcelé dès l'entrée par les détecteurs de métaux, et ça va être difficile de faire passer nos armes. J'ai déjà confié la moitié à un contact et l'autre moitié se trouve ici.

Timofey place le sac sur ses genoux et en montre le contenu à ses interlocuteurs.

-Et ça, on va le faire passer grâce au fauteuil roulant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/greendaddy0
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 20 Fév - 18:38

Iztov va pour décrocher le téléphone, je le prévient que je rassemble l'équipe car l'heure tourne, le début de la séance approche, Nous terminerons le briefing dans la voiture .

Je m'éclipse tendis que le Maréchal entame la conversation

Je sort de la chambre, Je tremble de partout ... ça recommence, ca va recommencer, une putain de bombe va balayer la place comme le vent ... Je me sent mal, j'ai besoin d'air, j'ai du mal a respirer. J avise une fontaine proche d'une fenêtre finement orné, je me précipite vers elle, me sert un verre d'eau glacé que j'avale d'un trait.
Mon verre tremble ... Non ce sont mes mains qui sont parcourt de tremblement incontrôlables, ma tete me tourne, je défait mon col avec difficulté, je suis obligé de m'appuyer sur le mur pour ne pas perdre l'équilibre, je me prend ma tete entre les mains ... Je la revoit de nouveau ... son visage ...

Les cachets ...

Je me met a fouiller frénétiquement dans ma sacoche, j'en extirpe avec difficulté une plaquette emballé dans un film protecteur, je le déchire... Ho ma tête j'ai l'impression quel va exploser ... Ma vue se brouille ... Le doc avait dit pas plus d'un par jour ... Fait chier ... je me traine jusqu’à a un minibar roulant, je sort du tiroir inférieur une bouteille de Wisky ... Jamson,Irlandais ... Peu importe ... Je m'enfourne trois cachets et j’enquille quelques gorgés de la bouteille .

Au bout de quelques minutes je sent l'effet des médoc agir, les battements désordonnés de mon cœur se calme peu a peu.

Je me souvient seulement de la grosse voiture noir ... le moment ou elle s'est arrêté et quand la portière s'est ouverte ... J'ai vu la petite fille descendre avec son petit cartable ... Il était déjà trop tard... Je me rappellerais toujours de son expression surprise lorsque elle ma entendu hurler ... Dimitri ma raconté comment j'étais sorti de la bagnole comme un dingue ... Mais il était déjà trop tard ... 25 Kilos de C4 ont pulvériser la voiture et balayer la zone dans un rayon de 60 mètres ... J'ai faillit y passer ...

Depuis L'Island ce souvenir que je pensais avoir enfoui au plus profond de moi même est remonté a la surface .

Maintenant on me demande de revivre cette situation ? Nom de Dieu je ne peu pas imaginer que cela se reproduise a nouveau ... Je suis un soldat j’obéis aux ordres mais je suis déchirer entre mon devoir et ma conscience ... Que faire ? ... Reprend toi Vasily... Reprend toi ...

Mon bippeur sonne... Le signal du convoie plus le temps de réfléchir.

Je remet mon uniforme en ordre, cale mon béret sur ma tête et me dirige d'un pas encore tremblant vers l'escalier.

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 5 Mar - 14:29

QG temporaire de l'EnforcerCorps à la CPI
Colonel Laurie Lenotte, porte-parole du S.R.E.C,
État-major du Général Royant.


Laurie se leva de sa chaise et ajusta son uniforme, pour une fois elle portait sa tenue de cérémonie et non son treillis du S.R.E.C. Elle fixa son béret sur la tète et vérifiant que ces cheveux était bien ordonné en une simple mais très élégante queue de cheval, saisissant quelques feuille elle quitta la pièce avec son aide de camp, et ils prirent la direction de l'entrée de la CPI où une estrade était installée pour les conférence de presse. Des journalistes de plusieurs nation était présents mais ceux qui avait le plus de moyen était CNN pour les USA, Europe News 24/24 pour l’Europe et Novaya Gazeta pour la Russie. Bien qu'ayant énormément de pression sur les épaules Laurie reste le plus décontracter et détaché possible, de plus elle allait annoncé des choses qui ne montrerait plus la Russie comme une victime. L'officier s'avança devant un pupitre, s’éclaircit la voix et commença son discours.

- Tous d'abord, bonjour à tous, je vous remercie de votre présence, je vous annonce que le bilan officiel de l'incident en Islande m'as été transmis, je commence donc par ceci, 28 kommandos tués, 37 blessés, sur 80 hommes déployés pour l'EnforcerCorps à cela s'ajoute les 14 kommandos et les 2 pilotes tués pour récupérer le directeur du projet qui lui même à été tué par ses tortionnaire !

L'un des journaliste de CNN voulu posé une question mais Laurie lui fit mine de ne dire car il aurai ses réponses sous peu puis elle repris.

- La ganison de l'armée régulière en Islande qui comporte 110 combattant, à vu ses perte s'élever à 19 tué et 54 blessé. Et je termine par le S.R.E.C, qui à déployer ses meilleur kommandos, les membres de la section 2 commander par leur officier supérieur et mon estimé collègue, le colonel Micheal Carlson, qui en plus d’être blessé du écrire 16 lettres de condoléance aux famille, nous avons aussi eu 5 blessé. Par ce discours je tiens à assurer au famille de nos valeureux soldat tombé, ou blessé des affectueuses pensé de tous l'état-major, car quand l'un des notre tombe nous perdons tous une part de nous même.

Laurie fit signe au reporter de CNN qu'il pouvait posez ces questions, ce dernier ne perdit pas de temps et monta à l'assaut de la poste parole.

- Colonel vous avez parler de tortionnaires, mais de qui s'agit t-il exactement ?


- J'attendais cette question, les tortionnaires en question, sont les membres d'une unité russe, en effet notre mission de sauvetage à perdu la vie en Russie et il ne fait aucun doute que l'attaque sur notre centre de recherche et de production d'arme expérimental, à été mené par les forces russe, pour cela nous en avons la preuve, car plusieurs dépouille de l'armée régulière russe on été récupéré, l'Europe n'as pas pris sa pour un actes de guerre mais nous espérons bien obtenir des réponses du gouvernement russe, question suivante.

Ce fut au tour du journaliste russe de sauté sur l'occasion.

- Colonel Lenotte, si la russie à attaqué votre complexe c'est une frappe préventive, qui à eu pour but de protéger le monde de l'un de vos plan, non ? Que développé ce complexe en Islande ?

- Ce complexe travail sur la robotique de combat et la lutte bactériologique

- Et pour lutté contre les arme chimique vous devez bien travailliez sur des souche virales dangereuse non ?

- En effet c'est pourquoi un laboratoire P4 classé secret défense était situé sous le complexe, ce labo était une annexe de sanofi pasteur basé à Lyon, mais été entretenue par EuropaCorps et ne devait pas être utilisé sauf problème grave au labo P4 de Lyon.

Ce fut le journaliste d'EuropeNews, qui permit a Laurie d'abattre ses cartes.

- Colonel, y'a t-il eu un incident à Lyon qui nous ai été caché, qui à poussé à l'utilisation du P4 d'Islande ?

- Non aucun problème ne s'est présenté à Lyon, mais encore une fois la Russie dans une tentative d'actes terroriste visant le port de commerce de Marseille, avec des armes nucléaire et des souches virales renforcée de la peste et du choléra, nous a forcé de prendre des mesure, nous savions par la section 1 qu'un projet de propager des maladie grave en Europe à été soulever par le Kremlin, c'est pourquoi nous avons travaillé sur le problème en secret.

- Mais avez-vous des preuves de ce programme et de cette attaque ?


- Oui, j'ai personnellement assisté a bord de l'un de nos navires de guerre, à la prise de contrôle d'un cargo libyens par un commandos d'élite, ce cargo après avoir été neutralisé, à été coulé par l'aéronaval russe, ce qui à manqué de couté la vie à nos hommes, après avoir été récupérer par un bâtiment de la marine national, il s'est avéré par des preuves incontestable, que 6 ogives russe Mark19 et 7caisson de virus de la peste et du choléra se trouvais a bord, le tous protéger pas les forces spécials russe. D'ailleurs ces preuves, sont actuellement préparer pour un transfère au autorité américaines, ici même.

- Qui constituait ce commandos colonel ?


- Le capitaine ARC G.Kallen, le colonel Micheal Carlson et le général Gilad Royant. Général Royant qui par le biais de son avocat porte plainte à la CPI contre le gouvernement russe, pour homicide multiple sur des agent du S.R.E.C et sur sa fille ainsi que pour tentative de meurtre sur sa compagne, qui sera représenté par le directeur du G.R.U, l'Europe ne se laissera pas faire ! La vérité sera fait !

Et sans plus attendre, le colonel rentra à l’intérieur de la CPI, un groupe d'Enforcer dirigé par le sergent Crow, l'attendait.

- Sergent allez à lyon et assuré la sécurité du convoie de ces souches virales par tous les moyens, j'ai mis a votre disposition des Badger et des Hélico de combat. Rompez et bonne chance !

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 10 Mar - 21:38

19 Aout, 11h30
Sous-sols de la CPI, La Haye, Fédération Européenne


Des photos, encore des photos... Et rien... Nom de Dieu ! Ils se sont bien démerdés ! On a strictement rien... Et cette foutue heure qui avance invariablement. En dix minutes, c'est au moins la sixième fois que je regarde ma montre... J'envois un sms à Solenn lui disant qu'on risquait de pas se voir pendant un moment... Puis, je prends l'ordi portable posé sur le bureau, je le mets sur ma main gauche, et continue à travailler de la main droite en sortant. Je me pose à côté d'un des experts que j'ai vu toute à l'heure décortiquer les images de l'aéroport.

"Vous avez réussis à tracer ces types ?

- Non mon Colonel, de vrais fantômes...

- Et merde..."

Je reçois un mail de Math. Quelques infos bien plus qu'intéressantes. Je ferme l'ordi et m'adresse à l'expert.

"Vous me trouvez tout ce que vous pouvez sur un certain Docteur Chapev, Russie."

Mon kit main libre sonne. J'appuie sur l'oreillette pour accepter la communication.

"Colonel ? Sierra-24 au rapport ! Quels sont les ordres ?

- Ah... Je pensais pas que vous appelleriez. Euh... bon alors... Attendez je fais un petit point là... Oui alors voilà... Je vais avoir besoin de vous, une mission très importante... Vous devez me trouver le Docteur Chapev, qui viendra à la CPI ce matin, j'en suis persuadé. J'aurais besoin que vous l'interrogiez sur le cargo à destination de l'Europe. Je vous transmets le bordereau d'expédition qui porte son nom, quelques pièces du dossier et sa photo. Il faut l'interroger le plus discrètement possible. Carlson terminé.

- Monsieur ! Le colonel Lenotte va commencer sa conférence de presse !

- Affichez-là sur le grand écran."

Citation :
Tout d'abord, bonjour à tous, je vous remercie de votre présence, je vous annonce que le bilan officiel de l'incident en Islande (...)
(...) du G.R.U, l'Europe ne se laissera pas faire ! La vérité sera faite !

Et si les russes tentaient quelque chose ? Hum... Mouais, on verra ça après. Bon, en attendant, faut que je finisse mon plan là... Et Chapev, j'ai que ça pour mener l'enquête... Et il faut encore attendre une heure pour que les hélicos arrivent avec les ARC. J'ai le temps quoi... Je vais peut-être aller manger un morceau moi. Ca donne faim tous ces problèmes... Je remonte dans le hall il y a un monde fou. Deux ou trois journalistes tentent de m'interpeller au sujet de l'Islande et de l'opération sur le cargo libyen, mais bien vite bloqués par les hommes de l'Enforcer Corps. Je sors de la CPI et file vers le café le plus proche. Je m'assois à une table avec vue sur la rue. Je commande un chocolat chaud et deux croissants. L'ordi portable sur la table, j'envois un mail à Solenn.



19 Aout, 11h49
Aéroport Rotterdam La Haye, Fédération Européenne


Les hélicoptères de transport, escortés par des hélicoptères d'attaque, entrent dans l'espace aérien de l'aéroport. Ils sont dirigés vers une zone non marquée, proche de l'autoroute. Au sol, une cinquantaine d'hommes armés de l'Enforcer Corps et plusieurs autres en uniformes de la garde prétorienne attendent patiemment en surveillant les environs. Les hélicoptères de transport se posent. Tout est chargé très rapidement dans des camions de l'armée. Le convoi ainsi formé sort de l'aéroport sous escorte du S.R.E.C, gyrophares en marche et sirènes à fond, avant de prendre la direction de La Haye. Au-dessus, des hélicoptères de combat surveillent les environs. La circulation est cantonnée derrière le convoi et tous les véhicules sont forcés d'accélérer devant pour éviter tout problème durant le transfert, ce qui fait qu'en fait une portion de l'autoroute n'est occupée que par le convoi.

Le Sergent Marzulli arme son P90. L'arrivée en ville risque d'être stressante. Aucun arrêt n'est tolérable. Dans ce cas, un dispositif de sécurité est mis en place et force les soldats à prendre position dans la rue en bloquant tout accès aux camions. Et le centre ville ce profile au-delà de l'autoroute. Bientôt, le convoi quitte la voie principale pour s'engager dans le réseau secondaire. Les véhicules, malgré les avertisseurs, roulent au pas. C'est une vigilance de tous les instants. Le temps est maussade. Tous les hommes sont sur le qui-vive. Soudain, un véhicule devant pile. Un break, Volkswagen. Les soldats européens réagissent au quart de tour. Le Sergent quitte sa position à l'arrière du tout-terrain, pour aller se poster à côté d'un banc en pierre. Tout le monde le regarde avec surprise, tandis qu'il écarte sans ménagement les badauds qui s'attroupent. Un soldat du S.R.E.C, un ARC d'après le sergent, prend le micro du haut-parleur.

"Il est demandé aux civils de quitter la zone le plus vite possible pour ne pas mettre en danger ce convoi. Faîtes dégager la rue s'il vous plaît."

Tout le monde s'exécute. Les civils se pressent pour quitter la rue. Bientôt, la circulation redevient fluide. Les tout-terrains redémarrent pendant que les derniers soldats remontent. Encore trois kilomètres comme ça. Le convoi prend à gauche, en bloquant toute l'intersection. Soudain, sur la droite, deux coups de feu partent. Tous les soldats mettent pied à terre. Ils se déploient encore plus rapidement autour du convoi. Un homme déboule d'une rue à droite. Il est mis en joug par les soldats. L'homme fait feu sur l'un d'eux, tirant dans son gilet pare-balle. Ses collègues n'hésitent pas et font feu. L'homme est abattu sans aucune chance de s'en sortir. Le sergent reçoit l'ordre d'aller voir. L'homme est étendu, une quinzaine de balles dans la poitrine. Il est cagoulé. Il porte un Calibre 45 et un sac. Le militaire prend son pouls et certifie à ses supérieurs l'absence de menace. Une voiture de police arrive sur les lieux à peine dix secondes plus tard. Les policiers s'arrêtent, sortent, s'approchent. Ils sentent le besoin de justifier leur présence.


"Un commerçant nous a appelé pour un braquage..."

Le militaire hausse les épaules, et reprend sa place dans le véhicule. Le convoi reprends sa route vers la CPI.



19 Aout, 12h24
Abords de la CPI, La Haye, Fédération Européenne


Je sors du café. Je mets mon oreillette et la branche à une radio. Je me cale sur le canal 8, le canal spécial de l'EC.

"Major Uthler, déployez la garde autour de la CPI, le convoi arrive."

Les ordres sont appliqués à la lettre et tout de suite après, une trentaine d'hommes en armes sortent de la CPI, sous les regards noirs des américains, et prennent position dans les rues pour bloquer la circulation des piétons et des véhicules. Le convoi arrive. Il s'arrête devant moi et toute l'escorte se met en branle pour sécuriser la zone. Très vite, plus personne ne peut approcher des preuves, qui commencent à être acheminées au sous-sol pour être scellées. Le déploiement de force est très imposant et même les américains ne bronchent pas. Une fois les preuves au sous-sol, je m'y rend à mon tour. La pièce, pleine des preuves recueillies depuis début Août, est fermée par une porte blindée. Le dispositif de sécurité est composé de caméras, lasers de détection, alarmes, et de 10 soldats de la Section 1. Le tout est aussi surveillé de notre QG au deuxième sous-sol. Nous sommes trois à avoir le code, et seulement deux à La Haye. Je vérifie que la porte est bien fermée et je remonte au QG.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz





Dernière édition par Michael Carlson le Mar 17 Avr - 15:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 7 Avr - 16:46

19 Aout 11H55
La Haye, Voie rapide central
Mobile 1 -5 minutes avant CPI.
Commandant Vasily Teikof.


J'appuie mon front contre la vitre glacé, je suis brulant, je résiste a l'envie de reprendre un nouveau cacheton... ça risque d’être moche. J'essaye de ne rien laisser paraitre et je me redresse sur mon siège. J'ai besoin de toutes mes facultés mental pour ce qui va suivre .

Je sort de ma sacoche ma tablette numérique, j'ouvre un fichier et fait défiler sous mon doigt le rapport sur Tavda, le bilan temporaire et le récapitulatif de l'opération , j'ouvre ensuite le fichier que la division 39 m'a envoyé : Les états de services de Royant, je lit très attentivement son dossier m'attarde particulièrement sur son aspect psychologique ... Je compare les deux rapports, d'un coté un soldat brillant couvert d'honneur respecté et respectable et de l'autre un boucher assassinant a tour de bras comme le pire des criminel de guerre ...

Je sent de la colère en revoyant les clichés pris a Tavda, tout ces cadavres ... Pourquoi ? comment peut on virer du coté obscur a ce point ? On verra plus tard ... J'ouvre le rapport de mission de L'Island, le bilan n'est pas fameux mais si les européens tente d'en faire une défense, nous pourrions sans trop de mal les embarrasser . Juste regrettable la mort du scientifique en chef ... Je me maudit intérieurement de ne pas l'avoir transféré au Kazakhstan au moins on aurais éviter tout les emmerdes qui ont suivit ... je consulte une dernière fois le dossier sécurisé que le défunt scientifique a bien voulut nous "céder" j'ai bien eu du mal a saisir certains aspects technique mais Chapev s'y connait bien mieux que moi elle saura les exploités .

Le convoie ralentit, je jette un oeuil par le pare brise du conducteur, la présence Américaine s'intesifit rue après rue, je voit même un Shwarzkopf M5A2 derrière un abri de sac de sable, dans tout les coins les soldats de la JSF armés jusqu'aux dents patrouille le doigt sur la détente ... Les Américain adorent le spectacle me dit-je sombrement, ce n'est pas une force de sécurité, c'est une armée d'invasion, ils ont de quoi conquérir deux fois les Pays Bas.

La radio du véhicule grésille

- Mobile 3 a toutes les unités on approche de l'objectif tenez vous prêt, Je signal un important groupe de civil et un cordon de protection Américain juste devant l'entrée.

Je hoche la tête, Timofey prend sa radio et presse le bouton d'appel

- Recu Mobile 3, Ok Mobile 1 on s’arrête devant l'entrée principal et on rentre dans le bâtiment, restez vigilant...
Il fronce les sourcils Attendez ... Mobile 2 vous me recevez ? ... Mobile 2 Répondez a vous ... seul des parasites lui répondirent, Timofey tourne la tête vers moi, Monsieur on as perdu le contact avec l’escorte des scientifiques ...

Je me redresse alarmé, en quelques secondes je comprend la manœuvre des européens ... Ils veulent empêcher Chapev de parler ... Je n'ai que quelques minutes pour trouver une solution Izotov m'interroge du regard, je vient d'avoir une idée ...

- Sergent Vanzine alertez le Q.G et les cellules de la Haye démerdez vous , qu'ils me retrouve la dernière position connu du véhicule et de ses occupants, prévenez l’embrassade qu'ils passent en état d'alerte maximal et trensmettez a Moscou via les canaux officiels que nous avons un probable un enlèvement ... j'ai dit enlèvement pas arrestation ... démerdez vous pour que ça fasse le plus de bruit possible.

Timofey était déjà en ligne

Izotov me regarde avec un air interrogateur

- Commandant ?

- Ils viennent de faire une très grosse erreurs et nous allons l'exploiter a notre avantage.

Il vient de comprendre et me rend un sourire carnassier, un ours sentant son gibier blessé proche...

Le véhicule s'immobilise la porte s'ouvre nous sortons sous un déluge de flash d'appareil photos et de cris hystériques des journalistes que les fantassins Américains ont bien du mal a retenir malgré les barrières.

Je laisse Izotov a la presse et sans m’arrêter je monte les marches encadré par Janor et Timofey je baisse mon Képi pour dissimuler mon visage et m'engouffre dans le hall de la Cour Pénale.





[...]


10 minutes plus tôt

Mobile 2 Voie central rapide a 3 minutes derrière le convoi
Docteur Dania Chapev







Chapev consulte son ordinateur portable elle vérifie les dernières notes que lui a envoyé la division scientifique basé en Mer d'Aral, il semble que Teikof a vu juste en ce qui concerne la menace biologique intercontinental que pouvait représenter la souche viral, elle fait défiler les composants du virus qu'elle a fait isolé indépendamment les uns des autres pour une meilleur lecture. Plongé dans sa lecture elle ne remarque pas que la circulation dans la rue devient de plus en plus rare, son collègue somnole sur le siège passager, le Sergent Buski est concentré sur la route, a coté d'elle un soldat des GIB affecté a sa sécurité tapote sur son Versek.

Elle n'aime pas les armes a feu et encore moins les tatouages en forme de tête de mort sur le cou de son "accompagnateur"

- Vous pourriez arrêter s’il vous plait ? c'est assez énervant .

L'autre tourne la tete surpris de se faire interpeler par une voix autoritaire autre que celle de son sergent il lance une phrase connu de tout les soldats du monde entier lorsqu'ils sont en présence d'un civil de sexe féminin s'adressant a eux avec autorité :

- Hein ?

Chapev lève les yeux aux ciel

- Pourriez vous arrêtez de tapoter sur votre engin de mort je vous prit ? cela me déconcentre
le soldat semble offuqué qu'on puisse qualifié ainsi son arme mais répond malgré tout
- Bien Madame

Dania satisfaite reporte attention a son écran, elle tapote puis ferme le portable et le remet dans sa housse, après avoir pris la clé USB qu'elle remet soigneusement dans sa sacoche.

A ce moment la voiture s'engage sur une place pavé déserte, entouré par de petits restaurants a terrasses couverte ,Buski entame la manœuvre pour tourner autour de l'imposante fontaine qui trône au milieu de la place, C'est le soldat qui la voit le premier une voiture noir banalisé accompagné par un van de couleur sobre, la voiture déboule a toute vitesse sur la place, Buski n'a que le temps de piler il fait une embarder pour éviter le véhicule qui s’arrête en un dérapage contrôle devant lui, il perd le contrôle et vient percuter durement le bord de la fontaine.

Dania est projeté en avant mais retenu par sa ceinture, elle est stoppé mais se cogne tout de même contre la portière elle sent un gout de sang dans la bouche, des petits points rouge trouble sa vision, elle sent un bras puissant s'enrouler autour d'elle on la sort de la voiture, elle se débat

- Restez Couché ne bougez plus ! lui cri Buski, il a le front en sang mais tien fermement son pistolet dans la main droite, Chapev couché par terre voit son collègue blême de peur contre la fontaine les main sur la tête tendis que le second garde du corps ouvre le feu en tirant par dessus le toit du 4x4 accidenté.

Qui sont'ils ? des terroristes ? des Européens ? Merde le portable la clé ! Buski est occupé a hurler dans la radio mais elle ne semble pas fonctionner, elle se glisse alors et arrive a atteindre sa housse

Soudain une voix tonne dans un mégaphone résonnant sur toute la place.

- Ici les forces armées de l'Enforcer Corps cessé le feu immédiatement ! Vous êtes en état d'rrestation jetez vos armes et levez les mains il ne vous sera fait aucun mal !

- Foutaises ! Buski ils vont nous exécuter sur place dès qu'on aura rendu les armes.

- Ta gueule Davidof, le sergent passe la tête par dessus le capot et hurle, Je suis sous officier de l'armée de la Fédération de Russie et nous sommes une équipe diplomatique en route pour la Cour Pénal vous n'avez aucun droit sur nous !

Chapev a terminé elle remet la housse a sa place et se cale contre la carrosserie elle respire fortement, elle passe la main pour essuyer le sang qui coule sur son menton.

- Vous êtes en territoire Européen et nous sommes en droit de vous interpeller .
- Avec des fusils d'assaut et des grenades ? Vous attaquez ...
- Vous avez ouvert le feu les premiers, maintenant rendez vous ou nous devrons utiliser la force .

Davidof regarde le sergent il enrage

- Que fait-t-on ?
- Ma radio est brouillé je n'ai pas pu contacter le reste du convoie et les Ricain sont totalement a l'opposé de nous ... On ne peut pas résister, sont trop nombreux.

Il se penche vers les scientifiques

Écoutez nous allons être arrêter par la police militaire ne me demandez pas pourquoi ... Rappelez vous que vous etes membre du GRU et que vous appartenez au gouvernement et d'une équipe diplomatique dument mandaté, ils ne peuvent nous faire de mal vous comprenez ?

Ils hochent tout les deux la tête.

- Si on n'est séparés rappelez vous vos droits ils ne peuvent pas nous faire de mal, ne vous inquiétez pas on va nous sortir de la. Nous allons avancer vers eux les mains sur la tête Davidof reste avec lui je m'occupe de vous docteur .

Ils sortirent et avancèrent vers les soldats déployés derrières les véhicules

Un officier avança, le type était une montagne équipé d'un lourd gilet tactique, Chapev nota tout de suite la curieuse jupe en cuir qu'il portait elle n'en avait jamais vu, par contre l'apparition de ce curieux personnage semblait avoir pétrifier les deux soldats .

- Non ... Ce n'est pas possible ... murmura le sergent
- Perdu ... dit l'homme avec un grand sourire

Il y eut deux secondes

- Foutez le camp ! Buski fit apparaitre une lame de couteau dans sa main gauche et s’élança vers l'homme, il fit un pas de coté, attrapa le bras du sergent l’immobilisa d’un même mouvement en lui fessant lâcher son couteau, et lui lança son genou dans l'estomac le sergent devient écarlate et s'écroula sur le sol.

la scène n'avait duré que deux secondes et demi Davidoff lui avait été plaqué au sol par deux membres de l'Enforcer

- Espèce de salop ! hurla Chapev

Elle ne put en dire plus des bras puissants l'entourèrent puis on lui mit un sac sur la tête la dernière phrase qu"elle entendit fut celle de l'officier
- Fouillez le véichules raflez tout on doit rien laisser nous échapper. et elle fut jeté a l'arrière du van qui démarra en trombe .


_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri PetrenkoSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rougesSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rouges
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 24
Localisation : Prypiat, Ukraine.

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: AK-104 + Poigné + Viseur Kobra.
Arme n°1:: Saiga-12.

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 16 Avr - 11:18

Les journalistes, une espèce peu apprécier par les militaires, les experts des sensations forte et des histoires à dormir debout, presque aussi fort que les barbouzes du monde entier. Pour Izotov les journalistes ne sont rien d'autres que des charognards à la recherche de scoop, près à vendre leur mère pour interviewer un criminelle de guerre ou pour aller sur une zone de conflit. Bien qu'il avait toute les réponses aux questions des journalistes Européen, Yankee et Russe, Izotov n'aimait jamais passer à la télé après les montages fait par les journalistes, d'ailleurs les premières questions ne ce firent pas attendre bien longtemps et une foule de caméra et de flash assaillirent de tout les côté le Maréchal Russe.

- Maréchal Izotov, est-ce vrai que vous avez ordonné l'attaque sur le centre de recherche Européen en Islande ?


- Oui, j'ai donné cet ordre en effet, je l'ai donné non pas pour déclaré la guerre à la Fédération Européenne, ni pour protéger ma patrie d'arme chimique Européenne, mais pour protéger le monde de ces mêmes arme de destruction massive. Je tien aussi à présenter mes plus sincère condoléance aux familles des soldats mort au combat.

Le journaliste de la CNN en profita pour pousser la journaliste Européenne et interroger le Maréchal.

- Maréchal, est-ce vrai que vous avez ordonné la détention illégal d'un scientifique européen sur votre sol ?


- Non, je respecte au plus haut point les droits de l'Homme et jamais j'ordonnerais de tel ordre, ceci est de mon point de vus de la désinformation de la part du S.R.E.C pour montrer la Fédération Russe comme l'ancienne URSS, je ne suis pas d'accord et je ne pourrais tolérer de tel parole.

- Pourtant un commandos Européen à trouver la mort dans votre pays pour sauver ce scientifique.

- Et je vous répète qu'il n'y avait aucun scientifique, ce commando Européen comme vous dite a tenter de pénétrer dans une base militaire Russe dans laquelle ce trouvait les codes secret de notre bouclier anti-missile terrestre et ce afin d'utiliser leur arme chimique sur ma patrie.

La journaliste Européenne repris la parole.

- Vous dite que maintenant que votre pays à été la cible d'une attaque de la Fédération Européenne maréchal ?


- Oui, et comme votre pays na pas pris notre frappe préventive en Islande comme une déclaration de Guerre, mon pays en fera de même pour cette attaque fourbe.

- Et que faite vous pour le Général Royant, il dit avoir des preuves contre vous pour l'assassina de sa fille ainsi que le meurtre de nombreux membre du S.R.E.C.

- Et vous seriez près à écoutez les paroles d'un homme qui a ordonné à ses Hommes de massacrer des Soldat Russe sur le territoire Russe ainsi que les familles de ses soldats ? Sans oublier les autres victimes qui ont tenter d'arrêter Royant et ses Hommes pour les traduire en justice ? Vous semblez oublier l'objectif premier de ce Tribunal madame.

La journaliste européenne recula le visage décomposer, le journaliste de CNN repris alors la parole.

- Et pour ce cargo libyen qui transporter des Bombes atomique et des souches de la peste, était-ce un ordre de la Fédération Russe ?

- Pour le cas du cargo libyen, ce navire avait été détourner par des Ultranationalistes peu de temps après son départ du port de Sévastobol, ces même terroristes ont tuer l'équipage et apporter la cargaison que les Européens ont retrouver à son bord. J'ai ordonné à la flotte de la Mer Noire qu'ils coules le navire avant qu'il n'atteigne le port de Marseille et ne décharge sa cargaison.


Le journaliste de CNN recula également comme la plupart de ses collègues n'ayant plus de question intéressante à posé au chef du G.R.U, sauf un qui était un journaliste Russe.

- Maréchal, au vus des dernière déclarations des représentants Européens vis à vis des sujets qui mette en péril les relations entre la Russie et la Fédération Européenne, comment voyez vous la suite des évènements au CPI ? Pensez vous pouvoir mettre au arrêt le terroriste Royant ?


- Pour les relations entre l'Europe et la Russie, j'espère qu'après ce tribunal nos deux pays parviendront à reprendre de bonne entente, bien sur si le procès n'est pas truqué étant donné que la court va devoir juger pour crime contre l'humanité un de ses plus prometteur officier de carrière... Enfin, nous verrons bien comment ce passera le procès, maintenant si vous voulez bien m'excusez, la court ne va pas tarder a ce réunir.


- Bien sur Maréchal, au revoir et bonne chance.


Izotov fit un rapide signe de la tête pour remercier le journaliste Russe avant de guider son fauteuil roulant vers la rampe pour handicaper et ainsi arriver dans l'immense Hall de la CPI, mais aussi pour arriver devant une personne qu'il connaissait maintenant très bien et qu'il ne porter pas vraiment dans son cœur, son jeune adversaire Européen était au milieu du hall avec ses avocats, peut être avaient-ils vus la télévision européenne qu'il venait de rembarrer gentillement. Royant ce retourna et fixa un moment le maréchal avant de s'approcher lentement seul...

_________________


"Ce grand mal... d'où est-ce qu'il est venu ? Comment il c'est faufiler dans le monde ? Quelle graine, quelle racine la fait pousser ? Qui fait ça... Qui nous tue... Qui nous arrache la vie et la lumière et nous montre pour nos narguer ce qu'on aurait put connaître... Est-ce que cette noirceur et en toi aussi ? A tu toi aussi traverser cette nuit ?"


Question du Lieutenant Dimitri Petrenko à un ami Européen après la campagne de Chine en 2014.

"la violence a réglé dans l'histoire plus de questions que n'importe quel autre facteur."

Écrivain Américain du XXème Siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 19 Avr - 15:08

19 Aout, 11h47
Centre ville de La Haye, Fédération Européenne


L'autorisation d'assaut est confirmée. Les deux véhicules sont déjà lancés, et arrivent sur la place avec un timing parfait, comme d'habitude. La cible est déjà dans la place et s'apprête à passer la fontaine. La voiture accélère, pour lui couper la route et finit par s'arrêter en dérapage de flanc. Le van s'est arrêté un peu avant, de l'autre côté. La cible, elle, percute la fontaine. Les quelques hommes de l'Enforcer Corps sortent rapidement et se déploient autour de la cible. Rien ne bouge pour l'instant, les verres sont teintés. Soudain, des tirs retentissent, provenant de la cible. Les hommes ont déjà reçu des prérogatives à ce sujet et sortent tous leurs UMP ou leurs P90. L'ARC prend le micro du van, et ordonne un cessez-le-feu immédiat via le mégaphone. Les russes se rendent bien vite. Ils sortent tous de la voiture. L'ARC avance. soudain, le sergent russe tente une attaque au couteau. Evidemment, il n'a aucune chance et finit à terre, plié en deux. Les européens le ramassent, lui mettent un sac sur la tête et le mettent dans le fourgon, comme les autres. Le soldat d'élite approche de la voiture, jette un regard à l'intérieur. Il n'y a plus rien qui reste visible. Il prend alors la place passager de la voiture et les deux véhicules reprennent la route à toute vitesse. Ils filent rapidement vers l'autoroute, puis vers la banlieue. Ils arrivent à une de leurs planques. Leurs passagers sont débarqués, sans grande mansuétude, et presque jetés dans la pièce principale du bâtiment, avant d'être dispersés dans des pièces différentes pour interrogatoire. L'ARC s'intéresse plus particulièrement à la femme. Il n'a pas le temps de dire quoi que ce soit après lui avoir retiré son masque qu'elle se lance :

[HRP : Pour plus de clareté, je désigne Chapev avec un C et l'ARC avec un A]

"C: Je connais mes droits, vous n'avez aucun pouvoir sur moi."

La pièce est sombre, le docteur a toujours la vue un peu brouillée par le retour de la lumière après la disparition de son bandeau. Elle ne distingue qu'une forme vague.

A: Au contraire mademoiselle Chapev, au contraire. Que vous le vouliez ou non, vous êtes à ma merci. Maintenant, vous allez me dire comment vous avez eu accès à nos capacités de recherche en Islande.

C: C'est rien ça... J'aurais d'autres préoccupations à votre place.

A: Bon... Je vois... Pourquoi avoir pris le chef du projet de recherche ?

C: On approche oui...

A: Alors ?

C: ...

A: Vous payez pas ma tête. Si je veux j'ai le soutien plein et entier de mon gouvernement pour vous accuser de terrorisme, vous garder sur le sol européen et vous foutre en taule pour le reste de votre vie.

C: Ecoutez, je ne sais pas ce que vous cherchez à faire, mais dans exactement dix-sept minutes je dois être à la CPI, sinon je crains que la Russie fasse en sorte de vous exploser médiatiquement.

A: Bon. Je ne sas pas ce qu'on a pu vous raconter, mais des hommes sont morts. Une minorité est russe, une énorme majorité européenne. Je sais que vous vous en tapez, mais pas moi. Je veux des réponses, et je ne suis pas le seul, pour ce qui s'est passé en Islande. Et à l'internement d'un CIVIL européen sur VOTRE sol, pour que VOTRE gouvernement mette fin à la vie de plusieurs dizaines d'européens.

C: Vous avez attaqué notre complexe.

A: On aurait pu avoir un mandat de l'ONU et le soutien des USA pour intervenir, vous le savez, parce que retenir un civil est simplement contre les conventions de Genève.

C: Et vous faites quoi là ?

A: J'agis en tant que policier, et je disposerais en temps normal de 24h de garde à vue, que je respecterais scrupuleusement, mais là j'ai un quart d'heure, et le poids de dizaines de morts sur la conscience parce qu'isl étaient des pères, des mères, des frères, des soeurs, des amis, des enfants, ils comptaient pour d'autres. Alors je veux des réponses. Pourquoi avoir attaqué en Islande ? Pourquoi avoir abattu l'hélicoptère d'extraction en Nouvelle Zemble ? Pourquoi en avoir caché toutes les traces ? Vous aviez peur ? Vous êtes au courant qu'on a des preuves ?

C: Vous n'avez aucune preuve...

A: Comment vous expliquez la disparition du signal GPS, et après l'envoi du'une équipe sur zone, la disparition de la carcasse ,des corps, de la boîte noire, de tout ce qui peut être compremettant pour queulqu'un qui aurait abattu l'appareil ? Et la disparition du scientifique et de l'équipe d'extraction, dont les corps n'ont pas été retrouvés ? Alors ? Pourquoi ?

C: Ne pas avoir de problèmes évidemment. L'attaque en Islande était un assaut préventif pour éviter le problème des bombes chimiques.

A: Vous avez vu des bombes quelque part ?

C: Non.

A: Alors ? Votre théorie tombe à l'eau. Et la Nouvelle Zemble ?

C: Eviter que ne s'ébruitent les secrets éventuellement découverts dans cette base et aussi mettre hors d'état de nuire le chef de votre projet scientifique.

A: Et le cargo lybien ?

C: Je dirais rien là-dessus.

A: Pourquoi ? Ca s'ébruiterait ?

C: Le gouvernement a donné sa version, je ne dirais rien de plus."

L'ARC réfléchit. Il regarde ses notes. Il lui reste pas mal de points à éclaircir mais après un coup d'oeil à sa montre il se décide finalement d'en abandonner une partie.

"A: Pourquoi des recherches et une infiltration chez Eurocorps ?

c: Nous les suspections de faire des recherches un peu trop poussées en ce qui concerne ces souches virale,s et nous avons découvert ce complexe en Islande.

A: Le problème, voyez-vous, c'est que c'est illégal, d'entrer dans un bâtiment d'un partenaire de l'Etat sans autorisation, ça va dans les dix ans ferme pour tentative de suppression d'un projet à vocation de protection nationale.

C: Les russes ne sont pas dans le colimateur de la justice européenne.

A: Peut-être pas européenne, mais mondiale sûrement. De plus, l'attaque en Islande aurait pu causer de graves dommages humains par la propagation du virus dans l'air.

C: Chez vous.

A: Pas avec des vents d'Est qui poussaient vers les Etats-Unis.

C: Je...

A: Une balle dans une paroi, et boum, on était tous morts. Vous êtes au courant de ça ?

C: Evidemment.

A: Et vous avez pris le risque. Pourquoi ?

C: Protéger notre Mère Patrie.

A: La "Mère Patrie" comme vous dites, elle s'en fout de vous, soyez réalistes, elle est prête à envoyer six pieds sous terre ses meilleurs éléments.

C: Nous sommes des soldats.

A: Vous ? Un soldat ? Je vous en prie... Vous savez même pas tenir une arme. La vérité, c'est que vous avez peur de ce qui peut vous arriver entre mes mains. Vous savez pas ce que j'ai dans la tête, et ça vous fous les jetons. Bon, assez palabré, les gars, vous envoyez la vidéo au Colonel et on ramène les russes à la CPI."

Ils sont tous ramenés dans le fourgon. Aucun n'a été frappé, en tous cas ça ne se voit pas sur leurs visages. Leurs menottes leurs sont enlevées une fois dans le fourgon, mais ils restent entre eux à l'arrière, les hommes de l'EC préférant rester dans la voiture. Le convoi reprend la route vers la CPI. il y arrive en trois à quatre minutes. L'ARC regarde sa montre. Juste à temps, ils tournent à l'angle de la rue et s'arrêtent devant les marches du bâtiment. deux soldats américains approchent. deux kommandos ouvrent le camion, les ricains demandent une explication.

"Un accident de voiture. On les a trouvé et ramené ici pour éviter qu'ils ne soient absents."

Les russes n'ont pas entendu, et ça vaut mieux. Les européens repartent rapidement.



19 Aout, 12h27
Salle d'audience 1, CPI, La Haye, Fédération Européenne


"La salle d'observation est bondée, malgré un agrandissement spécial pour accueillir un maximum de personnes. Il fait chaud, l'atmosphère est lourde. Dans toute la salle sont répartis des Ghosts américains, armés. Les débats seront certainement tendus, et la pression constante."
Voilà ce que note le journaliste du Washington Post sur son carnet. Il est aux premières loges pour voir tout ce qui se passe. L'accusé vient d'entrer. Il est encadré par deux Ghosts.


"Veuillez vous lever pour le Président de la Cour : Monsieur O'Neill."

Dans la salle d'audience, tout le monde se lève. L'homme précédemment cité entre par une petite porte, et prend place.

"La scéance est ouverte."



Début des audiences

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 21 Avr - 23:43

Gilad s'approcha d'Izotov avec derrière lui mais à bonne distance, ses avocats ainsi que deux agents du S.R.E.C formé à la sécurité des VIP en zone de guerre. Et actuellement La Haye était une zone de guerre, un bataillon complet de J.S.F en ordre de bataille, en plus de ce dispositif terrestre qui avait vu apparaitre en vil des check point avec des chars et des équipes de sniper sur les toits, un porte avions avec des renfort et l'intégralité de son groupe de combat était en attente au large. Une vrai tête de pont. Mais à force de ce perdre dans ces pensés, le jeune officier, se retrouva vite face à son homologue russe. Il le saluât d'un signe de tête exagéré et fixa son regard sur le genoux de Sergeï, puis esquissa un sourire.

- Bonjour Maréchal comment allez-vous ? Votre jambe ça se remet ?

Puis Gilad fit volte-face et prit la direction de la salle d'audience, devant la porte, deux ghost prirent l'officier en charge et l’emmenèrent dans le boxe des accusé. Après quelques minutes la salle fut bondé, Gilad aperçu un homme qui immortalisait déjà l'officier en uniforme européen flanqué de ces deux escorte girl américaine. Quelle pitoyable image... Enfin la cour entra et après quelques instants les chefs d'inculpation furent cité, détournement de bien publique, crime contre l’humanité, banditisme en bande organisé, homicide volontaire, violence sur mineurs. Le procureur s’arrêta là, et c'était déjà trop, Gilad était pris entre son métier, son devoir, sa famille et avec ça la politique ! Les soldats ne devraient jamais s'occuper de politique. Et enfin vint le moment attendu.

- La défense à tel une déclaration à faire avant le début des débat ?

L'avocat de Gilad se leva.

- Oui votre honneur, notre client ainsi que le fédération européenne, accuse la Russie de meurtre avec préméditation et de terrorisme ! Et nous avons les preuves qui vont avec.

Un ARC traversa la salle et déposa un caisson hermétique devant la cour. Ces preuves pourrait être versé au dossier et les russes auraient du mal à attaqué comme ils l'avaient surement prévu...

Spoiler:
 

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mer 25 Avr - 18:26

Les sièges sont plutôt confortables mais la déco est a chier ... mmmh l'audience ne va pas tarder a commencer, Timofey
assit a ma droite se penche vers moi et me glisse a l'oreille



- L'ambassade a déclenché le protocole d’enlèvement le ministère de l'intérieur a été prévenu, la presse également, mais il semble qu'elle est saine et sauve ainsi que son assistant et l'équipe chargé de veiller a sa protection... apparemment ils ont été interceptés a proximité de la CPI le satellite a trianguler sa position, on a retrouver sa trace dans un immeuble a quelques minutes du tribunal... il semble qu'un véhicules soit sortit du sous sol et se dirige vers la Cour .

Je réfléchit rapidement ... un interrogatoire ... que sont devenus les preuves ? merde ça risque d’être handicapant pour le reste du procès, mais l'important c'est qu'elle aille bien, on va pouvoir se servir de ce
petit incident...


- Ne faites rien pour l'instant jouons les gars totalement dans le cirage et inquiet pour leur ressortissants en danger il faut croire que les européens nous les ramènent ... Vanzine soyez gentil allez vous postez a l'extérieur et occupez vous d'eux rendez les présentables et vérifier qu'ils n'aient rien vous les ferez entrez avec les autres.

Timofey se lève traverse la salle rapidement et sort par la porte

Bien... a ce moment l'accusé entre encadré par deux soldats Américains, enfin le voila, le Général Gilad Royant la première chose que je capte lorsque je le voit c'est son regard ... malgré des yeux bleu vif je peut apercevoir une ombre comme un voile qui ternit se regard ... un voile que je peut contempler dans le fond de mes propre yeux tout les matins
en me regardant dans la glace ... celui qui cache une souffrance enfouit tout au fond du cœur, un voile qui cache a peine la douleur d'un homme brisé mais également une violence a peine contenue ... peut être même une pointe de folie ?

En cet instant précis je me voit a la place de cet homme et je me surprend a comprendre son geste ... quel ironie je devrais lui demander si lui aussi il prend des cachets ...

Je lisse avec application les plis de mon uniforme noir en contemplant autour de moi, la salle est bondée des soldats armés sont présents aux quatre coins de la salle derrières les baies vitrés les journaleux sont prêt, a l'affut du moindre mot .


Le reste de la délégation Russe entre par la porte de coté, je vois Izotov fusiller du regard Royant qui répond par un petit sourire en coin . Enfin je vois Chapev légèrement blême accompagné de son assistant, je pousse un soupir de soulagement,
elle va bien. Elle se laisse tomber sur la chaise vide a coté de moi.


- Grand Dieu Docteur vous nous avez fait une belle peur ... que c'est il passé ?

- Ils nous ont interceptés alors qu'on arrivait au tribunal, des soldats européens, accompagné d'un géant en tutu, incroyable même après une arrestation elle arrivait a faire de l'humour, il ma interrogé par rapport a l'Island et la Nouvelle-Zemble et aussi sur le cargo coulé ...

- Ils vous ont fait du mal ?

- Ha moi non juste deux trois égratignures lorsque la voiture a percuter
la fontaine mais ce pauvre Buski s'est fait violemment maitrisé ...


- Vos dossiers, les preuves ?

elle sortit de sa nouvelle veste, que Timofey avait eut l’obligeance de lui fournir, une clé USB, je l'ai dissimulé dans l'une des couture de mon tailleur pendant la fusillade.

- Beau boulot Chapev vous vous sentez d'attaque ?
- Plus que jamais dit-elle avec détermination

A ce moment les jurés entre dans la salle, docilement nous nous levons
puis la séance commença avec les chef d'accusation ( très long ) Enfin
le président de la cour demanda si la défense avait une déclaration a
faire, l'un des avocat de Royant se leva accusa puis déclara avoir les
preuves


Les preuves furent apportés

- Très bien nous allons donc ouvrir ce procès par l'affaire du complexe
de recherche européen en Island quelqu’un a t-il une déclaration a faire
avant de commencer ?

Personne


- Je vais donc rappeler les faits je m'appuie sur le rapport de l'officier commandant les forces européene de sécurité présente sur le site ce soir la, Le Colonel Michael Carlson sous directeur du SREC qui aété blessé lors de l'assaut.

dans la nuit du 13 Aout vers 22H50un centre de recherche en armement de la firme EUROPA REASEARCH
CORPORATION a subit une attaque éclair de force terrestres appuyé par un important renfort naval et aéroporté se révélant être comme l'accuse l'Europe, une unité de l'armée de la fédération de Russie.

Sur
un écran géant en face visible par les deux parties et les juges,
défilent des images satellites, les clichés montrent une imposante force
navale déployé a quelques kilomètres de la cote

L'assaut
a débuter par une frappe aérienne visant le périmètre de la base suivi
directement par un déploiement au sol d'au moins une division blindée et
de l’infanterie,

les images satellites de la
flotte font place a une série de vue montrant le bombardement des
chasseurs bombardiers et l'arrivée des hélicos de transports de troupes
ou on voit distinctement les contour des char sortir des ventre des
hélicos, je me surprend alors a contempler l'audace de ce plan que j'ai
moi même orchestré... intéressant de voir son travail commenté par
quelqu’un de l'extérieur...

"les forces de sécurité présente sur le site", c'est a dire une centaine d'hommes de l'armée régulière Islandaise et environ 80 Kommandos de l'enforcer Corps avec une présence réduite de blindée léger ce qui donneun total équivalent a 220 combattants, "ont subit une attaque aérienne", toujours selon le rapport du colonel Carlson,"qui a ravagé les défenses de la bases en causant énormément de dégâts matériel et
humain"

Les vues font alors place a des vidéos de caméras de surveillance

"Lesassaillant ont débarqués des unités d'artilleries mobile et des SAM surles hauteurs ils ont alors fait tirés des munitions chimiques qui ont forcés mes hommes a se replier dans les bâtiments administratifs et les abris bétonnés Vers 23H30 le périmètre extérieur du site est tombé entre les mains de l'ennemie"

Sur l'écran une vidéo pris d'un
moniteur de sécurité montre l’ampleur des combats, les tirs fusent dans
tout les sens, on voit les soldats européens courir vers les positions
de replis tandis que les monstrueux char d'assaut pénètre le périmètre
en traversant les murs de bétons comme si ce n'était que de simple
feuille de papiers.

Je vois du coin de l'oeil le Colonel se trémousser sur son siège

" A 23H37 j'ai tenté une contre attaque qui a malheureusement échoué cependant, la flotte de secours qui était en route ma été signalé j'ai alors pu établir un contact via le système satellite du navire amiral de la flotte pour des marquage laser, dans le meme temps vers 23H40 les alarmes d'incident de la bases se sont déclenché c'est a ce moment qu'une grosse partie des troupes Russe se sont repliés. Ne recevant plus de nouvelles de mon officier aux niveaux inférieurs j'ai pris la tête de deux hommes et nous sommes descendus, c'est a ce momment la que nous avons été pris a partit par plusieurs ennemis, nous avons combattu mes hommes ont succombé, j'en suis venu a me battre au corps a corps avec un
des russe et j'ai été blessé et inconscient ."

Le juge repose le rapport

Selon la suite su rapport les forces ennemies se sont repliés en bon ordre et aurait ammené un otage civil.
Les pertes européenne s élève a 115 tués et de nombreux blessés

Le silence est total dans la grande salle d'audience

L'Europe accuse donc la Fédération de Russie d'avoir attaquer sans raison son territoire, coutant la vie a de nombreux militaire, et des installations scientifiques causant des dégâts irréparable

- J’espère bien marmonnais-je

- La parole est a la défense

Et voila on y est ... Les avocats se déchaine pendant vingts minutes de monologue et enfin on fait appel au témoins.

- La Russie doit des explications sur cette action ! s’étrangla l'avocat de la défense européenne, Comment pouvez vous justifiez une telle manœuvre ?

L'avocat se tourne alors vers moi

- J'ai ici Le commandant responsable de l'opération il va vous éclairer.

Je me lève sous les regards de la salle, je croise le regard du Colonel ... Il ne me lâche pas du regard, je ne pas trop lui en vouloir . Je le
vois chuchoter quelque chose a l'un de ses officiers

Le Général O'Neil consulte son écran puis baisse les yeux vers moi

- Veuillez vous présentez

- Commandant Vasily Teikof conseiller spécial auprès du ministère de la
défense et de la santé Je suis officier membres des forces spéciales
Russe, Spetsnaz.

- Conseiller en matière de défense ?

- Sur les questions Biologiques et Nucléaire votre honneur .

Il y eut un brouhaha dans la salle aussitôt calmé par le marteau.

- En tant que témoin vous jurez de ne dire la vérité,que la vérité et strictement que la vérité ?

- Je le jure

- Bien nous vous écoutons, Avez vous orchestré les attaques du 13 Aout ?

- Oui sur ordre de ma hiérarchie

- Quel a été votre rôle ?

- Je coordonnais les forces terrestres chargés de donner l'assaut sur le
centre je devais m'assurer que tout ce passe sans bavures

- Pour quel raison votre gouvernement a-t-il ordonné l'attaque ?

- Nos services de renseignements ont eut vent d'un projet d'arme
biologique mené par une société privée sur le territoire européen pour
le compte du ministère de la santé Européen, en tant que spécialiste
militaire j'ai été chargé du dossier, j'ai monté une équipe qui a
travailler nuit et jour sur ce dossier, au final il en est sortit que la
menace était bien réelle.

Je fit un signe, l'écran mural montra un bordereau de commande avec le sigle d'Europa Corps

Selon ce document Europa Corps aurait passé la commande de matériel de transport biologique de catégorie 9, ce qui équivaut au niveau de dangerbiologique le plus élevé, comme l'atteste ce document, la commande
porte sur un nombre de douze conteneur, Suite a cela nous avons poussez nos recherche plus profondément, nous avons mis a jour un projet de recherche biologique nommé Projet Pégase f ce projet visait a l'amélioration d'une souche de neuro-toxine qui est la plus mortelle des bio toxine .

- Qu'est-ce qu'une neurotoxine ?

-Une neurotoxine est une toxine agissant sur le système nerveux qui bloque l'activité des neurones, Pour la plupart elles provoquent rapidement des mouvements incontrôlés, des difficultés respiratoires, des vomissements, des convulsions suivie par une tétanisations de tout le corps puis enfin la mort . l'avantage de cette arme c'est qu'elle est extrêmement facile a répandre , notamment par voie aérienne, elle est très difficile a arrêter et les protections sanitaires standard ne suffisent pas Je peut vous citer quelques noms comme le Tabun ou le Sarin mais le plus connu et le VX.

Tout autour de moi je voyais l'assistance afficher des regard choqués .

- Vous dites donc que cette société aurait produit une biotoxine pour le compte de l'Europe ?

- Oui votre honneur

- Ce sont des purs conneries ! jeta un représentant de la défense Européen.

- Silence !

- La connerie ? dit-je avec un calme que j’essayai de maitrisé , derrière moi s'afficha des donnés statistiques que le labo de Chapev nous avait fournit . De la connerie ? répétai - je en m’avançant vers le pupitre de l'officier, Regardez ces graphiques une seul de ses souches viral lâché par un porteur dans une gare ou par un missile balistique au dessus de notre pays, avec des vents favorable d'Ouest et une météo clémente et vous obtenez de Volgagrade a St-Pétersburg un charnier, une fosse commune a ciel ouvert, les récoltes contaminés la totalité du pays paralysé, une exode massive de millier de civil terrorisé qui va porter l'infection plus loin encore ... Et il y en a vingt ! Vingt souche viral de neurotoxine.

Je m’efforce de contrôler ma voix mais la colère ne peut échapper a l'officier qui se tasse de plus en plus sur son siège de nouveau je vois le visage grimaçant de douleur de Trachenko.

- Allons Allons s'il vous plait !

Je revient devant le juge

- Vous parliez de vingt souche viral ?

- Oui votre honneur vingt souche viral modifié comme va vous l'expliquer
la Scientifique présente ici et son assistant tout deux membres du
ministère de la santé.

- Très bien mais avant nous allons laisser la parole a la défense ...

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 26 Avr - 21:28

Je crois bien que c'est à moi de parler. Je l'ai vu ce type, j'ai ordonné des recherches poussées. Mais je ne lui en veux pas d'avoir orchestré l'attaque. Le problème a été l'introduction d'une équipe dans le labo. Ca je lui en veux. Et je pourrais lui en faire baver rien que pour ça. il a mis en danger la planète avec ses conneries. Même la défense d'un pays ne peut supposer entraîner la menace d'une planète. Mais de toute manière, je me sais soutenu, et je pourrais exposer ça. Je chuchote à Joanna de se tenir prête à venir exposer les problèmes qu'auraient pu causer l'épandage du virus. Je fais signe au juge, qui me laisse la parole. Je me lève.

"Je vous laisse vous présenter.

- Colonel Carlson, sous-directeur du S.R.E.C. J'étais l'officier supérieur de l'attaque en Islande, dis-je d'une voix haute et intelligible. Il y a des murmures dans la salle.

- Jurez vous de dire la vérité ?

- Je le jure.

- Avant de commencer, pourriez-vous nous informer de votre état médical ?

- Si les évènements n'avaient pas été aussi précipités, je serais en congés. Je suis actuellement sous traitement après mon traumatisme crânien causé par un choc violent lors de l'opération islandaise, et d'une hémorragie interne qui a suivi.

- Ce traitement n'a aucun effet secondaire ? Comme des délires ?

- Non. L'officier qui m'a soigné a été formel, je peux remplir mes fonctions.

- Très bien. Je vous laisse exposer votre anti-thèse.

- Tout d'abord, je tiens à dire que l'illégalité la plus totale de l'obtention de dossiers secrets traitant du projet scientifique pourrait être le début d'une procédure judiciaire. Ensuite, les recherches menées sur le site Islandais d'Europa Research Corporation le sont à but strictement scientifique. La base de la justice étant la présomption d'innocence, je tiens à dire qu'en l'absence de preuves formelles de l'existence d'engins de propulsion de type missiles intercontinentaux, l'Europe doit être considérée comme non-coupable. De plus, la commande de conteneurs de transport biologique de catégorie 9 est la moindre des priorités pour le transfert et la sécurisation de telles souches, et celà dans le seul but de les envoyer en Islande. Un dernier point vient parrachever ce que j'essaie de prouver : l'Europe, dans l'hypothèse stupide où elle aurait répandu le virus, par un moyen créé de toutes pièces comme un missile intercontinental, en cas de changement de direction des vents dominants, pourrait menacer sa propre population. Comme l'a dit Mr Teikof, le virus est très volatil et il est très difficile à maîtriser. A tel point que l'assaut même d'un laboratoire où est stocké ce virus pourrait se révéler dangereuse pour toute la planète. L'Islande est en effet placée à un point clé du nord de l'Atlantique, les vents polaires de l'hémisphère nord sont à dominante Est. Alors, les Etats-Unis pourraient être menacés. En soi, je considère cet assaut comme une menace de l'Europe mais aussi des Etats-Unis.

- Pour conclure, vous pensez que le virus, en cas de problème pendant l'attaque, aurait pu se propager vers les USA ?

- J'en suis convaincu. En plus de tuer tous les hommes présents à plusieurs kilomètres à la ronde, de contaminer pour plusieurs dizaines d'années l'Islande et peut-être même de provoquer un désastre écologique et humain majeur dans tout l'hémisphère nord sous l'influence des vents, ainsi que la destruction des écosystèmes maritimes.

- Vous êtes sûr de vous ?

- Les recherches menées sur les souches sont formelles. Ma spécialiste en biologie peu d'ailleurs vous donner des précisions.

- Votre Honneur, Lieutenant-Colonel Maknundschricht, S.R.E.C. Je suis licenciée de bilogie moléculaire et j'ai effectué plusieurs dizaines de stages de 2 mois dans différents laboratoires de recherche comme l'Insititut Pasteur, où j'ai passé au total trois ans. Je suis aussi responsable du suivi militaire du projet.

- Vous admettez que l'Etat européen a participé à ce projet ?

- Négatif. Nous étions en charge de la surveillance. De tels projets nécessitent une attention extrême, et des mesures de sécurité spéciales que seul l'Etat est capble de mettre en place. Cela nous permettait aussi de garder un oeil sur la progression des recherches.

- D'accord. La sécurité. Poursuivez.

- Au fil des recherches, il s'est avéré que la dangerosité des souches était démentielle. C'est pourquoi nous avons décidé de les transférer en Islande.

- Pourriez-vous préciser sur la dangerosité ?

- Première chose, c'est une neuro-toxine. Je vous passe les images que nous avons recueilli d'un soldat russe entré dans l'une des chambres de viabilité. Le fait est que toutes nos craintes ont manqué de se réaliser à ce moment là. Cette neuro-toxine est tellement puissante qu'elle tue un homme en moins d'une minute. Dans des souffrances inimaginables. Deuxième chose, la volatilité. Une fuite aurait pu provoquer la mort de plusieurs centaines de personnes, même une fuite minime. En une heure, le virus serait arrivé à Reykjavik. Et je vous laisse imaginer les dégâts sur une ville de 120.000 habitants. Etat d'alerte, évacuations, plans de sauvegarde de la population, loi martiale, crack boursier, crise économique, crise environnementale... Un scénario catastrophe qui aurait pu se produire avec cette attaque. Parce qu'il y a aussi des risques pour les écosystèmes. Voilà les problèmes du virus. Après, l'exposé scientifique expliqaunt ses effets précis pourrait se faire, mais il me faudrait le préparer. Je peux m'en occuper.

- Nous verrons ce qu'à à répondre l'accusation."

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Dim 29 Avr - 19:24

Le colonel termine son exposé ...

" les gouvernements changent ... les mensonges restent ... On joue au chat et a la souris, nous sommes tout les deux coupables pourtant on n'essaie de s'étrangler l'un l'autre ... digne d'une tragicomédie grecque ...

Je me lève

- Tout d'abord votre honneur je vais revenir sur les propos du colonel et nous terminerons notre exposé. Vous dites colonel que nous sommes allé donné l'assaut sur un batiment contenant surement la substance la plus meurtrière qu'ai jamais fabriqué l'homme sans aucune préparation ? Vous insinuer que j'aurais prit le risque de mettre en danger la vie de la moitié d'un continent sciamment ? Vous me décevez colonel ... Vous devez vraiment avoir une piètre estime de nous pour en tenir de telle propos ...


Je me tourne vers le juge .

- Votre honneur laissez moi vous expliquez comment j'ai préparez cette opération.

Je rassemble mes pensées avant de poursuivre, Lorsque le Kremlin a tiré les conclusion que la menace été avéré, ils ont autorisé une frappe préventive sur le centre de recherche, Plusieurs officiers de haut rang de divers unités de l'armée régulière ont été proposé pour lancer un assaut massif sur le centre ... En tant que conseiller au ministère de la défense et responsable du dossier j'ai opposé mon veto a l'opération, j'ai clairement fait comprendre a ma hiérarchie que si nous menions un assaut conventionnel contre ce site ... Tout ce que Mr Carlson a dit je l'ai exposé, compilé dans un dossier, j'ai fait appel aux meilleurs experts que comptaient le ministère de la santé le risque était trop grand alors le haut commandement a décidé de changer de méthode ... Ils m'ont placé a la tete de l'opération avec carte blanche ... A ce moment toute la responsabilité de l'opération reposait sur mes épaules.


Je n'avais pas beaucoups de temps pour la préparer ... Nos services de renseignements ont intercepté un message comme quoi les souches viral allait être transféré ailleur ...
J'ai donc réunit mes experts, nous avons analysés tout les plans tout ce que le renseignement pouvait nous fournir.


Sur l'écran s'afficha les plans du laboratoire souterrain ainsi que de l'usine et de son périmètre.

Comme vous pouvez le voir, le laboratoire de recherche est totalement isolé du complexe, les protocoles de sécurités y sont draconiens ... Vu la disposition des lieux ils nous ait parut évident que seul une équipe formé et spécialement entrainé pouvait pénétré dans se laboratoire. J'ai donc divisé les forces d'assaut . La meilleur unité de l'armée le 105ème bataillon d'assaut a donc été chargé de sécuriser le périmètre extérieur de la base tandis qu'un groupe des forces spéciales serait seul autorisés a pénétrer et éliminer le virus .


Nous avons prit le maximum de précautions pour cette opération, si vous vous posez la question, Non je ne suis pas un monstre, je suis un soldat, loyal envers mon pays, j'ai reçu des ordres je l'ai ai exécuté, mon devoir été de d'anéantir cette menace et de ramener mes hommes en un seul morceaux... la mort d'autres hommes n'est pas une joie pour moi bien au contraire, c'est trop souvent le lot du soldat, mais il faut mettre sa moral de coter, j'ai obéit aux ordres et j'en prend mes responsabilités.


- Et en se qui concerne l'accusation comme quoi il n'y aurait pas d"'armes de destruction massive ?

- Pour cela je vais laisser place a ma scientifique et son assistant.

Chapev se leva

- Présentez vous


- Docteur Dania Chapev membre de l'université de Moscou j’appartiens au ministère de la santé.

- Quelle est votre spécialisation ?

- Je dirige les programmes sur la sécurité du territoire en matière de menace chimique biologique et nucléaire. Je donne des conférences a l'université de Moscou sur les risques NRBC, je suis donc amené a formé du personnel de l'armée et a sensibiliser nos politiques sur ces problème. Je travaille avec le Commandant Teikof depuis deux ans maintenant.

- Il semble que vous ayez eu des problèmes dernièrement ?

- Avant d'arriver au tribunal moi même et mon équipe avons été arreté et j'ai été interrogé par un ... ( grand bonhomme en tutu pensai-je très fort) ... un officier qui a tenté de m'arracher des information classifié .

O'Neil parut troublé

- Nous verrons cela plus tard, Nous vous écoutons

Elle fit un signe a son assistant le schémas du virus apparut .

- Voici le virus tueur baptisé Agent X, nous avons isolé sa composition et après des examens poussé nous avons remarqué que ce virus avait été génétiquement modifié ...

Il eut quelques chuchotement dans la salle

le virus de base a été modifié pour être a la fois plus virulant et plus résistant encore donc avec se composé nous avons de quoi avec une dose minime disons 2 mg par mètre cube d'air une contamination foudroyante en moins d'une minute.
J'ai observé attentivement le composé et j'en ai trouvé un autre assez semblable


Une ligne de formule s'inscrit a l'écran

- C'est peut être clair pour vous ... Mais pourriez vous nous éclairez ?

- C'est la formule du célèbre gaz VX votre honneur
- Quel rapport avec l'agent X ?
- Observez les deux derniers éléments

- ... Ce sont les mêmes ...
- Absolument ce qui veut dire que le virus a été conçut pour être aéro-transporté, qu'il devait résisté a de grand écarts de pression et de température alors que le virus de base ne l'étais pas, on la donc rendu plus résistant c'est pour cela qu'il a été modifié .

Il eut un brouhaha indescriptible dans la salle mêmes certains officiers européens ( qui ne devait pas etre au courant affichaient des regards choqués

- Donc ...
- La raison valable pour laquel nous n'avons pas trouvés de lanceurs est que ceux ci ont du être assemblés ailleurs et que l'on gardait ces souches en attendant qu'elle soit opérationnel.

- B... Bien nous allons y revenir et en ce qui concerne l'accident survenu ?

L'opération se déroulait bien une des équipe chargés de la déstructions des souches mères allaient placer les charges lorsqu’il y a eu un échange de coup de feu nous avons les enregistrement qui prouve bien que l'officier en charge de cette délicate opération a bien ordonné a ses hommes de ne pas utiliser lors armes a l'intérieur du dôme de viabilité, le premier coup de feu est parti de l'autre camp ...

- Avez vous une preuve ?

- Oui ... mais ... il s'agit de document protégé et ...
elle jette un oeuil vers moi, je lui fait signe de la tête . Nous allons vous les montrez pour vous prouvez que nous en sommes en rien responsable de l'incident qui cela dit en passant a causer la mort atroce d'un des membre qui a été exposé a la neurotoxine... je dois vous prévenir les images sont très violentes .

Pendant cinq minutes défile sur l'écran les vidéos des casques des membres de l'intervention, les liaisons radios sont traduite, on voit distinctement sur la vidéo du casque de Trachenko l'officier tirer puis suivit du combat au corps a corps et enfin on agrandit le moment ou la balle va s'encastrer dans la cuve ... suivit de la terrible agonie du malheureux Trachenko. A ce moment je me sent mal, je ne peut soutenir la scène ... je m'éclipse discrètement par derrière m'excusant.

Je sort dans le couloir ... les sueurs reviennent ... les yeux de Trachenko, les orbites vides ... je tremble lorsque je m’efforce d'avaler mes cachetons ... C'est pitoyable mais je n'arrive pas a me contrôler

Sur une télévision au dessus de la porte je peut toujours suivre les débats Chapev a terminé

- Bien dit le général voyons ce que l'Europe a a répondre a cela ...

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Ven 4 Mai - 3:45

L’un des avocats de Gilad se tourna vers l’assemblée, et fit un discret signe de tête à un homme en uniforme. Ce dernier se leva ainsi que l’avocat qui dit :


- Votre honneur, nous voudrions faire examiner devant cette coure les preuves qui ont été acheminé ici, dans ces caisson, l’homme montra les caisses en métal hermétique, juste avant le début des audiences et pour cela j’appelle le Capitaine Nick Vrenna à témoigner.


Le soldat s’avança au centre de la pièce réajustant son uniforme constitué d’un treillis du S.R.E.C gris et noir et d’un kama. Un blason en forme de bouclier frappé d’un phœnix doré avec une flamme bleu derrière sur l'épaule.


- Capitaine veuillez-vous présenter et nous faire par de votre affectation.


- Capitaine Nick Vrenna, second régiment de la garde prétorienne de la fédération européenne, et affecté à la compagnie ARCA, au sein de la section Alpha.


- Pouvez-vous nous dire votre fonction ainsi que celle de votre unité ?


- En tant qu’ARC Alpha, j’effectué des missions à travers le monde sous mandat du S.R.E.C voir même directement de l’Elysée. Quant à la compagnie ARCA c’est un programme de défense datant d’avant la fédération spécialisé dans le contre-terrorisme et la neutralisation d’objectifs. Et de par mes études, je suis l’un des experts analyste de la section Alpha.


- Tres bien, je vous en prie continuez.


L’ARC, saisie le caisson et le déposa sur une table avant de l’ouvrir. Les soldats américains ainsi que les membres de la cour si mirent sur leurs gardes de craintes d’un coup fourré. Mais l’ARC sortie uniquement des documents sous scellé. Il en sortie une carte mémoire qu’il tendis à l’un des personnelles de la CPI et déposa sur le bureau du général un papier, le bordereaux des réception des armes chimiques signé de Chapev et du chef des forces spéciales russe, Izotov.


- Pouvez nous expliquer s’il vous plait capitaine ?


- Bien sur votre honneur, j’aimerais faire verser au dossier ce bordereau de réception de 6 ogives russe Mark19 et 7caisson de virus de la peste et du choléra, de plus comme nous montre ses images, l’ARC montra trois photo de capsule de gaz de combat, nous avons la preuves d’une attaque en règle des russes


On entendit un russe maudirent l’ARC et dire que la Russie n’avait pas besoin de ça pour écraser ses adversaires. Un sourire s’esquissa sur le visage de l’arc.


- Apparemment le général Izotov, ne l’a pas vu de cette œil, car vous pouvez voir sur le bordereau la signature de ce dernier ainsi que celle de madame Chapev, qui nous accuse derrière ces propos de monstre, alors que nous avons que nous préparer à contrer le plan qu’elle avait imaginé avec ses supérieurs. Pour ce qui est de la preuve de la présence de forces russes je vous invite à regarder cette vidéo, celle de l’assaut du cargo.


Sur le grand écran s’affiche quatre vues différentes avec à la base de chacune le nom du porteur de la caméra, l’une correspond à Micheal, l’autre à Gilad, encore une à G. et la dernière proviens de l’un des drones. Le commando investi le bateau, élimine la sécurité, et fini par atteindre la passerelle, l’un des hostile est fait prisonnier et enfin le groupe quitte précipitamment le navire et juste avant que tous ne percute l’eau ont aperçoit un chasseur russe.


- Merci, maintenant s’il vous plait analysons l’image de l’homme qui avait été arrêté.


L’américain fait un arrêt sur image sur la vidéo du général et zoom, on reconnait très bien les plaques d’identifications russes et on distingue même, son affectation, sptsnaz, rien de plus. L’ARC fait ensuite stoppé l’image sur celle du chasseur, un SU-38 M Slamhound


- Nous vous remercions de votre témoignage capitaine, Que répond la Russie devant ces preuves ? De plus le témoignage de madame Chapev devient irrecevable.

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 14 Mai - 19:06

Il allait falloir jouer serrer

En ce qui concerne la fameuse affaire du cargo nous avons ici les preuves pouvant disculper la Russie.


Un document fut apporté sous scellé, sur ordre d'Izotov, un officier du renseignement ouvrit l'envelloppe et la donna au juge.

Voici le rapport d’incident classé "papier protégé" ce qui équivaut chez vous au secret d’État, le rapport était signé du ministre de la sécurité intérieur, du commandant Teikof du docteur Chapev et contre signé par le maréchal Izotov, bien entendu le rapport était monté de toute pièce mais parfaitement authentique, le GRU avait bossé dur encore une fois...

- Que nous dit ce rapport ?

- Et bien votre honneur il explique l'abordage d'un navire de la fédération de Russie battant pavillon Lybien qui apprtenait a la flotte de la mer Noir, ce navire trensportait comme vous l'avez si bien dit, des souches viral de la peste et des tetes nucléaires a destination d'un complexe de stockage sécurisé basé en mer d'Aral

La feuille de route du navire apparut

- Vous dites qu'elle contenait du matériel biologique et nucléaire avez vous fait une déclaration a l'ONU ou une autre organisation gérant ce type de situation ? pourquoi ne pas avoir alertez l'Europe de la menace potentiel que ce navire pouvait représenter ?


- C'était une opération classé secret défense monsieur, les autorités militaires avaient peur que le conoi ne soit pris pour cible,malheureusement nos soupçons été fondés, et que dès lors que le navire a été abordé,nous avons craint une réponse incohérente de l'Europe, qui aurait pu croire a un acte terroriste et riposter en se mettant elle même en danger nous avons donc décidé d'agir vite en tentant de garder le secret.

- Qui été ses hommes ?

D'après les premiers éléments de l'enquète, il s'agirait d'une attaque des ultra-nationaliste visant a déstabiliser le gouvernement, vous n'ignorez pas que la Russie est déchiré par une guerre civil, ce sont des combattants ridements entrainés et prèt a tout pour gagner le pouvoir, nous les pensions affaiblit nous avions tord.

- Mais d’où venez ces armes ? et quels étaient vos projets, comment des rebelles ont-ils put s'emparer d'une telle cargaison aussi facilement?


- Les têtes nucléaires fessaient partit de notre ancien arsenal balistique, un total de 10 ogives Mark 19, quatre ogives ont été détruites sur place mais le reste a été transféré

On voyait le rapport de destruction des têtes nucléaires avec numéros de série et code des puces GPS localisateur placé dans les ogives, qui se recoupait avec la liste des bordereaux d'expéditions de la cargaison.

Pour les armes biologiques présente a bord, elles fessaient partit d'un laboratoire soviétique d'arme expérimental qui développaient des armes biologique dans le cadre de Bioprepat, ces armes biologiques dépassés allaient être détruite par notre centre spécialisé en Mer d'Aral.

Des photos montraient un bâtiment encastré dans le flanc d'une montage, des soldats en tenus NRBC empilaient des caisses dans un camions, puis les photos firent place a des notes en russe qui furent traduite,indiquant le déplacement d'une cargaison dangereuse a mettre sous escorte.

Le cargo devait rejoindre une escorte réduite au large mais d'après ce que nous savons, un groupe d'homme armés a rejoint le batiment en pleine mer, et se fessant passé pour l'escorte demandé, ont investi le navire, c'est au momment ou celui ci a dévié de sa route que nous avons compris que quelquechose n'allait pas ...

- Ce que l'on voit sur la vidéo n'est autre que des uniforme russes ....

- Toutafait et c'est cela qui est troublant, les uniforme sont ceux du 2 brigade de garde une unité spécialisé dans les opération extrême ... Comment se sont ils procuré l’armement nécessaire ? comment ont -ils sut que c'est cette même unité qui été affecté a la protection du cargo ? On ne sait pas encore, mais les ultra nationaliste ont énormément de moyen, nous pensons qu'ils ont réussi a infiltrer l'état major des armées, l’enquête suit son cour .

- Vous avez donc décidé de couler le cargo ...


- C'était la seul issue possible


- Malgré la présence européenne avéré sur le navire ?

- Il est vrai que nous avons agit dans la précipitation mais nous ne pouvions pas laissé un des pirates saborder le navire, imaginez l'explosion des tetes nucléaire combinés au armes biologique ... non nous devions coulé ce navire .


... - Bien je crois qu'il est temps de délibérer désormais .

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil 1.1IA du ForumIA du Forum
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 7
Localisation : Ici Et Là

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Banator 2011
Arme n°1:: Kickator 2011

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 14 Mai - 20:10

Note MJ: Fin du premier jour de débat, le jury se retire et les deux parties vont faire ce qui leur plait, il est environ 18h30 et le temps est agréable sur la ville. Si vous voulez RP sur la soirée et la nuit je vous y invite des choses peuvent se passé la nuit nous reprendrons le procès le lendemain à 10h.

_________________
The End Has Begun

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endwar-rpg.superforum.fr
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Lun 14 Mai - 20:58

19 Aout 18H30
La Haye CPI
Parvis du Tribunal Commandant Vasily Teikof



" Affrontement aux chandelles "

Je suis exténués la séance est enfin levé, nous nous levons puis quittons le tribunal, Iztov me fait signe nous parlementons quelques minutes convenons qu'étant donné la situation le mieu est de prendre un peu de repos, il me laisse quartier libre a moi et mon équipe, je devrais etre présent a la réunion demain matin a huit heure, si il y a autre chose je doit rester joignable a tout heure de la nuit, je demande l'autorisation de passer la soirée en vile, accordé, nous nous retirons chacun de notre coté.

Dans la voiture qui me ramène a l’hôtel je reste pensif réfléchissant a tout les éléments dévoilés aujourd'hui ... la SMB est en partie compromise, mais nous restons dans le jeu, maintenant Chapev et moi même devons être étroitement surveillé par les renseignements touts nos faits et geste sur le territoire allaient être oscultés... Peu importe, pour ce soir en tout cas ...

Arrivé a l’hôtel je monte directement dans la suite et me rut sur la salle de bain, une bonne douche chaude me fera du bien, je laisse couler l'eau longtemps le jet brulant me détend. J'entend la porte de la suite qui s'ouvre et se referme ... surement Naja ou Vanzine. Je reste encore un peu puis je coupe le jet je sort mon bras et tatone contre les dalle de marbre rose a la recherche d'une serviette, je grogne en constatant qu
e celle si est absente. La porte de la salle de bain s'ouvre.

- Besoin d'aide Vasily ? demanda Naja d'un ton espiègle
- Tu serais gentille de passer une serviette a ton commandant
- Voyez vous ça ? un supérieur en position d'infériorité ... c'est trop tentant

Je sort de la douche

- Capitaine Janor je n'accepte pas ce genre d'humour

Elle s'avance vers moi

- Ça ne vous gène pas d'habitude ... Elle se colle contre moi ses mèches brunes caresse mon bras
- Sauf que la on est en service dit-je avec un sourir
- On peut bien faire une exception ?

Je l'embrasse en la serrant contre moi

La porte d'entrée s'ouvre de nouveaux nous fessant sursauter, Naja attrape une serviette et me la tend juste au moment ou le Sergent Timofey Vanzine passe la porte de la salle de bain ... reste un moment interdit devant cette scène puis salut.

- La sécurité est en place commandant le reste de l'équipe est au complet

- Bien bien Vanzine je crois que nous avons tous besoin de nous détendre ce soir, nous avons eu une rude journée Je repasse dans le salon puis dans ma chambre j'ouvre l’armoire en acajou finement orné de feuille d'or et de moulures.Je m’arrête un instant et lance en direction du salon, Naja Qu'as tu de beau a te mettre ?

Naja sur le canapé occupé a feuilleté le journal fronce les sourcils et répond : - Mon uniforme et une tenue de rechange pourquoi ?

Je ressort habillé de mon uniforme de parade Spetsnaz flambant neuf, le calot sous le bras

- Habille toi vite, nous allons prendre un verre dit-je avec un sourire


Citation :
Je propose colonel Carlson que nous nous retrouvions au même restaurant ce serais surement un diner ... divertissant

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Ven 18 Mai - 22:31

Citation :
Moi ça me va Wink

19 Aout, 18h35
Hotel Hilton ,La Haye, Fédération Européenne


Je salue les deux soldats à l'entrée. Je prends l’ascenseur. Le couloir est vide. J'entre dans ma chambre. Sur la table, l'écran de l'ordinateur portable clignote. Un mail. Je pose mon attaché-case sur le lit, enlèves ma veste. Ma cravate arrive elle aussi sur le lit. Je m'assois sur la chaise. Un mail de Solenn.
Citation :
J'espère que tout va bien. Donnes moi de tes nouvelles. So'
Je répondrais plus tard. Pour l'instant, il faut que je me prépare pour le dîner de ce soir. Je sors une chemise noire de la penderie, un jean, des Deauville Coq Sportif noires. J'enfile une veste, prends mon portable, sors. Une brise se lève. Je me mets à marcher d'un pas souple vers la côte. Les rues sont calmes, on entend au loin le murmure des véhicules de combat qui patrouillent pour maintenir l'ordre. Je me perds dans mes pensées. D'abord, une vision de Laura. Pourquoi elle est là celle-ci ? Allez dégages. Tiens... Solenn... Brest... Mes parents. Puis, plus rien. Le vide. Une lumière d'hôpital.... Pâle, une lumière éblouissante, et pourtant tellement sombre, comme les heures qui la suivent bien souvent. J'y suis bien passé plusieurs fois, et pourtant j'ai toujours cette boule au ventre en y pensant, parce que cet instant rime avec la douleur de la blessure. Cette douleur, le crâne qui me lance, qui me fait mal, le goût du sang dans la bouche, qui humecte mes lèvres. Je me repasse la scène. Violence. Mort. Souffrance. Douleur. La poussière qui sature l'air, on y voit à peine à trente mètres. Mais j'avais connu pire, alors sur l'instant ça ne m'a pas frappé. Mais c'est vrai que cette poussière qui couvrait le camp était impressionnante. L'air était brûlant malgré la pluie, emplit d'une odeur de brûlé. Comme dans le métro. Le métro... Les corps déchirés. Le métal broyé. Poussière. Bruit. Souffrance. Cris. Je souffle. Je prends mes écouteurs et me les enfonce dans les oreilles avant de lancer Linkin Park. La musique ne met que quelques secondes à me calmer. Je respire. Je sens ma tête tourner. Dans mon crâne, quelque chose martèle. Je porte la main à mon front. Je m'appuie sur un lampadaire. Mes mains tremblent. Je plonge la droite dans ma poche, en sors un tube de cachets. Je l'ouvre en me concentrant, mais mets une partie du contenu par terre. J'ai encore les images du métro dans la tête. Elles reviennent par bribes, flashs sanglants et terribles. Je porte enfin un cachet à ma bouche, l'avale rapidement. Pourtant, il a du mal à descendre, et au bouts d'efforts incalculables, il se bloque dans ma gorge. Je tousse, le recrache. Plus ça va et plus ma tête me fait souffrir. je retente le cachet et cette fois je l'engloutis sans problème. Je m'accroche toujours au réverbère. Le cachet commence à faire effet. Je respire profondément. Je prends mon portable, compose le numéro du Docteur Renzo.


"Allo ?

- Docteur, c'est le Colonel Carlson...

- Ah ! Alors cette tête ? Ca guérit ?

- J'ai fais une crise docteur. Ma tête... Comme une batterie.

- Oui ça peut arriver. Dans ce cas là, détendez-vous, faites attention, ne restez pas seul, et je vous conseille de vous coucher d'ici 3 heures.

- Merci Docteur..."

Je ferme le portable, inspire un grand coup et reprends ma marche. Soudain, mon téléphone vibre.

"Carlson.

- C'ets So'. Alors il paraît que ça va pas ?

- Ouais... Un contre coup de l'opération je pense.

- Le docteur ne dit pas la même chose...

- S'il te plaît...

- Je m'inquiète pour toi Mic' ! J'aime pas savoir que t'es tout seul vu ton état. Ecoutes, je me suis arrangé. Je te rejoins d'ici demain soir.

- Non.

- Mais...

- Non. Je te retrouve dès que possible mais laisses moi travailler s'il te plaît. C'est déjà assez dur comme ça."

Je coupe court à la conversation, et range mon portable. Je continue à marcher. La musique est arrivée à U2. Sunday Bloody Sunday, qui m'aide à reprendre mon souffle, puis All Because of You, suivie de New Years Day. Je me mets même à chantonner. Une voiture s'arrête à ma droite. La vitre s'abaisse sur Uthler et Joanna. Ils m'invitent à monter. Je prends place à l'arrière. Je crois bien que je me suis endormi puisque je ne me souviens pas du trajet. Nous arrivons à un restaurant sur la façade côtière. La mer est calme. Au loin, un grand voilier vogue lentement au gré du vent. Nous entrons dans le restaurant, prenons place. Je commande un plat léger. Je laisse Uthler et Joanna parler du procès, je suis toujours perdu à Londres.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Ven 18 Mai - 23:56

19 Aout 18H45
La Haye bord de mer
Commandant Vasily Teikof


C'est une super soirée on a bien fait de sortir, bon a part quelques blindées et soldat en arme la ville est magnifique, Naja est assis a coté de moi, elle est magnifique dans son uniforme, je lui tient discrètement la main, Timofey conduit prudemment longeant le port.


- J'ai repéré un excellent restaurant sur le front de mer, ils ont du caviar ... enfin c'est ce qu'en dit le guide

- Très bonne idée j'ai besoin d'un morceau de la patrie dit-je en souriant. Cela fait du bien de se vider la tête j'ai besoin d'oublier ce qui c'est passé cette après midi, je me souvient alors contrarié qu'il ne me reste plus de cahets ... J’espère que je n'en aurais pas besoin prochainement, ces foutu cachetons sont introuvable en temps normal ... Je m'en occuperait plus tard .

mon bippeur vibre, je le sort de ma poche et vérifie la communication.

La division 39

Merde je décroche

- Teikof

- Sargov


- J'écoute

- Commandant Teikof les derniers appareils viennent d'arriver au dépôt.

- Combien ?

- cinq MI-24 ainsi que trois tarentules

- Intégrés les hélicos de combats au premier groupe de combat que les transports soient modifiés selon les plans et préparez le 1er groupe pour les manœuvres, Tout a été arrangé avec Moscou ?


- la ligne de chemin de fer nous sera dégagé jusqu’à Kiev de la l'unité sera acheminé a Pripyat par route.

- Excellent Sargov, nous touchons au but nous allons enfin démontrer a Moscou notre potentiel militaire ... Dans combien de temps serons nous prêt ?

- Laissez moi 48H pour mobiliser le bataillon et de préparer le trajet.


- très bien tenez moi au courant Teikof terminé.

Je coupe

Naja me regarde d'un froncement de sourcil, Le bataillon est opérationnel sourit-je.

- C'est super enfin te voila récompensé pour tes efforts !
- Il reste encore a convaincre le Kremlin...
- Qu'importe tu as enfin achevé ton projet ça se fête !

La voiture s'arrète et nous descendons

Nous entrons, Timofey nous suit l'oeuil toujours alerte

Nous pénétrons dans une salle bondé de convives,la salle est décoré dans le style marin, des filets de pèches, des tableaux représentants la mer et au dessus du bar, un espadon géant. Certains dineurs se retourne, surpris par l’arrivée d'officiers en tenue d'apparat Un serveur tel qu'on en voit plus que dans les films nœud papillon, chemise blanche veste noir et serviette blanche sur le bras vient apparait comme par enchantement devant nous .

- Messieurs Dames bonsoirs dit-il en Anglais une table pour trois ?
- Oui mon brave

Il nous installe dans un coin tranquille au fond du restaurant sous dépaisse poutre de bois, une coque de bateau de pèche est suscpendu au dessus de nous, nous prenons place.

- Voulez vous un petit apéritif avant de commencer ?

- Avec Plaisir, vous auriez de la Vodka Brune s'il vous plait ?
- Monsieur a de très bon gout, je vous rapporte cela.

Nous restons quelques minutes a blablater de tout et de rien lorsque Naja lance un regard appuyer par dessus mon épaule.

- Ne vous retournez pas tout de suite ... Le colonel Michael Carlson et ses petits copains du SREC sont a deux tables derrière nous ...

Je réfléchit quelques instants

Je me serre un verre et hume le contenu

- Et bien qu'attendons nous ? faites de la place je sent que se diner va etre particulièrement ... intéressant .








_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 19 Mai - 18:25

On entame l'apéritif. Il est environ 18h50 et pourtant le soleil est toujours vif au-dessus de la Mer du Nord. Nous sommes à côté de la baie vitrée qui donne sur Strandweg, dans le quartier de Schwenigen. Je sirote tranquillement mon whisky, commence à écouter la conversation de mes collègues. J'échange quelques mots avec Uthler sur les nouvelles de Paris. Le Ministre aux affaires étrangères et celui de la Défense ont apparemment conseillé à la Président de tenir un discours sur les preuves apportées au procès par les russes. J'allais demander des précisions quand Joanna, en face de nous, prend la parole :

"Ne bougez pas mon Colonel... Trois russes. Vous devinerez jamais lesquels.

- Laissez-moi deviner... Teikof et ses acolytes ?

- En chair et en os...

- On va les voir ?

- Mais.. Mon Colonel, sauf votre respect... C'est... L'ennemi !

- Le camp adverse, n’exagérons rien, et le procès n'est pas assez avancé pour être rancunier."

Je me lève avec mon verre. C'est là que je me pose la question, en marchant vers leur table : que pourrais-je dire ? Je sais. On commence tranquillement par des félicitations. Enfin façon de parler. Je m'approche doucement. Plusieurs dineurs m'observent, discrètement ou pas, du coin de l'oeil. J'en vois un pas rassuré du tout. Je sens le vide à ma ceinture. Pas d'arme. Normal en territoire européen pour un dîner entre amis. Peut-être aurais-je mieux fais de l'emmener. Je sens la présence de mes collègues derrière moi, j'imagine leur tête, je souris. Les trois personnages lèvent la tête. Je m'arrête à environ dix centimètres de leur table, tends une main qui se veut amicale à Teikof.

"Bonjour. On se connait je crois ? Bravo pour le coup du cargo, je l'avais pas vu venir."

Entrée en matière plus que douteuse, mais nous verrons bien, après tout si tout le monde y met du sien on évitera la guerre...

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Sam 19 Mai - 19:40

je souris me lève et serre la main tendu. Exactement a l'idée que je me fessait de cet homme, vif intelligent et sur de lui.

- Effectivement nous nous connaissons ... du moins pas directement ... Commandant Vasily Teikof, j’espère que personne n'a été blessé parmi les vôtres ? Bien mais asseyez vous asseyez vous mon chère Colonel.

Je sent Vanzine glisser lentement sa main vers l'intérieur de son gilet, prudent.

Les invités prennent place et nous faisons les présentations Le serveur arrive avec la bouteille demandé

- Vous êtes amateur d'alcool Colonel ? dans mon pays certains tueraient pour quelques gorgés de cette vodka, c'est le meilleur, réservé exclusivement aux cadres du parti et du politburo ... enfin c'était ... je me serre un verre. Et bien colonel que pensez vous de cette première audience ? laissons la politique de coté, nous ne somme que des simple exécutant de nos politiques respectif n'est ce pas ? Quel est votre point de vue ?

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad RoyantEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la 94eme BCEnforcerCorps, Colonel. Directeur du S.R.E.C (suspendu), commandant de la  94eme BC
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : Avalon

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Wilson Combat Spec Ops + G10 x2
Arme n°1:: Famas / SKW-338

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Dim 20 Mai - 2:15

Gilad entra dans sa chambre, laissant les deux américains qui lui collais au basket depuis son arrivé à la porte. Déposant son béret sur la table il consultât ses mails en premier lieux. Aucuns venants du bureau, mais un de son oncle et avocat. Il l’ouvrit et le lit attentivement, ce dernier lui annonçais que l’avocat de sa femme avait commencé à préparer la procédure de divorce en disant que Garance, ne prendrait que ces affaires et la voiture, ni plus ni moins. Tout en se dirigeant vers la salle de bains, il se remémora plusieurs fois le mail, ils avaient vécu ensembles durant 7ans et avait été parents au bout de 3 ans de vie commune, retirant son uniforme, le fait de n’avoir profité de sa femme et de sa fille uniquement quelques mois voir quelques semaines le frappa plus qu’à l’accoutumé. Allumant l’eau il se mit sous une douche chaude et les larmes se mirent à couler. Entre deux sanglots il dit.

- A quoi bon être un as et protéger sa nations si l’on ne peut protéger sa famille.
- Si avais été la non pleurerions un brillant officié et un ami, nous savons tous ce qu’engage notre position au S.R.E.C, Carlson, comme moi même.

Le général sursauta, c’était Laurie, et d’après la clarté de sa vois elle se tenait dans l’embrasure de la porte. Finissant de se rincé Gilad attrapa une serviette se sécha grossièrement et la mit autour de sa taille avant de sortir de la douche. Saisissant une serviette plus petite pour se séché les cheveux il se dirigea vers sa subalterne et déposa un bisée sur le front de celle-ci.

- Colonel vous avez que vous venez de pénétré dans les quartiers de votre supérieur ?
- Je sais mais je ne suis pas en service, alors je suis entré dans les quartiers d’un ami.

Cette dernière mit une tape sur les fesses de Gilad avant d’allé s’assoir sur le bureau. Le général sourit puis s'afféra à s’habiller, une tenue simple, un levi’s 501 et une chemise à manche longue cargo. Puis retournant il remarqua la tenue de Laurie, elle n’était pas en uniforme, elle portait un jean slim avec une paire de bottines et un bustier blanc avec sa veste en cuir de plus ses cheveux était détaché. Gilad la regarda d’un air interrogateur.

- On sort ?
- Si tu m’invite, dit-elle avec un grand sourire.

Ne pouvant résister à sourire de son ami d’enfance et une soirée reposante il lui montra la porte d’un signe de tête saisie sa veste et partit avec elle en ville, ce toujours sous escorte des ghost. Et tout en se remémorant les bons moments d’un temps révolu, ils se dirigèrent vers les quais, la mer était belle et le temps juste assez frais. Aux alentours de 19h15, ils s’installèrent à la terrasse d’un petit restaurant et Gilad pris une bière et Laurie une vodka orange avec une assiette de viande accompagné de légumes, puis ils continuèrent à parler de tous et rien. Les deux gardes américains étaient toujours là avec leur MP7.

_________________


"The sun's comin'up. Even after the darkest nights, morning always comes."
"Enemy of my enemy is my friend"

" Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des Anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes ".





"Tu feras la guerre avec prudence."

- Devise de la 94 ème d'assaut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mar 22 Mai - 17:40

Plutôt tranquille comme départ. Mais on verra après. On a rarement vu quelqu'un se dévoiler dès la première approche n'est-ce pas ? A part peut-être ce terroriste sur le marché de Saroubi en 2008... Bref... Je recommence à sentir des picotements derrière le front. Une question n’appelant pas de réponse. Je me contente de regarder autour de moi en m'asseyant. Une femme, un autre homme. Celui-ci est particulièrement prudent à en juger par le mouvement de sa main dans sa veste. Un garde du corps ? peut-être plus, ne négligeons la possible dangerosité d'aucun des trois. Je le sais déjà, la femme est capable d'une extrême efficacité, je me rappelle du coup sur la tête en Islande. Pas question que je baisse ma garde. Je serais pourtant tenté par la bouteille qu'il me propose. Refusons gentiment.

"Non merci, je préférerais garder la tête froide, peut-être plus tard. Mon point de vue sur la chose ? Bien que j'essaie de défendre le contraire, je sais qu'un Etat ne peut être tout blanc ou tout noir, surtout des superpuissances comme les nôtres... Même si je n'approuve pas tous les agissements, j'exécute les ordres, comme vous l'avez si bien dit... Remarquez..."

J’interromps ma phrase pour regarder une patrouille américaine qui passe dans la rue. L'un des Ghost tourne la tête vers la baie vitrée, nous aperçoit, fait signe aux autres, et voilà que les huit hommes entrent dans le restaurant. Ils vont directement dans la partie bar. Je tourne la tête. J'ai la main toujours en suspension, prête à appuyer ce que j'allais dire, je la repose. Les ricains parlent au patron en nous regardant. Celui-ci hoche la tête, puis retourne à ses occupations. Les Ghosts commandent chacun une consommation.

"Ou en étais-je ? Ah, oui... Malgré que je me contente d'exécuter les ordres, je vous avouerais que parfois il me traverse l'esprit que c'est juste."

Je tourne la tête. Uthler me fixe avec un regard noir, Joanna moins fixement mais tout aussi peu plaisamment.

"Vos ordres vous paraissent-ils toujours justes ?"

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 24 Mai - 17:14

Le colonel refuse poliment, prudent pensai-je, j'aurais fait pareil a ca place ... et courtois en plus !

Il poursuit

Mon point de vue sur la chose ? Bien que j'essaie de défendre le contraire, je sais qu'un État ne peut être tout blanc ou tout noir, surtout des superpuissances comme les nôtres...Même si je n'approuve pas tous les agissements, j'exécute les ordres, comme vous l'avez si bien dit... Remarquez..."

il s'interrompt et regarde par la baie vitré, une patrouille ... huit soldats M4 et MP-5, grenades et couteaux de combats ... pas franchement les accessoires pour une petite virée tranquille en bord de mer, la patrouille rentre et s'installe au bar nous lancant quelques regard en coin, j'ai le pressentiment que la soirée va être mouvementé, Timofey lance un regard féroce a l'un des Ghost, qui détourne vivement le regard.
"Ou en étais-je ? Ah, oui... Malgré que je me contente d'exécuter les ordres, je vous avouerais que parfois il me traverse l'esprit que c'est juste."

Ces collègues ont l'air assez réservé. Il reprend

"Vos ordres vous paraissent-ils toujours justes ?"

La question me touche sans que je le laisse paraitre, Mes ordres sont ils juste ? ... Je repense a l'Island et aux missions de "maintient de l'ordre" que j'ai du effectuer dans certaines circonstance et puis il y a ...

La chaleur est suffocante, la camionnette est un vrai four Sargov est a l'avant sur le siège conducteur, la route est semé d'ornière je transpire sous mon T-shirt noir, j'essuie mes mains moites sur mon treillis. le 4X4 devant nous vient de s'arreter, il y a quelque-chose de pas normal, il ne devait pas s’arrêter ... la portière s'ouvre ... des petits pied touche le sol, une petite fille aux cheveux noir descend de la voiture, portant difficilement un lourd cartable bleu marine. Mon coeur s'arrete... il a emmené sa fille avec lui ... le minuteur ... On peut encore arrêter, annuler il suffirait juste d’emmétré la bonne fréquence ... Les ordres sont les ordres, cet homme doit mourir ... Pas cette fois ... je dit a Dimitri qu'il faut avorter l'opération, la fille na rien a voir ... Moscou refuse ... dommages collatéraux acceptés ... Je rabat la portière, avant que Dimitri est pu dire un mot, je saute hors du camion, je tombe me remet sur mes jambes et court en direction du véichules, je crie la petite fille se retourne, elle a l'air surprise ... La voiture explose se soulevant embrasé dans les aires.

Commandant ?

Je retrouve mes esprits je répond d'une voix mal assuré...
Colonel je suis un soldat, un bon officier fidèle a son pays, je crois en notre gouvernement et en la politique du parti, je n'ai pas a discuter les ordres que l'on me donne, si on me dit de me battre pour mon pays je serais le premier a empoigner mon fusil et a aller me battre en première ligne, Pour l'Island cela a été la même chose, j'ai reçu des ordres, j'ai fait exécuter ces ordres tout en sachant que mes gars mourront, que lorsque j'ordonnait j'enverrai inévitablement des gamins se faire tuer je ne peut l'éviter ... je ne peut faire qu'en sorte pour qu'il y 'ai un minimum de perte ... Lorsque je voit qu'un ordre peut envoyer plus de mes gars a l'abatoire alors que je peut l'éviter en arrivant au meme résultat en agissant différemment, je le fait sans hésité.

Non Colonel mes ordres ne sont pas toujours juste mais il faut faire la différence entre le devoir ... et la conscience personnel et séparer les deux lorsqu'il le faut.

Naja regardait son assiette visiblement mal a l'aise les autres avaient l'air perplexe d'entendre de tel parole sortir d'un officier Russe .

Je montre le drapeau Russe brodé sur mon uniforme

- La seul différence entre vous et moi Carlson ce sont nos couleurs, nous sommes des officiers commandant sur lesquelles repose la vie de centaines de personnes, la mort est une chose naturel pour le soldat, mais nous essayons tout deux d'en préserver la majorité de nos hommes, quels qu'en soit les ordres ...
Pour moi il n'y avait plus que nous deux autour de la table, moi et Carlson,c'était une conversation qui prenait un caractère personnel, j'avais un besoin avide de réponse a mes questions ... et il me semblait avoir trouvé la bonne personne pour y répondre .
Dites moi Colonel ... Est ce qu'il vous arrive lorsque vous rentrez chez vous le soir quand vous avez regagnez votre lit, les lumières éteinte le silence fait, de revoir les hommes que vous avez tuer les soldats que vous avez envoyez a la mort , viennent ils vous tourmenter ?

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael CarlsonEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme AéroportéeEnforcerCorps, Colonel. Sous-Directeur du S.R.E.C, Commandant de la 19eme Aéroportée
avatar
Messages : 440
Date d'inscription : 07/05/2010
Age : 34
Localisation : Cadix

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: Pistolet Wilson Combat Spec Ops II (x2) + Couteau de Combat Wilson Combat G10 (x2)
Arme n°1:: ARX / UMP .45

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 24 Mai - 19:56

Un soldat fidèle, au fond, je le suis aussi. Plus je regarde cet homme plus je me sens proche de lui, pas comme on peut être proche d'un ami, mais plutôt proche comme une personne qu'on a jamais vu et que pourtant on connaît sur le bout des doigts. ce sentiment, il m'a rarement été donné de le ressentir, mais ça a été chaque fois la même sueur froide dans le dos, au plus profond de ma chair, parce que c'est à la fois terrible et angoissant de connaître son ennemi. Et pourtant, c'est le lot de tous les commandants. Envoyer des hommes à la mort. Faire en sorte qu'un maximum d'entre eux s'en sortent. Sur tous les théâtres d'opération il y a des morts, et moins il y en a mieux on se porte en tant que commandant, parce que l'état-major se soucie peu de ce qu'il y a autour... Ils se soucient peu, tous ces crétins galonnés, de ce que peut ressentir le soldat à l'idée de crever comme un chien, trois balles dans le torse, un bras en moins, les tripes ouvertes à tous les vents, en laissant derrière lui un conjoint et trois enfants hauts comme trois pommes qui auront pour seule consolation de pouvoir dire "il est mort pour son pays"... Et ça, ça, pour un commandant, l'homme qui exécute, c'est insupportable, parce qu'il sait ce qui l'attend après ça. Quand il le peut, l'annoncer à la famille, sinon, faire une lettre. Je ne souhaite cela à personne. Jamais. Le désespoir d'une famille. Les pleurs des enfants. La douleur de la perte. Teikof finit.

"Non Colonel mes ordres ne sont pas toujours justes mais il faut faire la différence entre le devoir ... et la conscience personnelle et séparer les deux lorsqu'il le faut."

Et c'est là, à notre niveau, dans ces agences sans existence officielle, que c'est le plus dure, de choisir entre conscience et devoir...
Et oui, la couleur, la seule chose qui nous différencie vraiment, qui fait de nos relations ce qu'elles sont. Parce que c'est ce qui montre si vous êtes allié ou ennemi, c'est ce qui montre que vous êtes fier de servir le drapeau sous lequel vous servez...


"Dites moi Colonel ... Est ce qu'il vous arrive lorsque vous rentrez chez vous le soir quand vous avez regagnez votre lit, les lumières éteinte le silence fait, de revoir les hommes que vous avez tuer les soldats que vous avez envoyez a la mort , viennent ils vous tourmenter ?"

Question difficile, et en même temps tellement simple. Je le vois dans ses yeux, ce type est tourmenté par une chose qui le dépasse complètement. Ca se lit dans son regard. Et pourtant, même si c'est à un degré moindre parce que le temps a changé ma perception du drame, j'ai toujours dans la tête, en permanence, ces images de tôle froissée, de corps écrasés, de cadavres déchiquetés, de gens surpris dans leur train train quotidien par cette bombe qui a fait basculer Londres dans le chaos. Et maintenant, après toutes ces années, j'ai d'autres images dans la tête, je me suis fais à la violence. Mais pas à la mort...
Le visage d'un homme. La cinquantaine bien avancée je dirais. Il a le nez complètement enfoncé dans le crâne. Grâce à moi. Tué sur le coup. Il tentait de faire barrière entre moi et son fils. Il a dégainé un pistolet, a tiré une première fois au sol dans la remontée du canon. Je le désarme, lui fais une clé de bras. Le fils fuit. Je mets l'homme à terre. Il se débat. Il se relève et me frappant à la tempe, se rue sur moi. Je mets les pieds en avant, pousses. Il saute, arrive à ma gorge, essaie de m'étrangler. Je réagis comme à l'entraînement. Je me tourne à demi, lui mets un coup de coude dans le nez. Le cartilage lui enfonce directement la 5e couche du cortex. Il tombe inanimé. Sa femme court vers lui, s'agenouille, pleure... La douleur de la perte est la même chez vous et chez l'autre... Oui ça revient me hanter... Et pas seulement la nuit...


"Oui ils viennent, presque toutes les nuits. Ils s'accaparent mes rêves... Mes cauchemars... Jamais un instant de répit... Ma dernière nuit tranquille en trois ans ça a été il y a moins d'une semaine... En journée je tâche de ne pas y penser, je me trouve toujours quelque chose à faire, mais la nuit..."

Je m'arrête. Je sens l'émotion monter. Des visages qui me reviennent. De près, de loin, défigurés ou non... Je secoue la tête, bois une gorgée de whisky.

"Je le vois à votre regard. Il y a quelque chose n'est-ce pas ?

- Colonel, vous ne devriez pas..." Chuchote Uthler à mon oreille avant que je l'arrête d'un geste.

_________________
"La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens, car la politique est le but, la guerre le moyen, et un moyen sans but ne se conçoit pas." - De La Guerre, C. Von Clausewitz





Dernière édition par Michael Carlson le Jeu 24 Mai - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri PetrenkoSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rougesSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant des gardes rouges
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 24
Localisation : Prypiat, Ukraine.

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: AK-104 + Poigné + Viseur Kobra.
Arme n°1:: Saiga-12.

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Jeu 24 Mai - 21:08

Le crépuscule était magnifique depuis le balcon de la suite réservé à la délégation Russe dans l'hôtel Swordfish avec une vue imprenable sur le bord de mer, ainsi que sur les hélicoptères de la JSF qui patrouiller au dessus de La Haye. Izotov était confortablement installer dans son fauteuil, sirotant un verre de vodka de renom et fumant un cigare cubain tout en écoutant le final de Götterdämmerung de Richard Wagner, écoutant chaque note avec un réel plaisir, ces mêmes notes étaient d'une puissance sans égale dans la musique, tellement grandiose, magnifique,...

Sergeï avait une certaine peine de ne pas avoir eu la chance de vivre à la même époque que ce grand compositeur et de le rencontrer lors d'une représentation d'un de ses opéras. Soudain le Major Petrov pénétra sur le balcon avec différents dossier dans les mains, il resta cependant silencieux, préférant attendre la fin de la musique avant de parler de ses rapports.

- Camarade Maréchal, la situation est meilleurs que nous l'espérions, d'après les médias occidentaux, l'Europe et autant coupable que la Russie dans la plupart des chefs d'accusation, ce qui peut jouer en notre faveur pour demain messieurs, surtout si la séance de demain concerne directement l'ordre Théta.

- Ne vous inquiéter pas Petrov, même si nous n'arrivons pas à briller demain au procès, tout à été prévus pour que "No Mercy" face un carton médiatique.


- Alors nos commençons définitivement l'opération camarade Maréchal ?!

- Oui, demain à 1600 Heures local, le monde va connaître un certain bouleversement... Merci Major, vous pouvez disposé... Allez vous reposez, demain une grosse journée nous attends !

Petrov sorti rapidement du balcon, refermant la porte-fenêtre coulissante et donnant au lieu un silence pesant pour Izotov. Il déplaça son fauteuil roulant et changea de musique mettant Tannhauser avant de prendre son PC portable et de le poser sur ses genoux, il se souvint soudainement de sa rapide discussion avec le Général Royant, ce dernier lui demandant comment allez son genoux, un sourire sadique apparue sur le visage d'Izotov.

Il ouvrit une page internet et entra dans son compte Mail pour écrire un petit message à son homologue Européen qu'il trouver de plus en plus arrogant.

Spoiler:
 

Il appuya ensuite sur entré et tout en écoutant l'ouverture de Wagner profita du coucher de soleil avec un large sourire sadique, impatient d'être demain pour la dernière confrontation "Amicale" avec les Européens...

_________________


"Ce grand mal... d'où est-ce qu'il est venu ? Comment il c'est faufiler dans le monde ? Quelle graine, quelle racine la fait pousser ? Qui fait ça... Qui nous tue... Qui nous arrache la vie et la lumière et nous montre pour nos narguer ce qu'on aurait put connaître... Est-ce que cette noirceur et en toi aussi ? A tu toi aussi traverser cette nuit ?"


Question du Lieutenant Dimitri Petrenko à un ami Européen après la campagne de Chine en 2014.

"la violence a réglé dans l'histoire plus de questions que n'importe quel autre facteur."

Écrivain Américain du XXème Siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasily TeikofSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme AéroportéSpetsnaz, Полковник/Colonel, Commandant de la 22eme Aéroporté
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 23
Localisation : Lac Baikal Russie

Dossier du personnel
Grade Honneur:
Arme n°2:: TT-21
Arme n°1:: Fusil d'assaut Vepr

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   Mar 29 Mai - 20:24

- Je .... doit je me confier ? tout révéler a cet inconnu ? qui de plus est un adversaire ? néanmoins, il semble être le seul qui puisse me comprendre ... Naja m’interromps .
- Vasily çà suffit, tu est allé trop loin !

Je me retourne vers elle, elle semble en colère je lui répond en russe

- Tu ne peut pas comprendre ..

- Ha non ? je vois juste que tu est en train dévoiler a un salopard d'espion un moyen de te détruire ... Vasily reprend toi ce type est notre ennemie on ne peut lui faire confiance !

Elle n'as pas totalement tord mais ...

- Un ennemi ? Naja nous sommes peut etre adversaires mais c'est un etre humain et qui plus est un officier respectable peut importe la couleur de son uniforme ... sommes nous a ce point animal pour ne point échanger ? Je sais parfaitement ce que je fait . Tu ne peut pas comprendre ... C'est trop ...

Elle me jette un regard de colère

- C'est trop quoi ? Tu peut te confier a cet homme mais pas a moi c'est cela ? tu pense qu'il te comprend mieu que moi ? Tu crois que je n'ai pas aussi des choses que je voudrais oublier ? Putain Vasily qu'est ce qui te prend, tu pense que ce qui t'est arrivé te donne tout les droits ? Que tu est le seul a avoir vécut ce genre de situation ... regarde toi tu te cache derrière une barrière de glace pour tenter de dissimuler tes émotions et tes crises d'angoisses que tu est au dessus de tous a cause de ...

- CA SUFFIT !
mon poing s'abbatit sur la table

La colère avait prit le dessus sur moi

- Capitaine Janor je ne puis tolérer ces propos envers moi ! Présentez vos excuse immédiatement.

Naja me regarda d'un oueil brillant de colère et de défi elle se leva en repoussant ça chaise elle me regarda droit dans les yeux elle dit en anglais

- Tes démons continuerons a te poursuivre ou que tu aille quoi que tu fasse, si tu ne fait pas face et n'assume pas ce qui c'est passé, tes remords te consumerons et tu en perdra la raison.

Elle jeta un coup d'oueil a Carlson lorsqu'elle parla comme si cela lui été aussi adressé ...

- Bonne soirée et bon appétit ... Elle tourna les talons et sortit dans la nuit


Je resta ainsi comme pétrifié dans mon silence

Spoiler:
 

_________________


22ème Division Aéroporté



" Je ne veut pas que l'environnement est une influence sur moi... je veut que ce soit moi qui est une influence sur mon environnement "
Franck Costello, les infiltrés .





Dernière édition par Vasily Teikof le Mer 30 Mai - 22:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prélude-01: Le Procès.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prélude-01: Le Procès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» [déroulement des procès]
» [procès] La Rochelle - Billlogan - arnaque
» Saintes : Marcella (procès RP)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End War :: Espace RP :: Théatre de Guerre.-